Magazine Échecs

Le jeu d’échecs apprend à se concentrer et rend heureux

Publié le 15 juin 2018 par Chess & Strategy @Chess_Strategy

Le jeu d’échecs nous enseigne la concentration dans une société qui favorise l'inattention, la dispersion, le zapping... délétère selon les psychologues.

La championne d'échecs des Etats-Unis 2018 Nazi Paikidze en pleine concentration dans sa partie

Immersion totale : la championne d'échecs des Etats-Unis 2018 Nazi Paikidze en pleine concentration, à la recherche du meilleur coup dans sa partie. Apprendre à jouer aux échecs favorise la concentration.

Pourquoi importerait-il d’améliorer ses capacités d’attention alors qu’on gagne tant en efficacité quand on se montre capable de répondre à cinq textos, deux conversations simultanées et trois mails pendant une réunion de travail ? « Parce que cela rend heureux », répond Jeanne Siaud-Facchin, psychologue et psychothérapeute, auteur de « Tout est là, juste là (Odile Jacob).

Le multitâche épuise nos ressources intellectuelles.

Le multitâche épuise nos ressources intellectuelles et amoindrit nos performances. Tandis que, lorsqu’on est totalement absorbé dans une tâche, lorsque tout notre attention est orientée sur ce que nous faisons, nous éprouvons une satisfaction beaucoup plus importante.

Le Flow, le secret du bonheur

Cet effet a été découvert par le célèbre psychologue américain d’origine hongroise Mihaly Csikszentmihali et son équipe de l’université Harvard. Cinq mille personnes, âgées de 8 à 88 ans, vivant dans 83 pays différents, ont été équipées d’un bipper qui sonnait à des moments aléatoire de la journée. A chaque appel, les cobayes devaient dire ce qu’ils étaient en train de faire, préciser s’ils étaient concentrés sur ce qu’ils faisaient et donner des indications sur leur humeur.

Les résultats ont été univoques. Plus les participants étaient engagés dans leur tâche avec une attention soutenue – et quoi qu’ils fassent même éplucher des pommes de terre ou jouer aux échecs-, plus leur satisfaction était élevée. C’est ce que cette équipe de scientifiques a nommé « l’expérience optimale », un état de concentration pure où toute notre énergie mentale est canalisée dans un flux jubilatoire.

Le contraire de la bien connue dispersion mentale, qui, elle, altère notre sentiment de bien-être, ce qui permet à Jeanne Siaud-Facchin de dire en souriant qu’apprendre le bottin téléphonique par cœur rend plus heureux que lézarder sur un transat. le jeu d'échecs favorise la concentration. Concentrez-vous environ 5 minutes sur ce diagramme d'échecs pour trouver la solution.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chess & Strategy 4315899 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines