Magazine Politique

Lutter contre l'antisémitisme

Publié le 24 avril 2018 par Falconhill

Très belle tribune publiée ce dimanche par 300 personnalités dans le Parisien contre l’antisémitisme. Je suis fasciné et effrayé de voir comme ce fléau qui a tué y a peu se repend tel un cancer dans notre société. Y compris dans nos entourages.
Deux points m’ont marqué dans cette tribune très bien écrite, et très forte.
D’abord cette charge contre cet islam radical qui est le bras armé d’une épuration ethnique silencieuse. En effet, l’islam doit se regarder en face. Et il faut cesser d’être complaisant vis-à-vis de ceux qui prônent dans les quartiers, dans les médias, dans le rap ou le football, une position ambigue vis-à-vis de Charlie ou de l’antisémitisme. Je reprends ce paragraphe très fort : « nous demandons que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémite catholique aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime. »
Ensuite contre cette gauche de la gauche qui a quitté les sentiers des valeurs de la république pour se complaire justement dans une complaisance coupable vis-à-vis notamment d’un islam radical. Comme il est dit la tribune, « la bassesse électorale calcule que le vote musulman est dix fois supérieur au vote juif ». C’est très vrai. Jean-Luc Mélenchon, ses amis insoumis, hamonistes ou d’extrême gauche, peuvent twitter à tour de bras contre l’extrême droite qui entarte ses députés ou effraient les fachos qui bloquent les facultés. Il ne fait plus rire personne. Sa complaisance vis-à-vis de l’islam radical (et sur un autre plan son soutien affiché pour les délinquants zadistes ou qui préparent des cocktails molotov à Tolbiac) est coupable. Et pas du tout rigolote. Ce fascisme à la gauche de la gauche, dont les représentations politiques sont des Mélenchon et ses insoumis, des Besancenot, hier Gérard Filoche et aujourd’hui Benoit Hamon, est effrayant. Il ne peut plus faire rire quand dans les urnes il dépasse les 25%.
Je recopie l’intégralité de cette courte mais chouette tribune. L’antisémitisme n’est pas l’affaire des Juifs, c’est l’affaire de tous, et c’est vrai.
« L’antisémitisme n’est pas l’affaire des Juifs, c’est l’affaire de tous. Les Français, dont on a mesuré la maturité démocratique après chaque attentat islamiste, vivent un paradoxe tragique. Leur pays est devenu le théâtre d’un antisémitisme meurtrier. Cette terreur se répand, provoquant à la fois la condamnation populaire et un silence médiatique que la récente marche blanche a contribué à rompre.
Lorsqu’un Premier ministre à la tribune de l’Assemblée nationale déclare, sous les applaudissements de tout le pays, que la France sans les Juifs, ce n’est plus la France, il ne s’agit pas d’une belle phrase consolatrice mais d’un avertissement solennel : notre histoire européenne, et singulièrement française, pour des raisons géographiques, religieuses, philosophiques, juridiques, est profondément liée à des cultures diverses parmi lesquelles la pensée juive est déterminante. Dans notre histoire récente, onze Juifs viennent d’être assassinés - et certains torturés - parce que Juifs, par des islamistes radicaux.
Pourtant, la dénonciation de l’islamophobie - qui n’est pas le racisme anti-Arabe à combattre - dissimule les chiffres du ministère de l’Intérieur : les Français juifs ont 25 fois plus de risques d’être agressés que leurs concitoyens musulmans. 10 % des citoyens juifs d’Ile-de-France - c’est-à-dire environ 50 000 personnes - ont récemment été contraints de déménager parce qu’ils n’étaient plus en sécurité dans certaines cités et parce que leurs enfants ne pouvaient plus fréquenter l’école de la République. Il s’agit d’une épuration ethnique à bas bruit au pays d’Émile Zola et de Clemenceau.
Pourquoi ce silence ? Parce que la radicalisation islamiste - et l’antisémitisme qu’il véhicule - est considérée exclusivement par une partie des élites françaises comme l’expression d’une révolte sociale, alors que le même phénomène s’observe dans des sociétés aussi différentes que le Danemark, l’Afghanistan, le Mali ou l’Allemagne… Parce qu’au vieil antisémitisme de l’extrême droite, s’ajoute l’antisémitisme d’une partie de la gauche radicale qui a trouvé dans l’antisionisme l’alibi pour transformer les bourreaux des Juifs en victimes de la société. Parce que la bassesse électorale calcule que le vote musulman est dix fois supérieur au vote juif. Or à la marche blanche pour Mireille Knoll, il y avait des imams conscients que l’antisémitisme musulman est la plus grande menace qui pèse sur l’islam du XXIème siècle et sur le monde de paix et de liberté dans lequel ils ont choisi de vivre. Ils sont, pour la plupart, sous protection policière, ce qui en dit long sur la terreur que font régner les islamistes sur les musulmans de France.
En conséquence, nous demandons que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémite catholique aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime.
Nous attendons de l’islam de France qu’il ouvre la voie. Nous demandons que la lutte contre cette faillite démocratique qu’est l’antisémitisme devienne cause nationale avant qu’il ne soit trop tard. Avant que la France ne soit plus la France. »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Falconhill 1396 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines