Magazine Culture

Critiques Séries : Grey's Anatomy. Saison 14. Episodes 19 et 20.

Publié le 21 avril 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Grey’s Anatomy // Saison 14. Episodes 19 et 20. Beautiful Dreamer / Judgement Day.


Cette saison 14 n’a de cesse de s’améliorer alors que ces deux épisodes sont tout ce que j’attends de Grey’s Anatomy et même plus encore. Peu à peu, la série nous prépare au départ de personnages importants, que l’on suit depuis des années maintenant (je dirais depuis près de dix ans). Mais au delà des départs à venir, Grey’s Anatomy se permet aussi de faire évoluer son histoire et l’univers de la série à sa façon sans fausses notes. « Beautiful Dreamer » est le plus bel épisode des deux. L’épisode vient alors nous rappeler que derrière tout ce qu’il y a de bon ou de mal, ces médecins ne sont pas que des collègues : c’est une vraie famille. Ils prennent soin des uns et des autres ce qui se passe dans cet épisode. Avec Sam, Alex et avec Arizona et April bien évidemment. Ces deux dernières sont sur le départ et la série nous prépare à ce départ petit à petit, sans faire de vagues. Dommage que l’histoire de Sam n’ait pas l’impact émotionnel voulu alors que si cela avait été un autre personnage cela aurait été probablement le cas. Disons que le fait que cela soit Sam était prévisible et c’est justement ça qui est le plus décevant là dedans. Pour autant, l’épisode rattrape rapidement le coche à sa façon. On sait tellement peu de choses de Sam que forcément, cela ne peut pas avoir un grand impact émotionnel.

Il va falloir que l’année prochaine Grey’s Anatomy se concentre un peu plus sur ses personnages secondaires maintenant que deux des principaux sont partis. C’est important. Sam a bien évidemment eu plus de temps d’antenne que n’importe quel autre interne donc on la connait mais cela ne veut pas pour autant dire que derrière ce temps d’antenne il y avait de la substance autour du personnage. Je me suis demandé ce que cette intrigue aurait eu comme impact si la série avait réellement pris le temps avant de nous donner envie d’être touchés par ce personnage et donc d’apprendre à mieux le connaître. La série a donc d’autres trucs à raconter cette semaine en mettant en scène Arizona et April mais justement c’est de cette partie de l’épisode que découle réellement la partie la plus riche en émotions. Je ne sais pas trop pourquoi mais disons que c’est clairement le cas. La scène d’Andrew et Sam aurait du être déchirante mais ce n’était pas aussi fort que prévu. C’est mignon mais pas suffisamment remarquable. Le reste de l’épisode est pourtant réellement réussi et a un impact émotionnel sur le téléspectateur fan de Grey’s Anatomy que je suis. Avec « Judgement Day », les choses sont un peu moins palpitantes alors que la charge émotionnelle de cet épisode est moins importante.

Le scandale Harper/Avery est donc un scandale sexuel, comme on pouvait le comprendre. C’est un sujet que la série exploite et qui parvient à faire la connexion avec l’actualité et donc le mouvement #MeToo. Les épisodes restant de la série devraient donc être intéressants car ce n’est pas une intrigue qui peut être conclue en 45 minutes. Bon, l’une des parties de cet épisode qui m’a le plus plu est sûrement le fait que les médecins sont hilarants. C’est pour une fois un choix différent qui parvient à contre-balancer l’effet de l’épisode précédent. Le couple de lesbiennes traité par Arizona est peut-être un cas un peu cliché (sur le fait que c’est Arizona qui les traite) mais c’est un choix judicieux que Grey’s Anatomy tente d’exploiter avec le plus de dextérité possible. C’est donc une bonne nouvelle. Du coup, les cookies sont assez sympathiques et c’est une partie plutôt cocasse qui parvient à redonner le sourire à un téléspectateur qui a déjà eu pas mal à gérer avec l’épisode précédent. En regardant ces deux épisodes l’un après l’autre, je dois avouer que j’ai ressenti ici une combinaison en deux épisodes de ce que j’adore dans Grey’s Anatomy. Avec à la fois sa légèreté et son humour mais aussi son côté riche en émotions qu’elle maîtrise toujours très bien.

Finalement, Grey’s Anatomy parvient alors à nous offrir ici deux solides épisodes avec leurs lots de bonnes surprises. Même si par moment ce n’est pas facile de comprendre où est-ce que celle-ci veut en venir, je comprends cependant qu’elle a encore des choses à raconter et qu’une saison 15 n’est pas de refus. De toute façon, vu les audiences de la série et ce qu’elle rapporte, je doute que Grey’s Anatomy s’achève si rapidement…

Note : 8/10 et 7/10. En bref, deux tons, deux épisodes qui symbolisent parfaitement ce que Grey’s Anatomy sait faire…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 17856 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte