Magazine Finances

La maladie hollandaise en économie

Publié le 13 juin 2018 par Raphael57
La maladie hollandaise en économie

Dans un billet sur la politique économique menée par Donald Trump aux États-Unis, complété par celui-ci sur le lien entre les États-unis et la Chine, j'avais montré que le pays faisait face à des gains de productivité en berne. Il me semblait donc intéressant de partir de ce constat pour évoquer un phénomène économique souvent laissé dans l'ombre des médias : la maladie hollandaise.

Les gains de productivité aux États-Unis

Le graphique ci-dessous montre les faibles gains de productivité pour l'ensemble de l'économie aux États-Unis, situation que l'on retrouve dans la plupart des pays de l'OCDE, alors même que la robotisation et la numérisation vont bon train :

La maladie hollandaise en économie

[ Source : McKinsey Global Institute ]

La maladie hollandaise

Comme son nom l'indique, ce phénomène économique se rapporte à la Hollande qui, à la fin des années 1950 avait découvert d'importants gisements de gaz. Ceux-ci firent la richesse du royaume et le secteur gazier se mit à beaucoup exporter. Or, ce faisant, des pressions à la hausse s'exercèrent sur le Florin dans les années 1970, puisque les clients étrangers durent s'en procurer pour payer leurs importations. Hélas, une telle appréciation du Florin jouait à l'évidence contre la compétitivité-prix des entreprises exportatrices hollandaises.

Pire, les structures de l'économie se déformèrent au profit du seul secteur gazier, où se concentrèrent les investissements et plus généralement les facteurs de production, donc in fine les hausses de salaires. De surcroît, avec une monnaie forte, le pays était incité à importer des produits étrangers devenus meilleur marché que les produits locaux. Rien d'étonnant dans ces conditions que la situation économique globale se dégrada malgré le boom du secteur gazier, d'où une montée en flèche du chômage entre 1970 (où il était quasi inexistant) et 1977.

En d'autres termes, la maladie hollandaise (nom inventé par The Economist) est souvent le nom générique pour désigner la malédiction des pays qui découvrent un gisement important de matières premières. Algérie, Russie et tout récemment le Venezuela sont des exemples de pays touchés par ce phénomène. Et le moins que l'on puisse dire est qu'il provoque des dégâts importants dans l'économie, dont il est difficile de se remettre...

Maladie hollandaise aux États-Unis dans les services ?

Je vous propose de réfléchir aux deux questions suivantes, pour savoir s'il y a un phénomène de maladie hollandaise dans les services aux États-Unis :

 * l'hypertrophie du secteur financier aux États-Unis n'a-t-elle pas détourné d'importants facteurs de production vers ce secteur au détriment du reste de l'économie ?

 * la robotisation et l'ubérisation n'ont-elles pas déformé l'économie des États-Unis vers les services, où les gains de productivité sont en général plus faibles, au détriment de l'industrie, qui affiche souvent des gains de productivité importants ?

En tout état de cause, même si ces points sont très discutés parmi les économistes (s'agit-il vraiment d'une maladie hollandaise ?), on constate que la déformation d'une économie au profit des seuls services n'est en général pas favorable au développement économique de long terme. Autrement dit, produire des biens manufacturés est une nécessité pour un pays ; mais qui osera encore le rappeler maintenant que nos industries sont parties en Asie ?

P.S. : l'image de ce billet provient de ce site.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Raphael57 947 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine