Magazine

Aller sur mars

Publié le 22 avril 2018 par Nicolas Esse

J’ai pas envie d’aller sur Mars.

Ni sur Vénus d’ailleurs, ou sur Proxima du Centaure ou n’importe autre planète rouge, rose ou jaune. Même pas sur une autre galaxie ou au fond d’un trou noir.

Je suis bien ici.

L’été, il fait trop chaud et ça me va. L’hiver, il fait trop froid, et ça me va aussi. Le printemps dure un jour, une semaine ou un mois et l’automne, n’en parlons pas.
En octobre dernier, j’étais en train de préparer un projet de loi pour supprimer l’automne et puis j’ai regardé dehors. L’air était trop clair. Le ciel était trop bleu. Des feuilles, trop rouges, tombaient sur l’asphalte, trop noir. Il faisait trop doux, je suis sorti. J’ai pris mon vélo. De l’autre côté du lac, une fine lame de brume sciait la base des montagnes. Libérées des dures lois de l’apesanteur, les montagnes flottaient, arrimées au ciel, à quelques mètres du sol. Je me suis arrêté. J’ai calé mon vélo contre un mur en pierres sèches. Je me suis assis et j’ai attendu le moment où le monde suspendu atterrirait de nouveau. L’air était trop tiède, je me suis assoupi. À mon réveil, mes yeux éblouis ne virent que du bleu.

J’aime l’automne, aussi.

L’herbe sèche. Les sarments qui brûlent. Le bruit de soie que fait l’eau qui ondule. La pluie mais pas trop. Le brouillard quand il se lève et les étoiles, la nuit. Toute la nuit et tout le jour aussi.
J’aime vivre ici. Sur cette boule ronde et bleue parcourue de nuages. Il y a de l’eau, de l’air, et de la neige. Des jours à vivre et des gens à aimer. Des jours à mourir, aussi, je les prends. Des gens à détester, aussi, pourquoi pas. Les frères Mc Donald’s et les soeurs Brontë. La musique des anges et celle des ascenseurs. Bien sûr, il y a les serpents, là, je ne dis pas, j’aurais préféré un monde sans serpents, mais bon, il paraît qu’on fabrique des médicaments avec leur venin, alors, même les serpents, je veux bien, je veux tout si je dois, tout sauf une chose, tout sauf le pouvoir que donne le pognon.

Le pouvoir de dire et de faire n’importe quoi.

Ce pouvoir qu’utilisent un petit groupe de mâles internationaux soucieux de posséder le plus grand yacht, la plus grosse bombe ou la plus grosse bite, c’est pareil. Un groupe infime, au regard des 7 milliards que nous sommes et qui nous mène au pas de charge vers la fin de notre monde. Quand on leur demande pourquoi, ils répondent que le monde change, il y a la concurrence, le péril jaune vert ou bleu. Alors, on retrousse nos manches. On construit le nouveau plus grand yacht et on invente la nouvelle plus grosse bombe qui sera fabriquée dans la nouvelle plus grande usine.
L’usine terminée envoie dans le ciel un nuage de fumée qui s’ajoute à tous les autres nuages de fumée. Déjà brouillé, le ciel vire du gris clair au gris foncé et bientôt au noir. Bientôt il fera nuit jour et nuit et l’air sera irrespirable. Bientôt, il trop froid. Ou trop chaud. Bientôt.

Alors plutôt que d’arrêter de construire des usines, les élites du costume gris-anthracite font dessiner les plans de la fusée pour aller sur Mars. Une jolie planète rouge équipée de tout le confort moderne avec cuisine, salle de bains et machine à laver encastrée. Et comme l’air martien est absolument irrespirable, on aura tous le droit de se promener en scaphandre spatial personnalisé.
Il n’y aura plus d’hiver. Et plus d’été. Plus de serpents et plus de fleurs. Le vélo sera uniquement d’intérieur, comme la vie, toute la vie, aussi, la vie en boîte, en conserve, la vie desséchée, lyophilisée, la vie aura l’odeur du sable et la saveur de l’acier.

J’irai pas sur Mars. Qu’elle leur pète à la gueule, leur arche de Noé.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nicolas Esse 457 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte