Magazine Emarketing

Fatigué d’être toujours fatigué ?

Publié le 24 avril 2018 par Gregoryraby

C’est usant d’être fatigue à longueur de journée. J’ai eu des journées comme ça, où le simple fait de traverser la journée accapare toute l’énergie qui servirait à s’attaquer à ce que l’on a à faire. Ces journées paraissaient durer des mois. Quand on est fatigué, rien ne semble attirant, intriguant. Fini la petite étincelle ou le gout du travail bien fait. D’ailleurs on ne fait plus grand-chose tout court. On attend que ça passe en se disant que demain ça ira mieux, après une bonne nuit de sommeil.

Et alors qu’on a la solution sous le nez, on repousse souvent à plus tard l’inéluctable. Ce qui se passe, c’est que le corps tout entier est claqué, des pieds au moral. Pour rebondir et être de nouveau d’attaque, tout ce qu’il demande, ça ne pourrait être qu’une petite avance, une petite sieste par exemple. Vous avez déjà certainement pu voir autour de vous, ou même à titre personnel, ce qu’on appelle le « burn out ». Lorsqu’on est en déficit d’énergie, on court le risque d’entamer un capital bien plus précieux : la santé et l’équilibre.

Pourquoi est-ce qu’on se fatigue ?

Question simple, réponse simple. Dans la grande majorité des cas, on est fatigué parce qu’on ne récupère pas assez (ou mal, ce qui reviens à peu près au même). On pointe d’ailleurs souvent le stress, le burn out, le manque de repaires ou les différences culturelles pour expliquer pourquoi un employé est plus fatigué qu’un autre. En parlant de cultures, on pense aussi à nos voisins Espagnols et aux siestas (origine du mot français sieste) et à leur ancienne habitude de faire une pause aux alentours de midi. Même si on ne s’attaque pas à la source du problème, une sieste éclair (power nap en anglais) de 10 à 15 minutes peut changer la face de votre journée.

Pour moi, la cause du problème est simple : on ne dort pas assez. En fait, on ne valorise pas autant le sommeil que d’autres choses qu’on préfère faire : se lever tôt le matin, être actif la journée, participer à des réunions, rester coincé sur facebook, lire ou regarder le dernier épisode de la série du moment. A chaque fois qu’on sent la fatigue arriver, il est déjà trop tard, on laisse les choses se dégrader et on repousse le moment ou l’on donne au corps ce qu’il demande. Un peu comme s’il on choisissait de s’assoiffer. Tout le monde ne peut pas avoir le luxe de choisir l’heure à laquelle se coucher, faire une sieste ou se lever, mais le coupable reste soi-même.

Après une nuit pas assez réparatrice, on a tendance à se ruer sur un bon café… Et ca nous réveille. Et puis on prend un deuxième café parce que le premier nous a bien réveillé et que là on aurait bien besoin de ressentir ce petit coup d’accélérateur… Et puis il y a la pause avec Jean-Marc et Robert que l’on va accompagner d’un troisième café. En fait le seul résultat c’est d’être encore plus épuisé à force de tirer sur la corde pour stimuler son corps. Appliqué au quotidien, vous obtiendrez de quoi alimenter vos discussions avec la médecine du travail !

A chacun ses tuyaux, mais quand j’ai arrêté de fumer, j’ai pris l’habitude de faire le tour du pâté de maison pour contrer mes envies de cigarettes. Au bout du compte, ça ne m’a pas tellement aidé pour le tabac, mais j’ai réalisé que c’était un excellent moyen de faire une pause à plusieurs, de parler d’autre chose, de s’oxygéné et de repartir d’attaque !

Fatigué d’être toujours fatigué ?

Par où commencer quand on a pas l’énergie de commencer ?

Commencez par limiter la casse. Avant de changer vos horaires, vos habitudes et pour éviter la crise de nerfs, acceptez de faire une sieste de 15-20 minutes quand vous sentez que vous allez passer le reste de l’après-midi à lutter. Pour beaucoup de monde, moi y compris, ce n’est pas une chose évidente à caser dans son environnement de travail ou même dans un emploi du temps. A ce moment là, tournons-nous vers ce qui absorbe le plus notre énergie sans que cela nous apporte quoi que ce soit : coupez facebook, coupez gmail, coupez twitter et coupez internet pour autant que possible. Il y a d’ailleurs de très nombreuses solutions gratuites pour vous aider à tenir, que ce soit sur iPhone, Android ou sur PC / MAC.

Une fois que vous avez assaini votre espace de travail, levez-vous et marchez un peu. Si vous ne faites pas le tour du pâté de maison, essayez au moins de prendre un peu l’air et si possible prenez les escaliers. En prime, cela redynamisera votre circulation sanguine et vous penserez naturellement à autre chose.

Tout cela ne vous coûte rien et peut vous sauver la journée mais, encore une fois, on ne s’attaque pas non plus à la source du problème.

Aller plus loin

Quand on cherche à régler un problème chronique, il y a forcement un impact sur la routine et il faut accepter de faire des concessions.

  1. Dormir plus (la nuit)
    Pas évident si vous avez un enfant en bas àge ou des voisins fetards, mais pour rappel l’adulte a besoin de 7 à 8 heures de sommeil par nuit. Pourquoi ne pas aller se coucher un peu plus tôt ? Ou mettez en place un rituel, comme lire au lit pour s’endormir. Changer d’habitude de sommeil prend du temps mais c’est la base. Votre feed Instagram s’en remettra 🙂
  2. Ne restez pas assis toute la journée
    On reste assis trop longtemps en général, mais bien entendu surtout au bureau. A défaut de pouvoir se servir d’un standing desk ou d’avoir un jardin où faire une balade, levez-vous pour aller chercher des verres d’eau toutes les heures.
  3. Faites un peu de sport
    Ok, sois vous en faites déjà , sois vous n’avez pas besoin de ce site pour entendre dire que faire du sport ça fait du bien… Et pourtant, l’oxygénation, la fatigue saine et le simple fait de se changer les idées vous feront le plus grand bien. En fait c’est fou comme on oubli que l’on peut étendre notre seuil morphologique d’énergie.
  4. Calmez vous sur le café et le sucre
    Ne dépassez pas 4-5 cafés par jour. Si vous avez toujours fait ça… c’est aussi un rappel que toutes les habitudes ne sont pas bonnes. Essayez de boire de l’eau à la place, même pétillante ou citronnée. Vous m’en direz des nouvelles.
  5. Gérez vos priorités
    A lui seul, ce point là vos des milliers de pages tellement il existe de cas, d’outils, de méthodes pour être plus efficace, pour savoir dire non et pour apprendre à se ne pas se noyer dans le ras-de-marée permanent du bureau. Est-ce que dans 5 ans, vous vous voyez continuer à éteindre les mêmes incendies, répondre aux même interlocuteurs ? Temporisez, déléguez, embauchez ou automatisez.
  6. Concentrez-vous
    J’ai parlé maintes fois sur ce site de l’efficacité artificielle du multi-tasking, de la limite biologique et de la puissance des activités monotâches. Si vous n’êtes pas un lecteur assidu, gardez en tête que le coût pour votre cerveau de passer d’un tâche à une autre rend le multi-tasking bien moins efficace au bout de quelques heures. Bien sûr on peut faire deux poêlés de légumes en même temps, mais on ne peut pas écrire un Cahier des Charges et gérer l’évaluation annuelle de son équipe en même temps.
  7. Rencontrez du monde
    N’étant pas très sociable par nature, je dois reconnaître que l’une des meilleures façons de renouveller son énérgie dans le cadre du boulot, c’est tout simplement de rencontrer de nouvelles personnes. Clients, fournisseurs ou fonctions transverses, remettre les choses en perspective vous redonnera mecaniquement de l’énérgie, de nouvelles idées et du souffle.

On respire un grand coup et on va prendre l’air !

Greg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gregoryraby 60 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines