Magazine Info Locale

Dominique Jacob et Brendan Mac Farlane ont les honneurs du journal « Le Monde ». A Val-de-Reuil, on les connaît bien.

Publié le 12 août 2018 par Gezale

Dominique Jacob et Brendan Mac Farlane ont les honneurs du journal « Le Monde ». A Val-de-Reuil, on les connaît bien.

(capture d'écran) Dominique Jacob et Brendan Mac Farlane.

Le journal « Le Monde » consacre plusieurs articles à des couples originaux, homme et femme pour le coup, célèbres pour leur métier et leur complémentarité. Ainsi dans le journal daté de vendredi 10 août avons-nous découvert avec ravissement la présence de Brendan Mac Farlane et Dominique Jacob. S’ils sont devenus des stars de l’architecture contemporaine c’est surtout et avant tout pour leurs réalisations hexagonales à Paris, Lyon, Orléans et pour le style de leur architecture.
Il fut une époque, il y a plus de vingt ans, pendant laquelle Brendan et Dominique (contrairement à Harry Ballet, je préfère les prenons aux noms) n’avaient encore brillé au firmament des artistes designers. Mais à Val-de-Reuil, un jury averti, les désigna comme vainqueurs du concours organisé par la ville rolivaloise, sous l’impulsion de Bernard Amsalem et le concours actif de Patricia Houel-Deschamps. De quoi s’agissait-il ? De réaliser, dans cette ville nouvelle, un monument à la mémoire et à la paix plutôt qu’un monument aux morts. D’un côté l’espoir et l’espérance, de l’autre les rites nécessaires mais morbides des célébrations et autres cérémonies. J’ai le souvenir d’une discussion avec Gérard Thurnauer, membre du jury et architecte en chef de la ville nouvelle, fort convaincu de la qualité de la proposition des deux jeunes architectes et également certain de leur avenir radieux. Il n’y a guère qu’un Sarkozy, profane avec la tête près du bonnet, pour ne pas comprendre qu’une architecture moderne n’a que peu à voir avec le château de Chambord. On oubliera donc ses remarques désobligeantes voire incultes.
Ce blog n’est pas le lieu de rappeler, par le menu, le bilan des espaces construits ou réhabilités par le couple Mac Farlane-Jacob. On aurait aimé trouver dans l’article du Monde, justement, des preuves plus affectives des raisons de leur union professionnelle et privée ainsi que de leur histoire commune alors que le texte de Harry Ballet choisit une distance froide avec ses interlocuteurs contrastant avec les autres textes de la série.
Qu’importe. Le simple fait d’avoir été choisis par le journal « dit de référence » démontre l’importance prise par Dominique Jacob et Brendan Mac Farlane dans le monde de l’architecture contemporaine. J’invite ceux et celles qui souhaitent mieux les connaître à se rendre sur le monument à la Mémoire et à la paix de Val-de-Reuil. Ils feront abstraction des oriflammes et des gerbes qu’affectionnent les anciens combattants. Très attachés à la mémoire et aux gestes honorifiques, ils se sont rabattus sur le monument transformé à son corps défendant en outil de souvenir. Alors que dès l’origine, sa destination devait glorifier la mémoire indispensable à la compréhension des temps et la paix, si nécessaire à préserver dans le monde violent qui est le nôtre. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7337 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine