Magazine Société

Les embouteillages à Douala

Publié le 05 juillet 2018 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! Recherche d'évènements (agenda) Situé au Sud de Bassa et Makepe Missoké et à l’Est de New Bell avec une altitude de 43 mètres, le carrefour Ndokoti est toujours embouteillé et les causes de ce phénomène sont nettement visuelles. "Quand vous-même vous constatez, vous voyez les gens s'installer très mal, vous voyez comment les motos se garent bizarrement, c’est tout cela qui crée l’embouteillage". Tels sont les propos de Mbebi Bienvenue, âgé d’une soixantaine d’années, moto-taximan. Le carrefour Ndokoti est son point de repère depuis maintenant 10 ans. Les embouteillages se font plus ressentir le matin au environ de 8h-10h au moment où travailleurs, étudiants et élèves vaquent à leurs occupations ; dans la soirée aussi, au environ de 17h-19h c’est pareil: "le moment-là c’est la mort", continue t-il et la cause selon lui, serait que "Ndokoti, c’est le carrefour principal où tout passe". Malgré ces embouteillages, aucun cas d’accident n’est encore enregistré au niveau du dit carrefour.

Difficile de quitter d’un point A à un point B, les piétons se font bousculer çà et là par les vendeurs, les passants car la circulation est de plus en plus pénible surtout avec un soleil brûlant. Arrêt sur un comptoir de vente de jolis tissus pagnes, une maman très souriante dans son kaba niango couleur unique verte avec un foulard de même couleur parle d’embouteillage. "Les embouteillages sont réguliers et c’est un avantage pour la vente de mes pagnes car en cas d’embouteillage, les clients sans s’en rendre compte visitent du regard mes pagnes et viennent quelques jours après les acheter". Et comme conséquence, la maman met à nu le banditisme.

Dans le même secteur, la vente ambulante des médicaments se fait voir. "C’est normal l’embouteillage, Ndokoti c’est le carrefour ou tout passe, c’est l’un des grands marchés de l’Afrique centrale dont ces embouteillages font leur travail et nous le nôtre", souligne papa médicament (connu sous ce nom) d’une voix plutôt rassurante et comique.

D’aucun n’hésite pas à crier leur ras-le-bol face à ce phénomène d’embouteillage à Ndokoti qui va grandissant. "Vous voulez que je vous dise quoi? Ce phénomène est déjà énervant, personne ne respecte le code de la route, les gens ne sont pas responsables, nous sommes entassés, on dirait des grains de riz dans un sac et c’est tous les jours. Je n’arrive jamais à l’heure à l’école à cause de ces embouteillages et en plus au sortie des classes c’est encore plus difficile avec ce soleil. Si je n’ai pas encore cuit sous ce soleil je ne sais vraiment pas comment. Personne ne peut être pressé au carrefour Ndokoti. Il faut que le gouvernement pense à nous, trouve des voies de contournement, des échangeurs car ça ne va vraiment pas ici", lance d’une voix colérique Hermine, étudiante.

"Plusieurs moto-taximen que vous voyez là dehors n’ont pas d’assurance, ils payent juste les taxes ce qui fait que plusieurs d’entre eux ne sont pas passés par l’auto-école. Ils se garent n’importe où, à tout moment ils ont un laisser-aller que nous même en manque de personnels n’arrivons pas à tous les catalyser. En plus de cela ils sont protégés par la loi. Même sans assurance, tout le monde peut être moto-taximen et c’est cela la principale cause des embouteillages à Ndokoti", affirme un homme en tenue depuis le commissariat de Ndokoti, centre de régulation du trafic routier. Comme solutions y afférentes, "il faut que l’administration prenne des mesures fortes pour sensibiliser ces moto-taximen, les conscientiser et les obliger à être identifiables, certes il n’y a pas de cas d’accident mais ces embouteillages augmentent le taux de banditisme ici et empêchent les gens de vaquer à leur occupation à l’heure", conclut-il. Ce faisant, des cris d’alerte sont lancés à l’endroit de l’État camerounais.

Aujourd'hui 14e jour du signe astrologique du Cancer. Selon le dicton, "qui sème sa salade à Saint-Antoine, en a comme la barbe d'un moine". Sont nés notamment ce jour: le roi Pierre III, le physicien Aimé Argand, l'homme de cirque Phineas Taylor Barnum, le peintre Tivadar Kosztka Csontváry, l'écrivain Jean Cocteau, l'homme politique Georges Pompidou. Pas de journée mondiale. En Algérie et au Venezuela fête de l'indépendance, en Arménie fête de la Constitution. En France, bonne fête aux...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 108031 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine