Magazine Société

Progrès et croissance

Publié le 07 juillet 2018 par Christophefaurie
Je n'ai pas de montre. Pourtant, lorsque j'étais enfant, j'étais fasciné par les montres. Ce qui a tué mon intérêt est la montre à quartz.
Je ne suis pas le seul dans mon cas. La montre, redevenue mécanique, est la marque du parvenu.
Idem pour la voiture : la technologie nuit à la séduction qu'elle exerce.
C'est étrange mais le progrès semble s'auto détruire. Plus exactement, l'homme n'est pas amoureux du progrès pour le progrès. Le progrès a peut-être été associé un temps à une aura romantique qu'il a perdue.
Et si c'était cette aura qui avait fait la croissance économique ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christophefaurie 1652 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine