Magazine Santé

ALIMENTATION et BIEN-ÊTRE : L’effet anti-stress des fibres sur l'intestin

Publié le 05 septembre 2018 par Santelog @santelog



Les comportements anxieux diminuent avec l’ingestion d'acides gras à chaîne courte

Consommer des aliments riches en fibres peut permettre de bloquer une grande partie des effets du stress, sur notre intestin comme sur notre comportement, révèle cette étude présentée dans le Journal of Physiology. Des conclusions qui contribuent à répondre à l’intérêt croissant pour ce lien entre le microbiote et les troubles liés au stress, dont l'anxiété, la dépression et le syndrome du côlon irritable.

Le stress est un vrai problème de santé qui peut entraîner, outre une inflammation systémique, des changements majeurs dans l'intestin et le cerveau et donc dans le comportement. Le stress, un facteur courant de mode de vie n'est pour autant pas inéluctable. Le stress fait partie des facteurs de maladie évitables et il existe de nombreuses solutions efficaces pour le combattre. L'alimentation et les fibres alimentaires, via les bactéries présentes dans l'intestin ou microbiote intestinal, peuvent aussi permettre de lutter contre le stress et ses effets. En cause, dans ce mécanisme de protection, les acides gras à chaîne courte (AGCC) produits par les fibres. Les aliments tels que les céréales, les légumineuses et les légumes contiennent des niveaux élevés de fibres et permettent de stimuler la production de ces AGCC.

AGCC vs inflammation et perméabilité intestinales : l’équipe de l’University College Cork montre, sur l’animal, que les niveaux de stress et les comportements anxieux diminuent avec l’ingestion d’AGCC. Des souris soumises au stress ayant reçu via leur régime alimentaire les principaux AGCC normalement produits par les bactéries intestinales présentent une anxiété très réduite et conservent un comportement normal. De plus l’expérience montre que les AGCC permettent aussi de contrer un autre effet du stress chronique sur l'intestin, l’effet de perméabilité de la barrière intestinale qui devient « fuyante » et laisse passer des particules de nourriture non digérées. Des bactéries et des germes peuvent, alors, via le sang, déclencher une inflammation persistante. L’ajout d’AGCC dans l’alimentation peut également contribuer à inverser cette perméabilité intestinale.

Ces nouvelles perspectives sur ce rôle protecteur des fibres contre le stress, médié par les bactéries du microbiote intestinal pourra servir de base au développement de thérapies diététiques à base d’AGCC. Certes les mécanismes exacts par lesquels les AGCC exercent cet effet anti-stress restent indéterminés. En revanche, les AGCC ne semblent avoir aucun effet sur l'augmentation du poids corporel causée par le stress ; cela suggère que les AGCC affectent seulement certains effets induits par le stress.

On reconnaît de mieux en mieux le rôle des bactéries intestinales et des composés chimiques qu'elles produisent dans la régulation de la physiologie et du comportement. Le rôle bénéfique des acides gras à chaîne courte dans ce processus mérite d’être encore éclairci.

Source: The Journal of Physiology 31 July 2018 DOI : 10.1113/JP276431 Short‐chain fatty acids: microbial metabolites that alleviate stress‐induced brain‐gut axis alterations

Plus sur Neuro et Microbiote Blog

Lire aussi : MICROBIOTE INTESTINAL : Le stress social le bouleverse aussi

Équipe de rédaction Santélog Sep 5, 2018Rédaction Santé log




Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine