Magazine Société

Madame la Présidente - Une biographie d'Ellen Johnson Sirleaf, d'Helene Cooper

Publié le 23 juillet 2018 par Francisrichard
Madame la Présidente - Une biographie d'Ellen Johnson Sirleaf, d'Helene Cooper

Le Libéria n'est pas seulement le pays de Charles Taylor, c'est aussi celui d'une femme hors du commun, dont il aurait été difficile de prévoir qu'elle serait un jour la première présidente élue démocratiquement du continent africain.

A sa naissance, en 1938, le Très Ancien lui a prédit un destin. Il l'a dit à sa mère, à la façon libérienne: Ma, cette petite chose-là l'aura facile. Ce qui voulait dire: Cette enfant va être quelqu'un d'important. Croyait-il si bien dire ?

Un prophète qui ne s'était pas trompé s'était donc penché sur le berceau d'Ellen Johnson, plus tard épouse Sirleaf. Ce dans un pays complexe à tous points de vue: socialement, religieusement, politiquement et ethniquement.

Le Libéria est en effet un pays singulier puisqu'il a été colonisé par des esclaves noirs affranchis venant des États-Unis. Ceux-ci sont la classe dirigeante, nommés par dérision les "Congos", parce que les Libériens autochtones associaient le fleuve Congo à la traite des esclaves.

Les Libériens autochtones appartiennent à vingt-huit groupes ethniques différents, dont les Krus, les Krahns, les Gios et les Bassas. Cette caste inférieure est tout de même liée à la caste dirigeante par la religion chrétienne que celle-ci a importée.

Ellen ressemble à un bébé congo tout en étant une autochtone. Sa mère a la peau claire et son père est avocat. Elle parle d'ailleurs deux langues, l'anglais et l'anglais du Libéria, et connaît des bribes de gola, la langue de ses ancêtres...

Elle se marie à dix-huit ans avec Doc Sirleaf. A vingt-deux ans, elle est mère de quatre fils. Deux ans plus tard, ayant obtenu une bourse, elle quitte ses quatre jeunes garçons qu'elle confie à la famille étendue pour faire des études aux États-Unis.

Son mari, qui fait lui aussi des études là-bas, n'apprécie guère qu'elle fasse passer ses études avant lui. Plus tard, jaloux, il la battra. Ils divorceront. Il enverra les deux aînés dans un internat, le plus jeune vivra avec son frère, Rob avec Ellen.

La route qui mènera Ellen au pouvoir sera longue. Quelques dates la jalonnent:

- en 1969, elle prend la parole à une conférence de Gustav Papanek, responsable de l'institut de Harvard pour le développement international, et dénonce la kleptocratie des fonctionnaires de son pays

- en 1971, elle obtient un master en administration publique à Harvard et occupe un poste au ministère des finances libérien

- en 1972, elle prononce le discours d'ouverture au College of West Africa où elle a fait ses études secondaires et le termine ainsi: ceux qui se contentent aujourd'hui de faire des déclarations vaines et de moraliser sur les droits ne méritent que notre profond mépris...

- en 1973, mise sur la touche, elle postule et obtient un poste à la Banque mondiale

- en 1975, elle retrouve un poste au ministère des finances libérien

- en 1979, elle devient ministre des finances en titre

- en 1980, quelques mois après le coup d'État de Samuel Doe, elle retourne à la Banque mondiale

- en 1982, elle accepte un travail auprès de la Citibank à Nairobi

- en 1985, elle cache à la Citibank que l'Equator Bank lui a proposé un poste et à cette dernière qu'elle vient de fonder le Liberian Action Party : le 25 juillet, jour de la fête nationale libérienne, elle déclare notamment, à Philadelphie, lors d'une réunion de l'Union des associations libériennes des Amériques: Je pense aux idiots qui ont le sort et l'évolution de notre nation entre les mains...

Peu de temps après, cette même année, quand elle retourne au Libéria, elle est arrêtée, assignée à résidence puis jetée en prison: En un clin d'oeil, Doe fit d'Ellen une cause internationale... Et ce sont les femmes du Libéria qui vont la porter au pouvoir:

Alors que les viols collectifs et les agressions sexuelles des soldats ivres était un mal endémique depuis le coup d'État de 1980, il aura fallu une arrestation et non un viol pour que se déchaîne la révolte des femmes.

Sans tomber dans l'hagiographie Helene Cooper raconte l'irrésistible ascension d'Ellen Johnson Sirleaf qui gagnera l'élection présidentielle de 2005, à soixante-sept ans, puis celle de 2011, année où elle recevra le prix Nobel de la paix, qui règne désormais au Libéria.

En effet la journaliste américaine originaire du Libéria ne cache pas le soutien qu'Ellen Johnson Sirleaf aura accordé au début à Charles Taylor avant de s'opposer à lui; elle ne cache pas non plus les entorses que Madame la Présidente commet pour parvenir à ses fins ou le népotisme dont elle se rend coupable...

Le fait de s'être fait des amitiés internationales va en tout cas permettre à celle qui devient Madame tout court de renégocier très avantageusement les dettes contractées par son pays et de lutter efficacement en 2014 contre le virus Ebola:

Le Libéria, l'un des pays les plus pauvres de la planète, connaîtrait encore l'adversité. En contemplant le crépuscule de son deuxième mandat de présidente, Madame savait qu'elle ne serait pas toujours là pour contribuer à le sortir d'affaire...

Francis Richard

Madame la Présidente - Une biographie d'Ellen Johnson Sirleaf, d'Helene Cooper, 448 pages, Zoé (traduit de l'anglais par Mathilde Fontanet)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Francisrichard 12008 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine