Magazine Focus Emploi

Storytelling, leadership et intelligence émotionnelle : les clés d’un changement réussi

Publié le 05 juillet 2018 par Dangelsteph
Storytelling, leadership et intelligence émotionnelle : les clés d’un changement réussi

On le sait : les clés d'un changement réussi dans une organisation, quelle qu'elle soit, reposent sur le leadership de ceux qui le conduise, et cela passe aussi par le storytelling et l'intelligence émotionnelle du ou des leaders.

John P. Kotter, expert s'il en est, estime même entre 70 et 90% l'importance du leadership dans le succès d'une démarche de changement.

En quoi les émotions et le récit ont-ils une importance dans ce processus ? Il s'agit tout simplement des capacités de maîtrise du ou des leaders : la maîtrise de ce qui est dit, une conscience de soi, et la maîtrise de soi, dans un contexte de grande tension liée au projet de changement. Le changement est lui même chargé en émotions : l'enthousiasme des acteurs pour le projet l'est, et, plus souvent, la résistance ouverte ou inconsciente sont des mécanismes émotionnels.

Pourtant, quand on pense aux qualités d'un leader amené à inspirer une démarche de changement, on parle beaucoup de charisme, de confiance en soi, d'intelligence, de capacités de prise de décision, d'autorité parfois aussi... L'émotion, par contre, n'est que très rarement mentionnée.

C'est oublier que le changement, une démarche de changement aujourd'hui, ce n'est pas du tout la même chose qu'il y a quelques années : il est multi-dimensionnel, changeant (oui, le changement changeant !). Ce n'est donc pas un leader qui peut tout impulser, il faut une collectivité de leaders qui, bien entendu, ne sera pas forcément liée à l'organigramme hiérarchique de l'organisation en changement. Cela passe par de l'empowerment, et l'intelligence émotionnelle permet cela. Le storytelling aussi : l'empowerment amène les acteurs d'une organisation à être les acteurs de leur propre histoire, prendre possession de leur histoire, pouvoir la réécrire.

Trois aspects, mêlant storytelling, leadership et intelligence émotionnelle :

La réflexion sur soi et la conscience de soi :

Etre conscient de soi, c'est aussi être conscient de ses faiblesses : ne pas se la raconter, mais savoir se raconter (à soi-même), ce qui est très différent. Etre conscient que l'on ne sait pas tout et que d'autres savent plus et mieux cela implique d'avoir, en tant que leader, de l'humilité. L'humilité est aussi la caractéristique d'une bonne histoire : les histoires cocorico de super-héros sont somme toute très peu efficaces.

La conscience des autres :

Un leader, dans une démarche de changement du temps présent, n'est pas quelqu'un dont l'objectif est d'être sous le feu des projecteurs, de se mettre en avant. C'est quelqu'un qui fait briller les autres, en leur permettant de devenir des leaders à leur tour. Le fameux empowerment, qui permet d'être l'acteur-auteur de sa propre histoire.

La conscience de la nature du changement :

Le changement, aujourd'hui, n'est pas une vision portée uniquement par l'organisation, sa direction : c'est une démarche collective, une histoire co-construite. C'est une démarche bottom-up.

Plus d'infos sur le storytelling

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dangelsteph 367 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte