Magazine Société

Khalil, de Yasmina Khadra

Publié le 17 août 2018 par Francisrichard
Khalil, de Yasmina Khadra

Les odieux attentats du vendredi 13 novembre 2015 à Paris resteront longtemps dans les mémoires. Le narrateur, Khalil, du dernier roman de Yasmina Khadra, faisait partie du groupe des kamikazes du Stade de France, qui devaient y transformer la fête en un deuil planétaire .

Dans la voiture qui les emporte vers Saint-Denis, ce jour-là, ils sont cinq: Ali, le chauffeur, deux que Khalil ne connaît pas, lui-même et Driss, son ami depuis leur plus tendre enfance à Molenbeek, où ils habitaient le même immeuble, y étaient tous deux nés en 1992 et étaient allés à la même école.

Les deux devaient se faire exploser à l'intérieur du stade, Driss à la sortie des supporters et Khalil dans le RER après le match. On sait que les choses ne se sont pas passées comme prévu. Dans le cas de Khalil, c'est bien simple, il n'a pas réussi à actionner sa ceinture d'explosifs.

Grâce à leur ami commun à lui et à Driss, Rayan, qui n'est pas au courant de leur implication dans les attentats, Khalil parvient à retourner sans encombre en Belgique. A Mons il se rend chez sa soeur aînée, Yezza, quarante ans, célibataire, qui se relevait d'une importante dépression nerveuse...

Khalil ne veut surtout pas que ses amis de la Solidarité fraternelle croient qu'il s'est dégonflé: si j'ai échoué dans ma mission, ce n'est pas faute d'avoir essayé ... En fait, en examinant la ceinture, il se rend compte que le poussoir a été trafiqué et qu'un téléphone devait le faire sauter à distance.

Khalil n'a plus beaucoup de contact avec sa famille. Il est en particulier fâché avec son père qui le méprise parce qu'il n'a pas réussi comme son ami Rayan. Il reste cependant fusionnel avec sa soeur jumelle Zahra, tandis que Yezza (qui désespère de la vie) ne veut pas le garder chez elle...

En tout cas, toutes les personnes de sa communauté qu'il rencontre, hormis, bien sûr, les membres de la Solidarité fraternelle, sont horrifiés par les attentats de Paris, d'autant plus quand ils apprennent qu'Anissa, une des cousines de Khalil, est morte en assistant au concert du Bataclan...

Avant de rencontrer les , qu'était-il? Une feuille volante ballottée par les vents contraires [...]. Un parasite [...], une larve qui toute honte bue, vivotait aux crochets d'un père radin et d'une mère misérable. Que lui avaient promis les ? De le respecter et de faire de lui le héros d'une épopée écrite par eux.

Khalil est un roué, qui se sort de tous les mauvais pas, en mentant effrontément pour la cause. Au contact des , il est pétri de certitudes. Quand un malheur survient, il l'accepte, parce que c'est la volonté de Dieu jusqu'au jour où ... un malheur inutile et inopportun le frappe lui qui se croyait au-dessus du lot...

Francis Richard

Khalil, Yasmina Khadra, 264 pages, Julliard (en librairie dès le 16 août 2018)

Livres précédents chez le même éditeur:

Les anges meurent de nos blessures (2013)

La dernière nuit du Raïs (2015)

Dieu n'habite pas La Havane (2017)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Francisrichard 12008 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine