Magazine Culture

Critiques Séries : Succession. Saison 1. Pilot.

Publié le 04 juin 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Succession // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Créée par Jesse Armstrong (Fresh Meat, Babylon), Succession est la nouvelle série de HBO. On est tout de même loin de ce que Alan Ball a fait du genre dramatique familial avec Here and Now, même si Succession n’est pas non plus exceptionnelle pour autant. Avec Adam McKay à la mise en scène et à la production, il fallait bien s’attendre à un regard plutôt drôle sur l’économie et le fait d’être bien loti et riche. L’idée qu’une petite partie de la population vivent une vie de millionnaire est un concept devenu ridicule au fil des années. C’est en tout cas quelque chose qui transpire de plus en plus dans les fictions actuelles et Succession vient alors ridiculiser un peu plus ce monde. Pour autant, cette série n’est pas écrite par Adam McKay. Cependant, pour ne pas trop en faire, la série décide aussi d’ancrer les personnages dans une certaine réalité que l’on connaît et cela se fait de façon plutôt efficace. Ce qui me fascine ici reste la façon dont les personnages sont développés tout au long de ce premier épisode, même si par moment je dirais que la série a encore besoin de faire ses preuves. Le but est ici de chercher la succession de Logan Roy (incarné par Brian Cox), qui est à la tête de la société de média et de divertissement Waystar Royco.

La riche et puissante famille Roy, composée du patriarche Logan et de ses quatres enfants, contrôle l'un des plus gros conglomérats de médias du monde. Alors que leur père vieillissant se retire peu à peu de la compagnie, Connor, Kendall Roman et Siobhan contemplent le futur de l'entreprise sans lui...

Il y a par moment un arrière goût du Roi Lear de Shakespeare qui plane au dessus de Succession, sauf que ce n’est pas du tout le même récit ou encore la même façon de le mettre en scène. Kendall (incarné par Jeremy Strong), un ancien addict, semble être le choix judicieux pour prendre la suite, mais Roman (Kieran Culkin) et Siobhan (Sarah Snook), pensent avoir droit à une part du gâteau. A côté il y a aussi Connor (incarné par Alan Ruck), le plus vieux et étrange fils de Logan, qui semble plus intéressé par autre chose que le contrôle de l’entreprise familiale mais plutôt utiliser le pouvoir de son père afin de faire passer ses idées politiques. Mais Succession a aussi quelques mystères bien gardés et notamment les intentions de Marcia, la belle-mère. La série décide de garder ça encore un peu dans sa poche pour probablement nous faire une révélation intéressante dans la suite de la saison. Succession reprend alors quelques éléments faciles du soap-opera façon Dallas mais ajoute des éléments qui parviennent à ancrer le tout dans la réalité, comme une série de HBO se devait de le faire. Il ne serait pas étonnant qu’il y ait des idées reprise dans l’histoire de la dynastie derrière 21st Century FOX et News Corp dont Murdoch a décidé de vendre la plupart des éléments à Disney. Tout cela a cause de tensions parmi ses enfants.

Si l’on peut faire une comparaison avec Succession, je dirais que cela reste malgré tout légèrement différent. Nous sommes ici face à une famille fictive mais qui s’inspire forcément de choses qui existent. Surtout que Jesse Armstrong est l’auteur d’un scénario sur l’histoire de la famille Murdoch. Donc il ne serait pas étonnant qu’il ait repris un peu tout cela afin d’en faire une série pour HBO à sa façon. La série cherche donc à parler de ces riches, responsables de couvrir certains scandales car ils en ont le pouvoir dans les médias qu’ils contrôlent. Je dirais donc que Succession est bien plus intéressante quand elle se concentre sur la famille en tant que tel, plutôt que les dessous des médias et de ces aventures de milliardaires qui balancent de l’argent par les fenêtres.

Note : 5.5/10. En bref, il reste encore quelques efforts à faire…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte