Magazine Les expat'

Poteaux électriques : penche la tête pour que les fils se touchent…

Publié le 12 août 2018 par Neutrinou

Poteaux électriques : penche la tête pour que les fils se touchent…

Bangkok : une ville très branchée


Il y a quelques jours, je suis allé au service d'électricité demander s'il serait possible de faire disparaître un poteau mal placé devant la maison. Soit en enterrant la ligne. Soit en faisant passer la ligne par derrière.
L’hôtesse fait venir l'ingénieur. Verdict :
- Enterrer les fils, les faire passer derrière la maison : pas question. Mais on peut déplacer les poteaux. Comme ça on ne verra que les fils.
- A quel prix ?
Là, vide complet. L'ingénieur dit qu'il faut aller sur place examiner la configuration du terrain.
Je connais l'expression "en général" en thaï. Ma grosse erreur est de ne pas connaître le mot lao-lao, qui veut dire "approximatif". A ne pas confondre avec mao-lao : demander à l'ingénieur s'il est pompette : pas cool… car mao-lao veut dire ivre.
Fon sert d’interprète. J'essaye de lui faire comprendre que je souhaite au moins connaître le prix de l'installation d'un poteau neuf. Impossible. Pour un poteau neuf aussi, il faudrait aller sur place pour évaluer la charge de travail.
En désespoir de cause, je demande combien ont été facturés les poteaux au cours des dernières semaines. Manifestement je pose trop de questions. On ne m'écoute plus, et de toute manière, on ne me comprend pas. Dismissed !
C'est pourtant logique d'avoir une idée du budget à prévoir pour une telle opération, non ? Apparemment, les thaïs ne demandent pas.
Situation compliquée... Impossible de savoir si la traductrice était mauvaise ou s'il faut incriminer la culture locale. Dans la voiture, je dis à Fon que j'aurais bien aimé connaître le prix de travaux similaires réalisés au cours des derniers mois par le service d'électricité. Elle me dit que ce n'est jamais pareil. Et donc qu'ils ne savent pas.
Là, je commence à m'énerver. Il y a un problème... Une incapacité à généraliser ? A moyenner ? Chez Fon spécifiquement ? Ou plus largement : trait culturel ?
Nous allons voir une amie. J'en profite pour lui parler de mon problème de poteau électrique. Selon elle, il est peut-être possible d'enterrer la ligne ou de trouver une meilleure solution. Un riche thaï de Bangkok obtiendrait ce qu'il veut. Mais au service d'électricité, ils attendent qu'on fasse le premier pas… Mieux vaut donc que la question du prix reste dans les limbes en attendant la suite !
Ok... Ce n'est quand même pas complètement clair. J'ai déjà été confronté plusieurs fois à l'incertitude : combien le service ? Impossible de savoir. Même à un pied d'éléphant (d'Asie) près. La notion de devis est inconnue.
Fon émet une hypothèse : ils ont peur d'avoir des problèmes s'ils disent un prix et que ce prix est dépassé. J'essaye de dire que je ne demande pas une prévision. Juste un état de ce qui s'est fait, pour avoir une idée, un ordre de grandeur. Mais...

Blocage !


Incapacité à se projeter dans le temps ? Insouciance, fatalisme...? C'est vrai, la doxa bouddhiste exige qu'on vive au jour le jour...
Ou plutôt insuffisance éducative qui fait que les gens n'arrivent pas à généraliser, à abstraire ? Souvent, quand je pose une question toute bête, on me demande une précision - la plupart du temps inutile. Par exemple :
- Comment va-t-on au grand magasin Big C ?
- Tu veux acheter quoi ?
Même pas de la curiosité. Comme s'il était impératif d'appuyer le raisonnement sur un élément concret. Le stade opératoire non formel de Piaget. La France de tous ceux qui n'avaient pas le certificat d'étude il y a un siècle.
Le soupirant de Min a un grade élevé dans une administration locale. Il va aller les voir. Min dit que le courant passera forcément mieux... Bien sûr, et je te tiens au jus !
En attendant, je vais chercher la bouteille de vodka dans la cuisine et je me verse un verre. Je sens que d'ici peu, je serai approximatif… Parce que ça m'énerve... ça m'énerve !!!

Poteaux électriques : penche la tête pour que les fils se touchent…

Bateaux équipés pour la pêche (nocture) à l'encornet. Un peuple éclairé... entre 11 heures du soir et 4 heures du matin ?



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Neutrinou 260 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines