Magazine Poésie

Lever de lune

Par Vertuchou

Je m’éveille en la nuit non-nocturne de la Saint-Jean d’été, dans le blanc et l’allant du matin ;
La lune s’amenuise et s’affine, frange d’un ongle qu’une bougie éclaire,
Ou pelure d’un fruit de paradis, ravissante elle décline sans brillance,
S’élève du trône, du tertre funéraire de Menefa la montagne ;
D’une pointe l’accroche encore, d’une barbe pourtant l’agrippe et l’arrime, non pas toute séparée.
Vision précieuse, désirable, non poursuivie, offerte si facile,
Qui me détache feuille après feuille, me divise paupière après paupière de sommeil.
(19 juin 1876)

Gerard Manley Hopkins

Partager cet article

Repost 0 Lever de lune &version; Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Vous aimerez aussi :

rêverie rêverie Chanson pour mon ombre Chanson pour mon ombre Nova Nova C’était le moment critique C’était le moment critique

Poètes D'hier

« Article précédent

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine