Magazine Poésie

Sur le livre d'une auberge

Par Vertuchou

Notre arrivée avant le givre
Et les feux chantant de l'hiver,
À l'auberge, où il fait bon vivre,
Augure le départ amer.

Il faut courir à la forêt
Se mesurer avec le vent,
Dire aux pluies, à leur volonté :
« Assez de ce jeu ruisselant ! »

Être épris du très seul adieu,
Celui que rompt la main brutale,
Qui engrange sans fin les lieues,
Celui qui luit sur ses joues sales.

Oiseau jamais intercepté,
Ton étoile m'est douce au cœur,
Ma route tire sur sa raie,
L'air s'en détourne, et l'homme y meurt.

Lorsque la guerre se taira,
— Blessure devenue berceau —
À Petersbach on reviendra
Révéler les désirs nouveaux.

Alsace, 1939.

René Char

Partager cet article

Repost 0
Sur le livre d'une auberge
&version; Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Vous aimerez aussi :

Ah bien c'est du joli
Ah bien c'est du joli
Complainte
Complainte
Le baiser
Le baiser
Ce jour
Ce jour

Poètes D'aujourd'hui

« Article précédent

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine