Magazine Culture

Critique Ciné : Ma Reum (2018)

Publié le 24 juillet 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Ma Reum // De Frédéric Quiring. Avec Audrey Lamy, Charlie Langendries et Max Boublil.


Ma Reum c’est la comédie française de l’été, avec tous les ingrédients qu’il faut pour faire une comédie sympathique sans qu’elle ne soit exceptionnelle pour autant. Après Sales Gosses (2016), Frédéric Quiring nous offre cette fois-ci une comédie sur le harcèlement à l’école, un sujet qu’il reste complexe à utiliser. Le film n’est pas exceptionnel mais il est suffisamment drôle pour tirer des gags de situations usées. Cette comédie régressive qui utilise alors des gags de cours de récré digne d’un épisode de Ducobu pour parvenir à délivrer un message plutôt positif sur un sujet complexe. Le « twist » (si l’on peut parler de twist) final est plutôt bien amené et permet d’apporter une leçon à la fois aux enfants mais aussi aux parents, confrontés chacun de leur côté à leurs actions. Le film se repose énormément sur le talent de Audrey Lamy plus que des autres. Le reste du casting est un peu effacé et aurait pu être utilisé pour des trucs beaucoup plus sympathiques comme Florent Peyre en père sert à rien (à part se mettre torse nu) ou encore Max Boublil dans le rôle du coach ridicule qui n’a aucun intérêt dans le film. Mais dans le côté infantile et surjoué se cache finalement un film drôle qui, dans la période estival, n’était pas un film dont il fallait attendre énormément.

Tout va pour le mieux dans la vie sans histoires de Fanny... jusqu'au jour où elle découvre que son fils chéri, Arthur, 9 ans, est le bouc émissaire de trois garçons de son école. Fanny ne laissera pas seul son fils face à ses petits bourreaux : elle va rendre à ces sales gosses la monnaie de leur pièce. Coups fourrés et pièges de cours de récré, désormais ce sera "oeil pour oeil et dent pour dent".

Le sujet de Ma Reum est pourtant assez grave et le traiter avec autant d’humour n’est pas toujours la meilleure chose. Si la morale finale est intéressante, elle n’est pas toujours suffisante pour justifier que le harcèlement à l’école n’est pas une bonne chose. Fanny, la maman exemplaire, qui tombe dans les pièges des enfants et donc entre dans leur jeu peut rapidement devenir un gag répétitif. Certaines situations ne sont pas aussi drôles que d’autres mais l’avantage de Ma Reum c’est que la bande annonce n’a pas menti et que la plupart des gags ne sont pas ceux que l’on a déjà vu dans la promo du film. C’est donc plutôt rassurant et cela change de pas mal de comédies que l’on peut voir fleurir durant cette période de détente. Il ne faut pas aller voir Ma Reum avec de grandes attentes et toute la famille saura alors se faire plaisir. Audrey Lamy porte suffisamment bien le tout et Frédéric Quiring, qui n’avait pas nécessairement briller avec Sales Gosses mais avait proposé de la comédie française qui se consomme à l’instant T et que l’on oublie assez facilement. Ma Reum fait partie de cette catégorie de films que l’on voit avec plaisir, que l’on pourrait revoir dans quelques années sans déplaisir mais qui au fond ne vont pas vraiment faire évoluer les mentalités.

Note : 6/10. En bref, une comédie estivale sympathique.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte