Magazine Culture

Critiques Séries : The Handmaid’s Tale. Saison 2. Episodes 3, 4 et 5.

Publié le 09 juillet 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

The Handmaid’s Tale // Saison 2. Episodes 3, 4 et 5. Baggage / Other Women / Seeds.


Après un épisode séparé entre Emily et June, la série revient à quelque chose d’un brin plus classique. Bien que pas dénué d’intérêt, « Baggage » ne fait pas vraiment évoluer les choses de façon suffisamment intelligente. Surtout que le casting sait toujours très bien s’y prendre pour nous plonger au plus profond des émotions de chacun. C’est d’ailleurs l’une des plus grandes réussites de cette série, où le casting incarne brillamment toutes les subtilités d’un scénario complexe. Le seul truc c’est que certaines histoires sont frustrantes comme celles de Moira, pour la simple et bonne raison que durant une bonne partie de cet épisode son histoire est terriblement statique. Si émotionnellement cela a du sens, je dirais qu’il manque un petit truc à cet épisode qui pourrait le rendre brillant. La narration de cette série reste très littéraire dans sa façon de faire, ce qui rend là aussi le tout suffisamment percutant, bien plus que je n’aurais pu l’imaginer au départ. « Baggage » est donc surtout là pour nous raconter l’histoire de Moira en nous montrant encore et encore combien le traumatisme qu’elle a vécu n’est pas quelque chose qu’elle va pouvoir oublier rapidement. Moira court mais ne va finalement nulle part. Bien que le progrès soit possible (en tout cas, c’est ce que la série sous entend), ce n’est pas encore totalement possible.

Si tout ce qui se passe dans cet épisode a un intérêt et des conséquences, cela reste par moment assez frustrant par la même occasion. Car la série semble stagner alors qu’elle semble vouloir aller plus loin. C’est terriblement paradoxal. Fort heureusement que le casting est là pour aider la série à aller plus loin, mais le scénario laisse le tout un peu de marbre. Avec « Other Women », les choses sont légèrement différentes. Notamment car June est de retour à l’écran. Cet épisode est en plus de ça particulièrement complexe, alors que June se bat avec son double… Offred. C’est un épisode qui cherche à nous plonger dans la psychologie de notre héroïne et je dois avouer que j’aime beaucoup l’idée. Surtout que Elisabeth Moss est l’actrice parfaite pour incarner ce genre d’intrigues où la dualité de la personnalité prime sur l’évolution de l’histoire de la saison. J’ai d’ailleurs l’impression que cette saison 2 de The Handmaid's Tale cherche surtout à nous plonger dans l’émotion et les conséquences émotionnelles de chacun des personnages. Visuellement, l’épisode est là aussi brillant où chaque plan est fait pour mettre en scène ce que le scénario tente de nous conter. J’ai toujours aimé les contes dystopiques mais je dois avouer plus The Handmaid's Tale évolue et plus elle se mue en quelque chose d’encore plus fascinant que ce que j’aurais pu imaginer au départ.

L’épisode prend son sens petit à petit et parvient alors à délivrer quelque chose d’inattendu. Mine de rien, je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à ce que cela évolue de cette façon mais cela me plaît. « Seeds » est là aussi un solide épisode de The Handmaid's Tale qui permet de mettre en exergue la situation actuelle des choses alors qu’il se passe sans flashbacks. L’épisode divise intelligemment son temps entre The Colonies et Janine et Emily, mais aussi Gilead où June semble faire une fausse couche en silence. La plupart de ce qui se passe dans cet épisode n’est pas soudain, mais quelque chose grandi graduellement, peut-être en dessous de la surface. Une partie de tout cela est très tendre et mignon, mais le reste est plutôt proche du film d’horreur pour les personnages. Le casting de The Handmaid's Tale continue de briller à sa façon avec des personnages toujours très bien exploité et des surprises dans tous les sens. Mais il y a aussi des trucs qui ne collent pas vraiment, comme Joseph Fiennes qui dans son rôle de vilain devient presque comique. Je ne dis pas qu’il a besoin de devenir sympathique mais Strahovski, Dowd, et les scénaristes ont rendu Serena Joy et Tante Lydia attachante, tout en les laissant être des vilains dans la série.

Mais tout cela ne peut pas être dit de la même façon pour le Commander. Si The Handmaid's Tale veut rendre le personnage intéressant pour moi, il y aura énormément de boulot à faire. Finalement, The Handmaid's Tale continue de me surprendre même si la série ne rend pas toujours la situation très claire car son intrigue reste assez complexe dans son ensemble.

Note : 5.5/10, 8/10 et 8/10. En bref, trois épisodes divergents de The Handmaid's Tale.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte