Magazine Culture

Critique Ciné : Hotel Artemis (2018)

Publié le 30 juillet 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

Hotel Artemis // De Drew Pearce. Avec Jodie Foster, Jeff Goldblum et Sterling K. Brown.


Pour son premier long métrage, le scénariste de Iron Man 3 et Mission Impossible : Rogue Nation nous plonge dans l’univers de l’Hotel Artemis. Derrière son petit budget, ce film parvient à nous plonger dans une sorte de huis clos plutôt étonnant malgré les défauts inhérents à une histoire complexe qui n’est pas toujours maîtrisée. Dans ce polar à la légère touche de SF, Hotel Artemis parvient malgré tout à nous offrir une Jodie Foster étonnante. Cela fait plaisir de la voir sur grand écran, elle qui est si peu présente au cinéma depuis quelques années. Dans le rôle de cette femme agoraphobe, où le destin n’a jamais été clément avec elle, elle tient tête aux gros durs de Los Angeles version 2028. Si la trame de l’histoire est assez classique dans son ensemble, il n’y a rien à regretter là dedans grâce à quelques scènes d’action et de tension qui viennent alors rythmer le film du début à la fin sans que l’on ait le temps de s’ennuyer. Bien entendu, le lieu original fait une bonne partie du film et de son appréciation même si celui-ci n’est pas sans faire penser à Million Dollar Hotel de Wim Wenders. Le plus gros défaut de Hotel Artemis est la façon dont l’histoire évolue, de façon assez lente une fois que l’on a pris connaissance de tous les personnages et que l’on sait plus ou moins comment cela doit se terminer.

Dans un futur proche, une infirmière, qui dirige un hôpital regroupant les plus dangereux criminels de Los Angeles, découvre que l'un de ses patients est dans l'établissement afin d'en assassiner un autre.

Le film n’est donc pas là pour changer le genre ou le réinventer, mais les propositions restent intéressantes malgré tout. On se laisse volontairement portés par cet Hotel Artemis et ce dont il regorge même si par moment celui-ci peut tourner en rond. Drew Pearce, pour sa première réalisation, a eu l’avantage d’avoir de bons clients devant la caméra car côté casting il ne pouvait pas demander mieux que cela soit Jodie Foster (étonnante), Jeff Goldblum (malgré sa présence plus que réduite) mais surtout la belle Sofia Boutella qui est finalement celle qui sort le plus facile du lot grâce à ce rôle de femme fatale qui lui sied bien. On retrouve par moment un côté très 90s dans ce film qui n’est pas sans rappeler tout un tas de production du genre que l’on voit fleurir au moins une fois chaque année (From Paris with Love, Shoot’Em Up, etc.) avec un arrière goût de Robert Rodriguez qui aimerait faire de la SF d’anticipation moins gore mais tout aussi plaisante. Finalement, Hotel Artemis ne brille pas mais nous propose quelque chose de divertissant qui est assez charmant dans son ensemble. De plus, la BO de Cliff Martinez (Drive, Only God Forgives) est là aussi présente pour nous proposer un divertissement agréable.

Note : 5/10. En bref, un plaisir coupable estival.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte