Magazine Médias

Jérémy Florès, l’Européen

Publié le 18 juillet 2018 par Etvsport @etvsport

Je pense que la meilleure école de surf, c'est l'école australienne. C'est pour cela que lorsque j'étais jeune, mon sponsor, Quicksilver, a fait en sorte que je passe beaucoup de temps en Australie. Là-bas, tout est fait pour réussir peu importe le sport mais forcément encore plus le surf car c'est un sport national. Dès l'école primaire, le surf fait partie des cours d'EPS donc tu peux en faire tous les jours. Comme ta passion est à portée de main dès le plus jeune âge, c'est plus facile de percer. Des champions olympiques dans d'autres disciplines ou même un gars comme Mick Fanning, ce sont des stars où qu'ils aillent en Australie. L'Australie, c'est le pays du surf !

Quels sont les points forts des Européens par rapport au reste du monde ?

En fait, nous, on a une fierté parce que justement on ne fait pas partie de la majorité. On n'est pas beaucoup mais on essaie d'être très soudé par rapport aux autres qui sont en surnombre. Après pour percer, il faut aller voir ce qu'il se fait à l'étranger, aller en Australie, au Brésil, aux Etats-Unis...C'est à ce moment là que tu te rends compte de l'ampleur qu'a pris le surf ces dernières années. En France, on ne va pas se mentir, le surf est encore vu comme un loisir ou un sport d'été. C'est dommage mais bon la culture est différente !

Y a t-il une solidarité entre les Européens, notamment avec les Portugais où alors ceux-ci sont plus proches des Brésiliens ?

Le surf, cela reste un sport très individuel même si cela dépend des caractères. A une époque, on était 7 européens sur le tour et on était très soudé. Maintenant, le Portugais parle français, moi je parle portugais, on s'entend tous super bien. Néanmoins, c'est vrai que les Portugais traînent beaucoup avec les Brésiliens. Aujourd'hui, le surf a pris un telle ampleur que désormais chaque surfeur voyage avec un entourage de 4-5 personnes. Cela peut aller du kiné au nutritionniste, à l'entraîneur physique, c'est devenu un truc de dingue !

Penses-tu que le surf est sous-médiatisé en Europe et en France ?

En France oui, le surf est sous-médiatisé ! Ici, c'est le pays du foot, on parle beaucoup de rugby, un peu des autres disciplines aussi mais c'est vrai que le surf ce n'est pas pareil. Je pense que les gens ne prennent pas au sérieux un surfeur. C'est dommage car dans les autres pays, ce n'est pas du tout ça. La preuve, j'étais à Rio il n'y a pas longtemps et quand tu vois 40 000 personnes sur la plage et qu'on te dit que Gabriele Medina, le champion du monde brésilien, a été plus médiatisé et plus vu à la télé que Neymar Jr, tu te poses des questions et tu te dis qu'il y a quelque chose qui se passe. En France, on verra si ça arrivera un jour mais je pense que cela passe par le travail des journalistes. A eux de promouvoir le surf et de montrer l'image professionnelle, sportive et extrême de la discipline.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Etvsport 63475 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines