Magazine

Chroniques d’été. Épisode 29

Publié le 29 juillet 2018 par Antropologia

Camping  à la plage  (2)

La plage d’Hendaye ressemble aux Ramblas : il y a autant d’Espagnols et  tout  le monde, des  centaines de personnes, marchent  au bord de l’eau, aller puis retour, sorte de thalassothérapie du pauvre. Les corps, jeunes, fripés, bronzés, blancs,  difformes… s’exposent sans  retenue, l’indifférence  est de mise, se croisent, se contournent, s’évitent…  La marée basse du matin est  le moment privilégié de cette promenade quotidienne.

La plage reste tout  au long de la journée un formidable spectacle, y cohabitent  tant de  personnes différentes ! Depuis  quelques années, Hendaye est devenue un spot  de  surf, ce  qui fait sourire puisque c’est la plage du Pays  basque la  plus  calme. Effet Lizarazu ? De la vague géante  Belharra dont le journal Sud-Ouest nous offre une vidéo à chaque réveil ? En tout cas, les écoles de  surf ont poussé comme des champignons.

Je regarde un groupe de jeunes  stagiaires  qui s’entraînent avec leur moniteur dans les vaguelettes quand  tout à coup tout le monde se fige, le regard rivé  sur une sirène, en maillot vert deux pièces, à la plastique parfaite, qui surgit soudain (on imagine du fond des flots), bien fléchie sur sa planche turquoise, et qui surfe avec maestria la vague !

Mais  c’est une autre jeune fille,  à l’autre  bout de la  plage qui  me procurera une émotion bien plus vive. Là, il y   a une handi-plage. Un tapis bleu déroulé trace le chemin des « chariots de baignade » (le langage défaille, comment les nommer ?) Dans l’un d’eux est assise  une jeune handicapée qui  profite de l’océan avec  le sourire le plus réjoui  et radieux qui m’ait été donné à voir depuis bien longtemps !

Colette Milhé


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Antropologia 111 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte