Magazine Auto/moto

Essai Aston Martin Rapide S

Publié le 06 juillet 2018 par Jcetter

Le style consensuel d'Aston Martin dans une configuration originale.

Présentée au salon de Francfort 2009, l'Aston Martin Rapide est entrée dans sa neuvième années de production. L'idée d'une berline coupé sur base de DB9 pouvait paraître séduisante, d'autant plus que sa gestation coïncidait avec celle de la Porsche Panamera, dévoilée au public au salon de Shanghai en avril 2009.

Essai Aston Martin Rapide S

A l'origine, la Rapide était motorisée par une version du V12 de 6.0 litres développant 600 Nm à 5'000 t/min et 470 ch à 6'000 t/min. En 2014, un facelift la dote d'une évolution du moteur portant le couple à 630 Nm à 5550 t/min alors que la puissance fait un bond significatif pour atteindre 560 ch à 6650 t/min. L'intérieur est également revu avec une console centrale repensée et un système d'infotainment modernisé.

Essai Aston Martin Rapide S

Pour le reste, la Rapide reste la Rapide. Légèrement plus courte qu'une Porsche Panamera 2, mais plus basse de six centimètres, l'élégance naturelle est frappante, presque envoûtante, à fortiori dans cet Ultramarine Black aux reflets bleutés chatoyants. Je ne fais pourtant pas partie des fans inconditionnels de "l'ancien style" Aston Martin (entendez pré DB11), un peu trop lisse et convenu à mon goût. Appliqué à cette Rapide, il est difficile de ne pas tomber sous le charme. La fluidité des lignes, les galbes des ailes, les flancs cintrés, des proportions presque grandioses. Il n'y a guère que la calandre qui reste à mes yeux un sujet de discussion. La longueur lui confère une présence remarquable.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jcetter 22320 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine