Magazine Humanitaire

Le CICR publie aujourd’hui une étude sur le comportement au combat dans les conflits actuels

Publié le 19 juin 2018 par Frédéric Joli

Le CICR publie aujourd’hui une étude sur le comportement au combat dans les conflits actuels

Le CICR publie aujourd’hui une étude sur le comportement au combat dans les conflits actuels

Cliquer sur la vignette pour lire l’étude dans son intégralité

Comment faire en sorte que le comportement au combat se conforme mieux aux principes du droit international humanitaire ? Voici l’une des questions posées en filigrane dans l’étude, « The Roots of Restraint in War« , que publie aujourd’hui le CICR sur la nature des conflits armés actuels. Ce document se veut être une mise à jour d’une étude parue en 2004, « The Roots on Behaviour in War », « les racines du comportement au combat ».

L’étude publiée aujourd’hui s’appuie sur huit études de cas réalisées dans cinq pays et analyse comment les normes formelles et informelles conditionnent le comportement des soldats et des combattants en fonction du type d’organisation armée à laquelle ils appartiennent. Elle fournit également un cadre d’analyse aux acteurs humanitaires pour les aider à identifier l’approche la mieux adaptée à la structure et aux mécanismes de socialisation d’un groupe, dans le but de promouvoir auprès des porteurs d’arme un comportement au combat conforme au droit international humanitaire.

Menée des mois durant sur le terrain, cette étude s’appuie sur des analyses et des entretiens menés auprès de forces et de groupes armés (Forces armées australiennes et philippines,  groupes tels que Ansar Dine au Sahel, des éleveurs armés au Soudan du Sud ou encore des membres des FARC-EP en Colombie).

L’étude révèle également le premier sondage jamais réalisé auprès de combattants sur des questions relatives au droit international humanitaire, à l’éthique au combat et au comportement à adopter à l’égard des populations civiles, etc.

Le CICR note également que seuls 33% des conflits en cours n’impliquent que deux parties contre 44% qui voient s’opposer entre trois et neuf forces antagonistes voire beaucoup plus comme par exemple, en octobre 2011, où 236 groupes armés distincts étaient présents rien que dans la ville de Misrata.

Lire le résumé en français de l’étude sur le site du CICR.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Frédéric Joli 39938 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte