Magazine France

Le chômage des seniors : vraiment pas la préoccupation de la ministre du travail !

Publié le 20 juin 2018 par Slovar
Muriel Penicaud répondait ce matin à des lecteurs du journal Le Parisien. Abordant le chômage des seniors, elle s'est limitée à affirmer qu'il suffirait "d'ouvrir les mentalités" pour résoudre le problème !
Le chômage des seniors est préoccupant dans la mesure où c'est celui qui augmente le plus années après années. Aucun gouvernement n'a pu ou voulu vraiment s'en occuper. Or, ne pas pouvoir trouver un emploi à cause de son âge est une discrimination majeure. 

Le chômage des seniors : vraiment pas la préoccupation de la ministre du travail !
Le fait que les seniors peinent à garder leur place dans les entreprises n'est pas nouveau puisque comme l'écrivait le site Clés du Social : .../... "le recours aux préretraites comme outil de gestion de la pyramide des âges, (fut) prédominant dans les années 1970-1980, a quasiment disparu .../..." La cause ? "./... la mise en place en 2003 d’une taxe, alourdie en 2008 (50 % des sommes versées), sur les préretraites d’entreprise .../..."
Longtemps, les organisations patronales ont expliqué que les entreprises rechignaient à embaucher des plus de 55 ans dans la mesure où l'âge de la retraite était de 60 ans, elles ne pouvaient pas envisager de projet de moyen où long terme avec des salariés trop proche de la retraite.
D'ailleurs Laurence Parisot alors Présidente du Medef expliquait la mobilisation des entreprises sur le sujet.
En 2008 : «  Le MEDEF s’engage pleinement à tout faire pour augmenter le taux d’emploi des seniors dans le secteur privé (...) » 
En 2009 : « (...) L’emploi et le maintien dans l’emploi des seniors font partie des objectifs prioritaires (...) Rompre avec la culture de la sortie précoce d’activité est une nécessité, ne serait-ce que pour faire face aux enjeux démographiques et préserver les régimes de retraite (...) Pour y parvenir, une véritable révolution des esprits a été ébauchée et doit se poursuivre (...) »
Avec le résultat qu'on connaît ...
Ce matin dans le journal Le Parisien, c'était à notre actuelle ministre du travail d'être confrontée par une lectrice au problème de l'emploi des seniors
Selon elle  : " Avec les ordonnances sur le dialogue social et la réforme du marché du travail nous avons déjà fait sauter un verrou psychologique. Je croise beaucoup de patrons de PME qui me disent "maintenant, je n’ai plus peur d’embaucher "
Question de la lectrice : " Souvent, à 45-50 ans, on se retrouve sans travail. Que faites-vous pour les seniors ? "
Muriel Penicaud : " Ceux qui recrutent ont souvent des stéréotypes dans la tête. Il est vrai que les entreprises n’embauchent pas assez de seniors. Les employeurs disent qu’ils manquent de compétences. Les seniors en ont ! Il faut ouvrir les mentalités ! "
Question de la lectrice : " Oui… mais les employeurs disent qu’on coûte trop cher... "
Muriel Penicaud : " C’est un obstacle, je le reconnais. Est-ce qu’il ne vaut pas mieux parfois avoir un travail et accepter 10 % de salaire en moins ? C’est un arbitrage. Par ailleurs, il n’y a plus de limite d’âge pour la formation. Ce n’est pas parce qu’on a plus de 50 ans qu’on n’y a pas droit "
 En clair, ce n'est même une préoccupation secondaire de la ministre ! Que voulez-vous, la "Startup Nation" n'a que faire de gens incapables de comprendre qu'ils ne font pas partie du projet du Président de la République. 

Quant à ouvrir les mentalités, il est clair que les organisations patronales comme le Medef se contenteront du Forum Emploi Seniors annuel qui paraît-il propose 5000 offres d'emploi. La ministre se félicitera d'une telle mobilisation, le nouveau Président du Medef rappellera son attachement à une  "véritable révolution des esprits" Et Pôle Emploi se chargera de vérifier si ceux qui sont toujours au chômage ont une recherche d'emploi active. Car, n'oublions pas le recrutement à la demande de la ministre de 400 nouveaux contrôleurs qui pourront suspendre leurs droits pour ne pas avoir "recherché activement" un poste.
Honteux, écœurant  ? pour moi, c'est certain. Pour le Président, son gouvernement et sa majorité, il s'agit simplement de remettre au pas des gens qui manquent de volonté. Ainsi va la vie des gens dans la "République en Marche" ...

Crédit et copyright photo Paris Match

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Slovar 2897 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte