Magazine Société

Trépanation à la perfection

Publié le 20 juin 2018 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! Recherche d'évènements (agenda) Une équipe de chercheurs de trois universités américaines, conduits par David Kushner du département de médecine de l'Université de Miami est arrivée à une conclusion étonnante. Grâce à l'étude de plus de 800 crânes trépanés péruviens durant une période de 400 ans avant J.-C. jusqu'à la fin de l'Empire Inca. Ils ont comparé l'évolution des taux de survie à de telles opérations avec ceux de la guerre civile américaine, de 1861 à 1865, époque pendant laquelle on n'avait qu'une chance sur deux de survivre après l'ouverture du crâne. Alors que chez les Incas, on avait 4 chances sur 5 de guérir.
Pour Olivier Dutour, directeur d'études en anthropologie biologique à l’École pratique des hautes études de Paris "Il y a une combinaison de facteurs qui peuvent expliquer ce constat. Il ne faut pas occulter la brutalité de la guerre de Sécession. Les blessures crâniennes par balle étaient plus graves et plus complexes à opérer que les traumatismes crâniens où les maux de tête des Incas. Il y avait un contexte d'urgence expliquant que toutes les précautions, notamment d'asepsie, n'étaient pas forcément prises, expliquant le plus faible taux de survie des patients pendant la guerre de Sécession. Ceci dit, cela n'enlève rien à l'habileté incroyable des chirurgiens incas".
Les trépanations se sont toujours pratiquées couramment dans le passé et partout. Les plus anciennes traces sur des êtres humains remontent au mésolithique, plusieurs milliers d'années avant les Incas. Et Olivier Dutour précise qu’il est difficile aujourd'hui de reconnaître si ces opérations avaient une raison médicale ou étaient le résultat d’un acte magique ou religieux. Il conclut: "La seule chose dont on peut être sûr, c'est que la plupart du temps (jusqu'à plus de 90% des cas chez les Incas), les patients survivaient". Aujourd'hui 30e jour du signe astrologique des Gémeaux. Selon le dicton, "à Saint-Gobain, le bois prend feuilles, la futaie pousse à vue d'œil". Sont nés notamment ce jour: le compositeur Jacques Offenbach, le peintre Georges Dufrénoy, l'acteur Audie Murphy, le chanteur Lionel Richie, l'astronaute Brian Duffy, l'actrice Nicole Kidman. Journée mondiale des réfugiés. En Argentine fête du drapeau et en Érythrée fête des martyrs. En France, bonne fête aux Silvère et Gobain!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 108031 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine