Magazine Culture

Même dans le chrono, Thomas résiste au temps

Publié le 28 juillet 2018 par Jean-Emmanuel Ducoin

Même dans le chrono, Thomas résiste au temps

Tom Dumoulin.

Dans la vingtième étape, un contre-la-montre sélectif entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette (31 km), victoire du Néerlandais Tom Dumoulin, une toute petite seconde devant Chris Froome, qui récupère sa marche sur le podium. Troisième de l’étape, le Gallois Geraint Thomas remporte son premier Tour de France.

Sur la route du Tour, envoyé spécial.
D’abord il plut sur les routes du pays basque, ensuite l’asphalte se réchauffa avant de sécher sommairement comme pour favoriser les meilleurs, partis en derniers, puis l’humidité regagna alternativement du terrain et nous eûmes bien de la peine à voir leurs chairs se partager. Que nous nous tenions à hauteur d’homme, que nous nous perchions en surplombs choisis ou que nous traquions leurs traces devant les écrans de télévision de la salle de presse, c’est toujours la métaphore organique qui vient à l’idée des observateurs quand les forçats se soumettent à l’épreuve du contre-la-montre individuel. Le règne des rouleurs. Plus ou moins agiles ou toniques. Le royaume de la puissance qui abolit la souplesse d’âme et ruine toutes velléités dilettantes. Enclin aux petites dévotions cyclistes, dans les moments d’inspiration efficace, le chronicoeur mime avec un certain bonheur les altières silhouettes des champions, non sans un brin de mélancolie teintée de réalisme. Plus que jamais sans doute, voici venue l’heure des «forts» du pédalier qui écrasent les poids plumes. Le combat entre Geraint Thomas, Tom Dumoulin, Primoz Roglic et Chris Froome condamnait les «purs» grimpeurs aux seconds rôles, là comme ailleurs. Voilà le résumé du Tour de France 2018, et au-delà: à l’image des quatre cadors du peloton, seuls les rouleurs transformés en grimpeurs peuvent prétendre au sacre suprême.
Ensuqués d’embruns portés par les vents d’ouest, ils bravèrent la grisaille aveuglante dans la succession des bosses qui parsemaient ce chrono tracé dans le territoire basque du Labourd. Le morceau de choix fut le petit col de Pinodieta, posé à 172 mètres d’altitude, auquel ils accédaient à la sortie de Souraïde par le chemin de Kostatzu, une route d’un kilomètre à 10% de moyenne et jusqu’à 21% au pied. Un traquenard, ce raidard réservé jusque-là aux cyclotouristes. Le «match» se résuma donc, comme prévu, au mano à mano des quatre leaders du classement – le reste n’étant, hélas, qu’accessoire…
Primoz Roglic: nous vîmes rapidement que le Slovène, vainqueur de la dernière étape des Pyrénées, nous montrait une forme d’effondrement. Jamais dans l’allure, il se déhancha si malhabilement sur sa machine qu’à aucun moment il ne parût en mesure de trouver son second souffle. A tous les intermédiaires, il perdit du temps, tellement de temps (huitième à l’arrivée) que nous nous frottions les yeux pour y croire: plus d’une minute sur Chris Froome, son concurrent direct pour monter sur la troisième place du podium. Un sérieux rappel à l’ordre à ceux qui s’étaient enflammés la veille et affirmaient même que Roglic pourrait s’emparer de la deuxième place du général.
Chris Froome: à l’énergie et à l’arrachée, pour ne pas dire à l’orgueil, il retrouva une part de sa pédalée originelle. En particulier dans le col de Pinodieta, où il avala la pente avec une facilité déconcertante, jouant l’envers de ce qu’il fut en montagne, reconquérant – non pas les cœurs – mais son aptitude à optimiser son moulin à café. Ce fut presque touchant, de voir l’ampleur du tempérament du quadruple vainqueur, décidément bâti sur des fondements que nous imaginons pourtant illusoire. Sur la ligne, nous le vîmes fou comme un gamin, rayonnant et souriant pour la première fois depuis le départ de Vendée. «Etre sur le podium avec Geraint, ça, c’est le rêve, je suis très très content, il faut juste qu’il reste sur le vélo», commenta-t-il. Qui eut cru ces mots possibles dans sa bouche? A une seconde près, il aurait remporté "sa" victoire d’étape sur ce Tour maudit pour lui. Et nous n’aurions pas parlé d’étrange opération d’embaumement, ni de chant du cygne. Il n’est pas d’âme sans corps.
Geraint Thomas: longtemps en tête, mais troisième sur la ligne, le Gallois démontra que la robustesse au service de la gestion demeure sa principale qualité. Administrateur en chef de l’héritage, mais moins assorti dans l’intendance du beau que les spécialistes du genre, il se contenta de contrôler son affaire et de capitaliser, au nom de son équipe Sky, son paletot jaune. Ne prenant aucun risque, il ne fut débordé que dans les ultimes kilomètres. Son intérêt était ailleurs. Vendredi soir, il avait d’ailleurs prévenu: «C’est un peu comme la veille de la finale (de la poursuite par équipes)des JO de Londres, j'avais ressenti une grande tension.» Mission remplie. Transmission de pouvoir opérée. Grâce à lui, Sky évite les polémiques (apparentes).
Tom Dumoulin: le Néerlandais, qui excelle dans l’exercice du contre-la-montre (champion du monde), confirma simplement son statut de favori. Tout fut limpide chez lui, mais non dépourvu de puissance démoniaque pour aller chercher la timbale avec cette première victoire d’étape. Il étala sa science métronomique, et quand il dessina sur la route une sorte de reptation parfaitement naturelle, dans une rotation étonnamment égale et les pieds en équilibre parfait, nous admirions l’épicentre autour duquel ses pieds se satellisaient. 
Ainsi donc, l’aventure s’achève en jaune pour Geraint Thomas, 32 ans, nouveau héros du Pays de Galles. Et tout commence pour lui en vérité. Une nouvelle vie, la sienne, et une gloire sportive sans commune mesure dont il devra donner à lire l’idée abstraite aux foules, anesthésiées devant les étals bariolés des chaînes télévisées. Le Gallois disait vendredi soir, lors de la conférence de presse d’obligation: «Notre palmarès résistera aux temps.» Il parlait des Sky bien sûr. Car il ajoutait: «Être en tête et protéger le Maillot Jaune est une chose presque naturelle pour notre équipe. C'est stupide, ça ne devrait pas l'être, parce que c'est le Tour de France. Mais on y est habitués. Ça m'a permis de rester dans ma bulle. Quand elle explosera, ce sera un choc.» Interrogé sur les suspicions qui ont accompagné sa formation durant trois semaines, et des insultes entendues quotidiennement, il répondit: «L'équipe et moi faisons les choses de la bonne manière. On s'entraîne super dur. Comment le prouver? En continuant à agir comme on le fait. Vous pouvez voir à quel point notre équipe est forte. Michal Kwiatkowski a gagné des classiques, il a été champion du monde, Egan Bernal est un jeune coureur incroyable, Chris et moi vous connaissez, on a des super rouleurs, Castroviejo, Moscon, Rowe. Ajoutez Wout (Poels) et vous trouverez une équipe très forte, phénoménale même. En plus on a la tête qui va avec, on avance en équipe. Je ne peux rien dire de plus que ça, que nous travaillons dur. Quand la malchance ne vient pas contrecarrer nos plans, ça paie.» 
Les Sky savent communiquer. Mais, durant 3351 kilomètres (en comptant l’étape des Champs Elysées dimanche), ils n’auront en rien aidé le cyclisme à sortir de l’ornière. Bien au contraire, puisque la Grande Boucle fut de nouveau enténébrée d’ombres mauvaises. Ces spectres-là ne s’évanouiront pas de sitôt. Si le Tour, depuis deux décennies environ, s’est trouvé dans la situation – l’obligation ? – d’occire sa propre légende dans le but de devenir l’événement banalisé planétaire qu’il est aujourd’hui, comme s’il lui fallait réduire l’importance des coureurs, il nous reste au moins son capital symbolique: le résidu du rêve. Qui passe nécessairement par l’intérêt, ou non, des destins intimes de ses héros de Juillet, quels qu’ils soient. Et nous? Pour subsister, au nom de cette histoire, le chronicoeur n’a d’autre choix que de balancer entre la candeur joyeuse des traditions du Tour et les exigences «modernes» d’une compétition impitoyable, toujours révélatrice des caractères de ces champions d’exception… comme de leurs faiblesses humaines et des mensonges de l’époque.
 Jean-Emmanuel Ducoin

Classement général final:
1. Geraint Thomas (GBR/Sky) 80 h 30:37.
2. Tom Dumoulin (NED/SUN) à 1:51.
3. Christopher Froome (GBR/SKY) 2:24.
4. Primoz Roglic (SLO/LNL) 3:22.
5. Steven Kruijswijk (NED/LNL) 6:08.
6. Romain Bardet (FRA/ALM) 6:57.
7. Mikel Landa (ESP/MOV) 7:37.
8. Daniel Martin (IRL/EAU) 9:05.
9. Ilnur Zakarin (RUS/KAT) 12:37.
10. Nairo Quintana (COL/MOV) 14:18.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Emmanuel Ducoin 9787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte