Magazine Culture

The Last Sharknado : It’s About Time #sharknado6

Publié le 20 août 2018 par Delromainzika @cabreakingnews

The Last Sharknado : It’s About Time // De Anthony C. Ferrante. Avec Ian Ziering et Tara Reid.


« It’s a Timenado »
Bon, la franchise Sharknado prend fin. C’est presque dommage car cette franchise, qui en est ici à son sixième volet, avait sûrement encore des trucs complètement cons à faire. C’est toujours en compagnie de Ian Ziering et Tara Reid que l’on nous plonge dans des aventures de requins et de tornades, sous la direction d’Anthony C. Ferrante (présent derrière la caméra depuis le début). Alors que le précédent volet, « Global Swarming » était plutôt bon voire l’un des meilleurs de la franchise, ce sixième volet, toujours écrit par Scotty Mullen, perd un peu trop de temps avec des trucs qui n’ont aucun intérêt. Je dirais que ce sixième volet est un peu comme manger un yaourt qui a passé la date de péremption depuis six ans. Cette franchise complètement stupide était fun puis a perdu de son intérêt avant l’an dernier où finalement, la série parvenait à reprendre forme et surtout à donner l’impression qu’une nouvelle énergie avait pris place. Comme si les scénaristes avaient enfin compris l’absurdité de la franchise. La franchise n’oublie pas non plus de nous amuser avec toutes les conneries qu’elle peut faire, ou encore quelques guests savoureux comme Alaska Thunderfuck (connue pour sa participation à RuPaul’s Drag Race) dans le rôle d’une sorte de sorcière du temps d’Excalibur.

Après avoir perdu tout ce qui lui était cher, Fin se retrouve à errer seul sur Terre. Mais il va découvrir qu’en utilisant la tempête de requins comme portail, il peut voyager dans le temps. Il sera obligé de faire un périple
temporel pour arrêter le Sharknado à l’origine de tout et sauver sa famille. Fin croisera des requins mais aussi des Nazis, des dinosaures et des chevaliers. Arrivera-t-il à sauver le monde une fois pour toute avec son équipe ?

Cet épisode montre clairement que la franchise est prête à mettre fin aux tornades de requins. Si ce n’est pas aussi mauvais que les troisième et quatrième volet de la franchise, ce n’est pas non plus brillant pour autant. L’idée de départ est un peu gâchée dès le début de ce nouveau volet de la franchise où l’on se retrouve à l’ère préhistorique. Le délire des voyages dans le temps continue avec plusieurs époques visitées dans le but d’arrêter ce phénomène. L’acte final du précédent volet avec Dolph Lundgren n’était finalement qu’un mensonge. Fin retrouve sa femme à moitié robot April (qui reste l’un des rares atouts de cette franchise), entourés de Nova, mais aussi des personnages ressuscités Bryan et Skye du second volet de la franchise. Tout cela transforme notre petite équipe en une sorte de bande de Scooby-Doo. Les scènes s’enchaînent, les époques aussi, mais rien de tout cela n’est véritablement savoureux. Les évènements de ce film sont un peu trop routiniers, avec de nouveaux lieux et de nouvelles tornades de requins. Sauf que cela manque de saveur, et donc de ce qui avait fait le succès du film précédent. L’absence de Lundgren dans ce film est aussi un problème qui vient alors démontrer à quel point les caméos sont réduits à peau de chagrin alors que c’était justement un truc qui faisait le charme de cette franchise.

Note : 4/10. En bref, en dehors de la fin qui est finalement brillante, Sharknado 6 manque d’intérêt et perd ce qui avait fait la réussite du film précédent.

Date de sortie : 23 août 2018 - Directement à la télévision


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte