Magazine Maladies

#thelancet #lupusérythémateuxsystémique #ustekinumab Efficacité et sécurité de l’ustekinumab, un inhibiteur IL-12 et IL-23, chez des patients atteints de lupus érythémateux systémique : résultats d’une étude de phase 2 multicentrique randomisée en doub...

Publié le 25 septembre 2018 par Tartempion77 @NZarjevski

#thelancet #lupusérythémateuxsystémique #ustekinumab Efficacité et sécurité de l’ustekinumab, un inhibiteur IL-12 et IL-23, chez des patients atteints de lupus érythémateux systémique : résultats d’une étude de phase 2 multicentrique randomisée en doub...

Les symptômes les plus courants permettant de suspecter un lupus érythémateux systémique sont les suivants:
Fièvre modérée
Photosensiblité
Fatigue
Perte d'appétit
Eruptions cutanées en papillon au niveau du visage
Ulcères au niveau du visage et du nez
Douleurs musculaires
Inflammation de la plèvre et du péricarde
Douleurs musculaires
Arthrite
Mauvaise circulation sanguine au niveau des doigts et des orteils
Source iconographique et légendaire: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Symptoms_of_SLE.svg


L’ustekinumab est un anticorps monoclonal ciblant l’interleukine (IL)-12 et IL-23, approuvé pour le traitement du psoriasis en plaques, l’arthrite psoriasique, et la maladie de Crohn.IL-12 et IL-23 sont impliqués dans le lupus érythémateux. Notre but était d’évaluer l’efficacité et la sécurité de l’ustekinumab pour le traitement du lupus érythémateux systémique chez des patients atteints d’une maladie à activité modérée à sévère malgré un traitement conventionnel.
Il s’agissait d’une étude de phase 2 multicentrique en double aveugle, randomisée et contrôlée réalisée chez des patients adultes atteints de lupus érythémateux systémique dans 44 cabinets de pratiques privés et centres universitaires en Argentine, Australie, Allemagne, Hongrie, Mexique, Pologne, Espagne, Taïwan, et aux États-Unis d’Amérique. Les adultes éligibles étaient âgés de 18 ans à 75 ans, pesaient au moins 65 kg, et s’étaient vu poser un diagnostic de lupus érythémateux systémique depuis au moins 3 mois avant la première administration du médicament à l’étude. Les patients éligibles étaient répartis au hasard (3:2) dans le groupe ustekinumab ou dans le groupe placebo à l’aide d’un système internet de réponse vocale interactive avec stratification selon la biopsie cutanée, la présence de lupus néphrétique, les médicaments administrés contre le lupus érythémateux systémique à la ligne de base, l’index 2000 combiné d’activité pathologique (SLEDAI-2K), le site investigateur, la religion, l’origine ethnique. Ni les patients ni les investigateurs n’avaient accès au tableau de randomisation. Les patients ont reçu l’ustekinumab par voie intraveineuse (260 mg pour les patients pesant de 35 kg à 55 kg, 390 mg pour les patients d’un poids > 55 kg et 85 kg, et 520 mg chez les patients d’un poids > 85 kg) suivi d’injections sous-cutanées d’ustekinumab 90 mg toutes les 8 semaines ou de perfusion intraveineuse de placebo initiée à la semaine 0 suivie d’injections de placebo toutes les 8 semaines ; ces deux traitements étant ajoutés à la thérapie standard déjà en place à la ligne de base. Le critère principal d’évaluation était la proportion de patients atteignant l’index-4 de réponse au test SLEDAI-2K à la semaine 24. Les analyses d’efficacité étaient effectuées sur la population en intention de traiter modifiée des patients qui avaient reçu au moins une dose (partielle ou complète, par voie sous-cutanée ou intraveineuse) du traitement qui leur était assigné (…). Les analyses de sécurité ont été faites chez tous les patients qui avaient reçu au moins une dose de traitement, abstraction faite du groupe auquel ils appartenaient. (…).
Entre le 6 octobre 2015 et le 30 novembre 2016, 166 patients ont été sélectionnés, dont 102 ont été assignés par répartition aléatoire au traitement ustekinumab (n=60) ou au placebo (n=42). Àla semaine 24, 47 (78%) patients sur 60 du groupe ustekinumab et 28 (67%) patients sur 42 du groupe placebo ont obtenu une réponse SRI-4 (différence en pourcentage des patients [Intervalle de Confiance [IC] 95% 10-47], p=0.006). Entre la semaine 0 (ligne de base) et la semaine 24, 47 (78%) patients sur 60 du groupe ustekinumab et 28 (67%)patients sur 42 du groupe placebo ont présenté au moins un évènement indésirable. Les infections représentaient l’événement indésirable le plus fréquemment rapporté (27 [45%] dans le groupe ustekinumab versus 21 [50%] dans le groupe placebo). Aucun cas de décès ou d’infection opportuniste survenant au cours du traitement, d’herpès zoster, de tuberculose, ou de malignités n’est survenu entre les semaines 0 et 24.
L’ajout d’ustekinimab au traitement standard a eu pour résultat une meilleure efficacité en termes de paramètres cliniques et paramètres de laboratoires que le placebo dans le traitement du lupus érythémateux systémique actif ; en outre, le profil de sécurité s’est révélé conforme à celui sous administration d’ustekinumab dans d’autres maladies. Les résultats de cette étude soutiennent le développement d’ustekinumab comme traitement nouveau du lupus érythémateux systémique dans le futur. Ronald F van Vollenhoven, et al, dans The Lancet, publication en ligne en avant-première, 21 septembre 2018
Financement : Janssen Research & Development, LLC
Source : The Lancet Online / Traduction et adaptation : NZ

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tartempion77 3828 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines