Magazine Conso

La tolérance

Par Pauline

Dimanche, 14h, un temps radieux et une envie soudaine de vous raconter une petite histoire. Une histoire de tolérance. La vie est faite de rencontres, de personnes qui, sans le savoir, vous marquent profondément.

Une histoire de tolérance…

Elle et moi nous sommes rencontrées il y a environ 6 ans. Au cours de ces 6 années nous nous sommes vues 5 ou 6 fois. C’est au cours d’un mariage que je l’ai redécouverte. Une histoire d’âge? de contexte? J’ignore encore ce qui a fait que j’ai pris conscience de qui elle était vraiment.

Ça a commencé comme ça:

Moi: oh elle est mignonne ta fille! elle doit avoir quelques jours d’écart avec Élisa!

Elle: ah non c’est un garçon

Moi: oh il est mignon ton petit garçon! (oups la boulette)

Nous avons toutes les deux, deux enfants:

  • elle pratique le co-dodo/j’ai couché mes enfants dans leurs lits dès que nous sommes rentrés de la mater
  • elle allaite son petit dernier qui a 18 mois/j’ai sevré mes enfants dès que possible
  • elle a mis ses enfants dans une école alternative/je suis adepte du système traditionnel
  • elle emmène partout ses enfants avec elle/je suis ravie de laisser mes enfants chez leurs grand-parents

Nous sommes toutes les deux des femmes dans la trentaine:

  • elle porte des vêtements de seconde main, voire faits elle même/j’adore la mode, c’est une passion, je choisis mes tenues avec soin et fais souvent du shopping
  • elle ne se maquille quasiment pas/le make up c’est la vie, je dois avoir 10 RAL rouges mais pas le même rouge hein
  • elle laisse pousser ses cheveux, se les coupe elle même/je vais chez le coiffeur minimum tous les 2 mois

Alors: fight ou pas fight?

Question légitime au demeurant, dans la mesure où absolument tout nous oppose! C’était sans compter sur sa capacité à…tolérer.

Dans le monde où nous vivons, prompt à juger tout et n’importe quoi: le physique, la mentalité, le mode de vie, la manière dont on élève nos enfants etc… Mon dieu qu’il est rafraîchissant d’échanger avec des personnes sans a priori et tellement positives.

Nous avons discuté, en disant la manière dont on faisait telle ou telle chose. Sans jugement, sans méchanceté. Simplement: « tu fais ça?  moi je fais comme ça. »

Elle appréhende la vie d’une manière tellement positive, faisant fi des jugements des autres. Je me suis donc interrogée sur moi même:

Est-ce le cas pour moi? Ai-je cette capacité à me détacher des avis des autres?

J’expose beaucoup ma vie sur Instagram, ma déco, mes sessions shopping, mes tenues, mes enfants, ma cuisine… Pourquoi? Introspection… Pour le partage. C’est tellement agréable de voir que, quand je déniche des bons plans ou actions qui améliorent le quotidien, vous me confortez (parce que vous le faites déjà et ça fonctionne) ou suivez mes conseils en me remerciant. Mais quelle gratification! Oui votre avis est important pour moi mais pas dans le sens commun. Je m’explique: votre avis est important pour moi dans la mesure où ce que je fais vous sert à quelque chose; pas « ce que je fais c’est bien ou nul à chier? » J’ignore si je suis très claire…

Bref, c’est en  cela que ça compte et non la recherche d’approbation, ça ça m’est égal dans la mesure où je continuerai à le faire dans tous les cas si c’est l’un de mes choix.

Mais revenons à nos moutons: la tolérance. Je me suis simplement fait la réflexion que si les personnes étaient davantage comme ça, en partageant des avis sans jugement, sans amertume, sans méchanceté, notre monde serait beaucoup plus doux.

Conclusion:

J’ai bien conscience que mon article ne va pas changer le monde hein, je ne suis pas si naïve. Mais si j’arrive à toucher ne serait-ce qu’une seule personne, de lui faire prendre conscience que les jugements négatifs, méchants et gratuits ne servent à rien, mais RIEN (ah si, te chopper un ulcère). Et qu’a contrario la positivité, l’échange et la tolérance t’apportent tellement plus! Le respect des autres pour commencer, des choses positives (je suis sûre que le bien appelle le bien), des échanges etc… Et bien j’aurai gagné ma journée. Je ne citerai qu’un exemple: Gru dans « Moi, moche et méchant ». CQFD bim bam boum.

À bientôt!

L’article La tolérance est apparu en premier sur Break your day.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pauline 282 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines