Magazine Société

Polémique autour du sauvetage d’une migrante miraculée au large de la Libye

Publié le 19 juillet 2018 par Enjeux.info @enjeuxinfo

Polémique autour du sauvetage d’une migrante miraculée au large de la Libye

Les sauveteurs de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms qui ont découvert mardi dernier, sur les restes d'un canot pneumatique au large de la Libye une femme encore vivante et deux dépouilles, reprochent aux gardes-côtes libyens de les avoir abandonnés en Méditerranée, ce que les intéressés ont démenti.

De retour dans cette zone après quelques semaines de break, les sauveteurs espagnols s'étaient déplacés sur le site du naufrage après avoir pris connaissance lundi soir, lors d'échanges radio entre la vedette "Ras Jédir" des gardes-côtes libyens et un cargo panaméen, portant sur une embarcation en détresse.

Selon Proactiva Open Arms, les gardes-côtes libyens ont récupéré les clandestins qui se trouvaient à bord du canot en détresse mais ont abandonné les deux femmes et l'enfant.

En réaction, les gardes-côtes libyens ont rejeté en bloc ces allégations, affirmant que les deux sauvetages qu'ils ont réalisés lundi dernier concernaient d'autres embarcations.

Sur le premier canot, 158 migrants ont été sauvés à 16 milles au large de Khoms, une zone relativement éloignée de l'endroit où le radeau a été retrouvé.

Par contre, la seconde intervention, réalisée par la vedette "Ras Jédir" dans la nuit de lundi à mardi, a eu lieu à 76 milles au nord de Garaboulli, à proximité de l'endroit où le radeau a été repéré.

Les gardes-côtes libyens ont indiqué qu'il y avait 165 clandestins sur ce second canot, dont 34 femmes et 12 enfants. L'embarcation était en détresse depuis samedi : les migrants ont donc été privés d'eau et de nourriture pendant plus de 60 heures.

L'unique rescapée du naufrage de ce radeau est une Camerounaise de 40 ans, répondant au nom de Joséphine. Elle est en hypothermie et en état de choc, mais stable, a indiqué l'équipe médicale à bord de l'Open Arms, un des deux bateaux de l'ONG espagnole.

La même équipe a appelé à un transfert rapide des deux dépouilles car le navire ne dispose pas de chambre froide. D'après les sauveteurs, la femme avait succombé depuis des heures au moment de leur arrivée, contrairement à l'enfant, qui venait à peine de mourir.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Enjeux.info 361 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine