Magazine Graphisme

Interview : l’illustratrice Chloé Romengas

Publié le 02 mai 2018 par Inspirationsgraphiques

Interview : l’illustratrice Chloé RomengasAujourd’hui, nous avons le plaisir d’interviewer la jeune et talentueuse illustratrice et auteure Chloé Romengas. Après un parcours atypique et une reconversion professionnelle, elle s’est lancée dans l’illustration et a créé sa marque de papeterie The Yellow Cat Studio ainsi que l’excellent blog Rayures et Ratures. Rencontre avec cette artiste à l’univers coloré et passionnant !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
Je m’appelle Chloé, j’ai 28 ans, et j’habite en région lyonnaise depuis quelques années. Aujourd’hui, je suis auteure et illustratrice, et j’aime particulièrement travailler sur des projets didactiques, à visée humaniste, ou qui mettent de bonne humeur !

Qu’est ce qui t’a conduit à l’illustration ?
J’ai toujours dessiné, pour le plaisir, sans style particulier, et sans idée derrière la tête non plus. C’était un loisir, je n’imaginais pas tous les métiers liés au dessin qui pouvaient exister, donc je ne m’imaginais pas faire du dessin mon métier. J’ai découvert les romans graphiques assez tard, à 23 ans, et là ça a été une illumination. Je me suis plongée dedans. J’avais plein d’histoires à raconter, et je n’arrivais pas à le faire qu’avec des mots. Alors je me suis intéressée de plus en plus à l’illustration, au lien entre le texte et les images, à ce que cette relation peut apporter dans le message transmis.

Qu’est-ce qui t’a décidé à te former en illustration puis à entamer une reconversion professionnelle ?
Avant, je travaillais en entreprise dans un domaine très différent, à l’inverse de ce qu’on pourrait imaginer pour quelqu’un de créatif, avec beaucoup d’analyse de chiffres et de tableaux excel. Je dessinais le soir, en rentrant du travail, ou dans le métro. Quand j’avais le temps. Et toujours la même chose. J’avais envie de sortir de ma zone de confort, de me forcer un peu à dessiner autre chose que mon style habituel, d’apprendre le dessin numérique ( je ne faisais que de l’aquarelle ) et je me suis inscrite en formation d’illustration. C’était vraiment pour le plaisir, pour apprendre, sans penser que j’allais finalement changer de métier un an plus tard ! La reconversion professionnelle s’est faite un peu malgré moi, et je ne regrette pas car je ne sais pas si j’aurais osé sauter le pas !

Interview : l’illustratrice Chloé Romengas

J’ai dû quitter mon travail en entreprise pour des raisons de santé, et j’en ai profité pour me mettre à 100% dans la formation. L’équipe pédagogique m’a beaucoup soutenue, j’avais plein de choses à dire sur cette maladie qui m’empêchait de retourner travailler en entreprise, et l’illustration m’a permis de le faire. Alors petit à petit, au fil de la formation, je me suis sentie capable de faire de l’illustration mon métier, de créer ma propre activité, qui me plaisait et qui me permettait d’avoir un rythme compatible avec les traitements.

Où as-tu réalisé ta formation ?
J’ai choisi l’EDAA, basée à Reims, qui venait d’ouvrir une section illustration justement. Ils avaient l’air proches des élèves, et surtout je pouvais suivre la formation à mon rythme.

Comment cela s’est déroulé ?
Il y a plusieurs phases d’études, et énormément de sujets différents, qui permettent de découvrir tous les types d’illustration qui existent et de sortir de sa zone de confort, car il y a forcément des sujets qui nous parlent moins que d’autres. Je pensais m’orienter vers des projets d’illustration jeunesse, mais j’ai découvert l’illustration didactique, pédagogique, et finalement c’est celle qui m’inspire le plus, conjuguée à la bande dessinée. J’ai développé des projets personnels en parallèle de la formation, et ils m’ont toujours conseillée sur ces projets. Aujourd’hui, ça y est, j’ai terminé la formation !

Quelles ont été tes influences au cours de ta vie ? Et aujourd’hui ?
J’ai été très influencée par mon arrière-grand-père, aquarelliste, qui m’emmenait peindre dehors, dans la montagne ou dans les vignes. J’ai longtemps utilisé l’aquarelle, et représenté des paysages du sud, du coup. Et puis petit à petit, j’ai quitté son style, et trouvé le mien. Aujourd’hui, j’apprécie particulièrement le travail de Soosh qui représente des moments de tendresse, de partage, à l’aquarelle. J’aurais toujours une petite affection particulière pour l’aquarelle !

Depuis la fin de ta formation en illustration, quelles sont tes activités ?
Depuis la fin de ma formation, j’ai créé une marque de papeterie, The Yellow Cat Studio, qui valorise le lien humain, les moments précieux qu’on partage avec les autres. Je crée des visuels (à l’aquarelle) qui représentent des moments de partage et que j’imprime sur des cartes que l’on peut offrir à nos proches. Je crée aussi des faire-part de naissance, ou des illustrations personnalisées. J’aime tout ce qui est positif, qui met de bonne humeur, qui apporte de la tendresse, et j’aimerais encourager les gens à avoir des petites attentions les uns envers les autres !

Interview : l’illustratrice Chloé Romengas

En parallèle, je travaille sur des projets plus personnels, principalement pour sensibiliser (via l’illustration ou la BD) sur des thèmes qui me tiennent à coeur, comme le handicap invisible, la maladie chronique, ou la différence en général. Mais toujours avec un côté léger, positif, bienveillant 🙂

Il y a quelques temps, tu as par ailleurs créé un blog appelé Rayures et Ratures, peux-tu nous expliquer de quoi il s’agit ?
Rayures et Ratures, c’est un blog que j’ai créé début 2016, en cours de formation à l’EDAA, sur lequel je publie des articles écrits et illustrés pour expliquer de manière très simple (et un peu amusante) le fonctionnement des zèbres. Les zèbres, ce sont les personnes surdouées, ou à haut potentiel. Le terme zèbre a été introduit par une psychologue (Jeanne Siaud-Facchin) pour se détacher des idées reçues et clichés rattachés aux autres termes, et c’était justement le but de ce blog : dépasser les clichés. Je publie des articles qui expliquent les traits de caractère qui peuvent être partagés par ces personnes, mais aussi des témoignages illustrés, qui permettent de montrer la diversité des profils de zèbres.

Interview : l’illustratrice Chloé Romengas

C’est un sujet qui te tient particulièrement à cœur ?
Oui ! Petite, j’ai souvent entendu les enseignants dire « enfant précoce » sans qu’on m’explique ce que ça voulait dire. Alors j’ai grandi avec les clichés en tête, en me mettant beaucoup de pression pour correspondre à l’image de réussite que j’avais de ces « enfants précoces » . Quand, à 25 ans, on m’a expliqué comment je fonctionnais, en me parlant d’hypersensibilité, de mémoire, de traitement des informations, et même de mes valeurs morales, je me suis dit que ça m’aurait aidé de le comprendre plus tôt ! Alors, j’ai décidé de créer ce blog, pour expliquer ce que j’avais compris avec un peu plus de légèreté que ce qu’on pouvait trouver ailleurs, et en étant accessible. J’avais vraiment envie de vulgariser tout ça.

Tu envisages d’en créer une version « papier » ?
Oui ! Au fil du temps, plein de gens se sont retrouvés dans les articles ou dans les illustrations, m’ont partagé des anecdotes ou des bouts de leur vie, ont commenté, aimé et partagé, et leurs encouragements m’ont donné l’envie et surtout le courage d’en faire un livre. J’ai ajouté des chapitres inédits, retravaillé les articles et les illustrations (car quand je vois celles des premiers articles, faites en début de formation, je vois tous les défauts !), et il est presque prêt à être imprimé !

En quoi est-ce important d’en faire un objet physique ?
J’avais envie de pouvoir toucher plus de 2 ans de travail. En me reconvertissant dans un métier artistique, j’ai remarqué que j’avais beaucoup moins de reconnaissance dans mon travail. Pourtant, ce que je fais aujourd’hui a plus d’impact, aide beaucoup plus de gens. C’est peut-être un peu égoïste, mais j’avais besoin aussi d’avoir une preuve concrète de ce travail. Et puis le livre, c’est un vecteur d’échange, de partage. Je ne peux pas vivre sans, et j’ai toujours rêvé d’en écrire un !

Comment nos lecteurs pourraient t’aider à finaliser ton projet ?
J’ai lancé une campagne de financement participatif mi avril afin de financer l’impression du livre. L’objectif a été atteint en moins d’une journée, les lecteurs du blog se sont fortement mobilisés, j’ai été très touchée. J’ai fixé de nouveaux objectifs afin de pouvoir offrir des livres à des structures éducatives, qui pourraient s’en servir comme support pédagogique ou le prêter à leurs patients, et à des bibliothèques, afin que les personnes qui ont peu de moyens puissent y avoir accès. J’y tiens, et plus nous serons nombreux à participer, plus nous pourrons offrir de livres à ces structures ! S’ils ont envie de recevoir le livre ou soutenir le projet, voici le lien vers la présentation et la campagne : https://fr.ulule.com/rayuresetratures/

Enfin, que pouvons-nous te souhaiter pour la suite ?
Des journées de plus de 24h pour avoir le temps de sensibiliser sur toujours plus de thèmes qui me tiennent à coeur, en commençant par la maladie chronique et son impact social 🙂

Un immense merci à Chloé pour sa disponibilité et sa gentillesse, et si vous souhaitez l’aider à finaliser son projet, c’est ici !

Publicités

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Inspirationsgraphiques 1799 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte