Magazine Environnement

Glyphosate : l'Assemblée nationale a encore refusé de l'interdire

Publié le 16 septembre 2018 par Bioaddict @bioaddict
Plusieurs amendements ont été déposés pour faire interdire le glyphosate, dans la loi pour l'agriculture et l'alimentation qui est entrée en deuxième lecture au Parlement. Tous ont été refusés par la majorité, soutenue par le gouvernement, dans la nuit du 14 au 15 septembre. Glyphosate : l'Assemblée nationale a encore refusé de l'interdire ¤¤ Le 15 septembre, les députés ont rejeté au petit matin, une nouvelle fois, l'ensemble des amendements visant à graver dans la loi l'engagement présidentiel d'interdire le glyphosate, " au plus tard dans trois ans ". OK
Je souhaite également recevoir
les bons plans et offres partenaires
la newsletter des professionnelles

Emmanuel Macron a promis que le glyphosate, molécule herbicide très largement utilisée en France notamment dans le Roundup de Monsanto, classée cancérigène probable en 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), omniprésente dans l'eau, l'air et les aliments, serait interdite dans les trois ans qui ont suivi son élection. Pourtant, les députés de sa majorité et son ministre de l'Agriculture ne sont pas favorables à confirmer par écrit ce qui a été déclaré à l'oral.

Pour la deuxième fois, des députés écologistes et de gauche ont introduit des amendements au projet de loi sur l'agriculture et l'alimentation, afin d'inscrire dans le texte cette promesse électorale. En effet, faute d'un accord sur sa première version, le projet de loi est entré en deuxième lecture au Parlement.

" Mon amendement pour l'interdiction du glyphosate rejeté à 4 voix "

" 4h20, mon amendement pour l'interdiction du glyphosate rejeté à 4 voix ", a twitté le député La République en marche (LRM) des Bouches-du-Rhône François-Michel Lambert. (35 "pour", 42 "contre", majorité absolue à 39 voix)

Lors de l'examen de l'amendement " glyphosate ", tard dans la nuit du 14 au 15 septembre, à l'issue d'un débat houleux, les députés de la majorité ont rejeté tous les amendements proposés. Le scrutin le plus serré a porté sur l'amendement de François-Michel Lambert. Les autres amendements, défendus notamment par l'ex-ministre de l'Ecologie Delphine Batho ou les Insoumis ont été rejetés plus largement. Les raisons invoquées de ces rejets sont les mêmes qu'au printemps : il faut d'abord trouver une solution de remplacement pour les agriculteurs. Stéphane Travert s'est également opposé à nouveau aux amendements " glyphosate ", préférant la " méthode " du gouvernement.

" Dès lors que vous êtes confiant dans la méthode qui est la vôtre, pourquoi refuser d'inscrire dans la loi l'interdiction du glyphosate ?", a demandé Guillaume Garot (PS).

"C'est une faute politique", a déclaré François-Michel Lambert, sur Europe 1 le 15 septembre. "Ce n'est pas audible. Il y a un problème dans cette majorité, l'écologie n'est pas encore prise à sa juste urgence".

Le projet de loi va être transmis au Sénat où il sera examiné à partir du 25 septembre.

Zoé Fauré


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bioaddict 1760784 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte