Magazine Culture

New Girl (Saison 6, 22 épisodes) : l'amour tient plus qu'à un fil

Publié le 06 mai 2018 par Delromainzika @cabreakingnews


Avant de commencer la saison 7, qui est aussi la dernière de la série, j’avais laissé tomber New Girl l’an dernier au terme des cinq premiers épisodes de la saison 6. A la fois par manque de temps mais aussi car je m’étais un peu lassé des simagrées de chacun des personnages. J’ai voulu faire un effort et revenir à l’appartement dans le but de terminer aussi cette série où j’ai passé de très bons moments avec ces personnages pendant près de cinq ans. Pourtant, je ne comprends pas trop pourquoi New Girl a eu droit à une saison 7 de huit derniers épisodes quand on voit à quel point le dernier épisode de cette saison aurait très bien pu servir de final pour la série. Mais peu importe, nous n’en sommes pas vraiment là. Avec six saisons, les personnages de New Girl ont beaucoup changé et pas toujours en mal. La série est très étonnante car dans sa construction, il y a deux façons de la voir. D’un côté comme une comédie barge avec des potes tout aussi barges, mais aussi d’un autre côté une comédie romantique avec pour figure de proue l’histoire entre Jess et Nick. D’ailleurs, la série fait du fan-service dans le dernier épisode de la saison en offrant à Jess et Nick des retrouvailles en bonne et due forme, tout ce que l’on peut attendre si l’on a comme moi apprécié le duo. Ce baiser échangé dans l’ascenseur de leur immeuble est un moment symbolique.

Mais les ascenseurs sont symboliques pour beaucoup de séries et notamment les comédies romantiques. Dans ce moment on retrouve alors une référence intéressante qui fonctionne très bien. Mais New Girl n’est pas qu’une comédie romantique avec Jess et Nick au centre, c’est aussi une comédie de potes qui a parfois été comparée au nouveau Friends (même si je ne suis pas d’accord sur le sujet, les deux séries ayant en commun seulement la bande de potes). Cette saison 6 est celle de la rédemption alors que petit à petit les personnages semblent grandir et trouver une voie afin de finir leurs beaux jours. Comme par exemple Cece et Schmidt, ce couple qui a fait du chemin depuis le dernier épisode de la saison 5 (et leur mariage). Ils ont maintenant investi dans une maison en lambeaux qu’ils vont retaper de fond en fond. Si New Girl n’est pas Papa Bricole, la série s’amuse de cette histoire en confrontant le couple aux problèmes de la vie de couple au quotidien dans des scènes plutôt cocasses et réussies. Mais la saison 6 ne s’arrête pas là avec la grossesse de Cece qui est là aussi un grand bouleversement et l’une des annonces les plus étonnantes du final de la saison. Mais avec ce genre de circonstances, je dois avouer que l’on aurait très bien pu achever la série sur cet épisode.

Malgré tout, je trouve que Cece et Schmidt n’ont pas vraiment eu le développement personnage le plus original de l’histoire de la série tant le tout est convenu. Mais cela répond aux attentes qu’un téléspectateur lambda peut avoir d’une série de ce genre là quand elle arrive à conclusion. Mais dans l’aventure New Girl nous avons aussi Winston, un personnage que la série a toujours du mal à utiliser même si par moment elle brille par sa façon de faire. Ce n’est pas toujours le cas cette année mais les scénaristes ont tout de même le mérite de tout faire pour éviter de le laisser de côté. Du coup, les scénaristes vont lui permettre ici de trouver l’amour, avec Aly (incarnée par Nasim Pedrad), une collègue. J’aime bien cette idylle car elle ressemble pleinement à Winston qui reste un personnage à la fois emblématique de New Girl mais aussi l’un des plus complexes. Pour la première fois de l’histoire de New Girl, on peut dire que les scénaristes ont le mérite de lui avoir trouvé un intérêt amoureux qui lui va comme un gant et qui accepte Winston comme il est. Même avec son côté bizarre et ses défauts. Cela change des années précédentes où l’on sentait que les scénaristes tentaient tout un tas de trucs différents.

Nick de son côté a beaucoup grandi et on va dire que sa relation avec Jess lui a permis de le faire il y a quelques années. Je dirais que Reagan a permis à Nick de gagner en responsabilités et de comprendre comment une vie de couple fonctionne. On est alors loin de toutes les conneries que Nick a pu faire et qui lui ont sans aucun doute valu le fait de perdre Jess par le passé. Nick a aussi évolué cette année en trouvant un plan professionnel qui lui correspond et qui lui permet de ne pas rester statique. L’évolution de Nick avec ses Pepperwood Chronicles est quelque chose de mignon comme tout que les scénaristes tentent (et réussissent) de rendre palpitants. Avec cette saison, New Girl a clairement atteint l’âge de raison. Cela se ressent dans les intrigues et au travers des personnages qui nous font rire autrement. On a grandi avec eux après tout et l’humour des débuts ne peut plus nous faire autant rire maintenant. Grâce à des farces dont la série a le secret et quelques jolis moments plus tendre, le scénario mélange donc tous les ingrédients qui auraient pu faire de cette saison 6 une très belle dernière saison de la série. C’est tout ce que je voulais (mais la saison 7 est là et je vais m’empresser de voir ce qu’elle a à nous offrir car j’ai tout de même un peu peur). Finalement, New Girl reste donc une comédie qui aura mérité sa longévité pour sa capacité à faire évoluer ses personnages intelligemment et à savoir équilibrer son humour avec son côté romcom.

Note : 6/10. En bref, une saison équilibrée et intéressante avec l’humour léger et la romance qu’il faut.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte