Magazine Humeur

624_ Hier ou avant-hier c’était déjà le SILA

Publié le 31 octobre 2018 par Ahmed Hanifi

Au SALON INTERNATIONAL DU LIVRE D’ALGER _ SILA
1 Nous avons quitté Oran par sa gare, tôt le matin, hier vendredi. Il était 8 heures. Le train est un Rapide. Départ à l’heure prévue moins trois minutes. Arrêt à Chlef. La voiture où nous nous trouvons est pleine. Des voyageuses s’énervent à propos de rideaux à tirer ou non. Les passagers restent cois, mais pas le contrôleur « Sallou ala ennbi… » Il réussi à les calmer, mais entre temps des injures avaient fusé… Il fait chaud lorsque nous arrivons à 10 heures à Chlef et que les esprits sont sur le qui-vive, on ne sait jamais. Cinq minutes d’arrêt. On a eu droit à un thé (gratuit) et à des biscuits, sandwichs (payants)… distribués à partir d’un chariot sans âge, conduit par une jeune et charmante employée en tenue SNTF, bleu-nuit sur lequel est porté bien en vue le nom de l’employeur. Blida, Boufarik… Nous atteignons Alger gare Agha à 12 heures 55. Recherche d’un hôtel ni trop cher, ni inconfortable… A cette heure-ci, un jour sain, tout est ou presque tout est closed. Débrouillez-vous. Face au fameux hôtel Aletti une gargote propose des sandwichs. Une étrangère, (européenne ?) entre avec ses deux enfants. Le serveur lui dit instantanément « pas maintenant madame ». J’ai comme l’impression qu’il s’agit là d’un refus de servir parce qu’elle est femme, puisque moi-même suis servi, « un sandwich steak haché-frites ». La pauvre femme reprend « pas maintenant ? » et sort. Elle ne semble pas avoir saisi, et j’en suis presque honteusement content. Content qu’elle n’ait pas saisi la saloperie du gars, un sexisme doublé de xénophobie. Alors que je quitte la sandwicherie, à l’extérieur trois hommes sortis, je ne sais comment, d’un imposant 4X4 sautent sur un homme qui semble avoir picolé un peu. On ne lui pardonne pas d’avoir bu un jour sain (au nom de quelle loi ? la leur). En trois temps, trois mouvements, le malheureux, un tas désarticulé, est brutalement jeté dans le véhicule qui part en trombe vers une destination trouble.
Taxi, direction le Palais des expositions. 500 dinars demande le premier, 700 le deuxième, 300 le troisième. Arrivé à hauteur du Palais, le chauffeur du taxi ne sait pas trop si l’impressionnante queue devant nous est formée par des admirateurs de tel ou tel écrivain ou bien par des mordus du super Centre commercial R 10 ( ? histoire de pirate… ne cherchez pas à comprendre…) appartenant dit-il à Saïd Bouteflika… Je ne peux l’aider.
Le Palais des expositions déborde de clientèles. L’Institut français est archi bondé. Autour de Salim Bachi qui répond patiemment à toutes les questions, les spectateurs sont très attentifs. Benjamin Stora qui lui succède répond aux cinq  questions de l’animateur puis s’empresse d’aller vendre ses livres… Trois allées plus loin je rencontre Nadia Sekhi et Hassina Hadj Sahraoui, les courageuses animatrices des revues Livresq et Salama. Echanges et perspectives…
Je reviendrai. 17 heures, la foule se fait plus compacte - impressionnante -  et cela me perturbe quelque peu. Je prends le tram jusqu’à Ruisseau puis le Métro jusqu’à Tifoura, la Grande poste. Je continue à pied jusqu’à l’Institut français. Maïssa Bey et Laure Adler (magnifique) évoquent le dernier roman de Maïssa « Hizya ». Une collation est offerte par les responsables. Monsieur l’ambassadeur est parmi nous, ainsi que du directeur du lieu et d’autres collaborateurs… Nous avons passé un long moment à échanger avec l’auteure de Hizya ainsi qu’avec Laure Adler. Je lui dis toute mon admiration. Et lui offre mon « Arabe dans les écrits d’Albert Camus ». Elle parle de son métier, de ses expériences diverses au milieu du monde médiatico-politique… de son ancien poste auprès de Mitterrand… Une collation dans les jardins de l'Institut a lieu..... ---------------- 2 Toilette de chat et café-crème avec m’semen légèrement croustillant et confituré. « Quinze mille » réclame le serveur, jovial. Dans les rues attenantes à l’hôtel (changement) les passants sont nombreux et les curieux tout autant. Les marchands de fleurs sont joyeux, pas les chauffeurs qui klaxonnent à tout rompre. Certains passagers arborent à travers les portières (ou sur les toits) des drapeaux d’équipes de football (ou de hockey-sur-glace ?) et chantent « Palestine, chouhada… » L’excitation ambiante renvoie probablement au match de football USMAlger-TPMazembe de ce soir, à moins que cela n’annonce une soirée révolutionnaire dédiée aux « valeureux-martyrs-de-la-noble-et-bienheureuse-Révolution-de-Novembre ». Oui, mais trahis les martyrs et la Révolution jusqu’à la moelle. La place du Cheval ou de l’Emir est saturée. La Librairie du tiers-monde est chagrine. La façade du Beaumarché est triste. Fermé depuis des lustres.
Métro à Tafourah. Direction La foire en passant par le tram à prendre au Ruisseau : 40 minutes environ. « 70 Da monsieur tout compris ». 1° Mai, Aïssat Idir… Jardin d’Essai, Les fusillés. Puis Tripoli-Taâlabia, Tripoli-mosquée,  Tripoli-Hamadach…. En arabe Tripoli se dit Tarabouls. Croyez-moi, j’entendais « Garagous » ce qui signifie « Marionnettes »… Allah ghaleb, le temps qui passe agresse nos organes, et c’est pourquoi l’indulgence à l’égard de mes auditifs doit être de mise.
Je continue. La foire enfin, on pourrait préciser le Salon. Mais non, on dit le plus souvent La foire… Je vous passerai les détails. Maracaña, le mythique et immense stade brésilien craquerait devant l’importance de cette foule dont je fais partie. Nous sommes partout, tout est monde, tout est mouvement, tout est zdihem… Le Salon de Paris m’apparaît soudainement ridicule en terme de fréquentation. Les mauvaises langues (je les ai entendues) disent que 70 à 80% des fréquentations du Salon bénéficient aux livres orientaux, aux livres religieux. Mauvaises langues. Je rencontre beaucoup de collègues, des libraires, des éditeurs (charmantes de Sédia), des auteurs… notamment le pétillant Caryl Férey qui parle de l’écriture avec une grande élégance à l’espace dédié à l’Institut français.
Notre ami Mohamed Balhi donne une interview à une télévision et Yamina Benguigui ne sait plus où donner de la tête, mais son film « Inch Allah Dimanche » projeté là-bas dans la salle Ali Maachi  n’attire pas…
Le soir, devant la Grande poste, face à un écran géant, la foule des supporters de football qui s’échauffent, chantent, crient, dansent… Le match sera viril et la victoire certaine… Raté. Malgré la défaite des algérois USMAlger : 0 – TPMazembe : 2, la fête a duré longtemps dans la nuit, se confondant avec celle du 1° novembre 54… Des coups de canon (ou d’autre chose) sur la baie (ou ailleurs), je n’en sais rien, mais aussi des sirènes de bateaux, clôturent une journée folle de promesse. Les boules Quies font le reste. Nos « valeureux-martyrs-de-la-noble-et-bienheureuse-Révolution-de-Novembre » peuvent dormir (pas en paix, non, pas possible).
Je n’irai pas à La foire ce dimanche, je me le promets.
---------------- 3 Il a plu cette nuit de dimanche à lundi. Il ne fait pas chaud, mais je n’irai pas jusqu’à parler de petite laine, nous en sommes loin. Métro Grande poste Tifourah. Toujours du monde. Lorsqu’arrive mon tour je demande « un aller pour La foire s’il vous plaît ». Le guichetier me tend le ticket. Je lui demande s’il combine bien les deux trajets métro et tram. Il est sur le point de répondre, mais derrière moi un homme s’impatiente. Depuis un moment d’ailleurs, à vouloir passer devant sans bonne raison, un handicap, je ne sais... Il tend son bras par dessus mon épaule (il est grand l’abruti) et pause une pièce sur la plate-forme. Je lui demande si cela l’ennuie d’attendre son tour. Il me répond « je suis pressé ». Plus abruti que cela tu meurs aurait dit mon fils, ou ma fille, à l’âge de leur adolescence. Il insiste et répète « tu nous fais perdre notre temps ». Je lui fais signe, l’invite à passer devant. J’étais sur le point de l’applaudir, mais je lui dis simplement « vous ne manquez pas de culot, mais beaucoup de respect ». «  Tu monopolises le guichet. » Personne n’a rien dit. Pas d’approbation, pas d’acquiescement, en tout cas, non exprimés. Neutralité. Arrivé à « La foire » je prends deux galettes, m’semen aux oignons, des M’hajba » (50DAX2). Au stand de l’Institut français Amhis Djouhar raconte une histoire à une quinzaine de gamins attentifs. A l’Esprit Panaf une table-ronde s’apprête à commencer. Je m’installe. « Quel regard sur le temps qui passe ? » Vaste et inextricable question. Il y a des confusions dans l’air. On confond temps, mouvement, durée… (vidéo) Cette question fut l’objet principal de mon premier roman, il y a quinze ans… « Le temps d’un aller simple », lui-même aussi confus (normal) que la question. Voici ce que j’y écrivais (entre autres), page 105 : « Le mercredi, d'un commun accord nous quittâmes tôt la rue Dejean pour la porte de Clichy. Le pieux patron qui nous vit sortir ne répondit pas à notre "au revoir" mais baissa la tête et tira sur sa moustache. Puis il cracha, contraint par la chique ou bien pour nous maudire. Par je ne sais quelle combinaison sinon celle du hasard nous tombâmes dans la rue saint Honoré. Un passant qui tuait son temps s'alarma devant mon visage défait et son regard sur le mien. Il devina que nous étions perdus. J'ai naturellement bafouillé quelques mots pour justifier notre égarement. "Prenez sur la Madeleine puis les Mathurins dit le passant. Surtout ne vous y arrêtez pas. Continuez sur votre gauche. Plus loin vous aurez Rome sur votre droite et Messine sur votre gauche. Ne prenez ni l'une ni l'autre. Allez tout droit devant vous. A saint Augustin redemandez votre chemin". L'inconnu n'avait pas tout à fait tort et sa conviction était graniteuse. Il ajouta à Katarina : "Et bonne chance parce qu'avec ce sac à dos…!" Elle sourit et l'homme s'évapora. Nous arrivâmes devant la place le métro l'église et le bar-tabac saint Augustin. Nous ne vîmes pas le temps passer. A hauteur d'yeux sur la partie gauche du portail de l'église une plaque sans âge se laisse parcourir. Elle brave l'éternité et nous met en garde : Ecce puta uox corporis incipit sonare… Imagine-toi qu'une voix corporelle commence à se faire entendre, qu'elle continue à se faire entendre, et puis qu'elle cesse, et que le silence lui succède. Alors cette voix est passée, et ce n'est plus une voix : elle était à venir avant qu'elle se fit entendre ; et comme elle ne pouvait alors être mesurée, parce qu'elle n'était pas encore, elle ne le saurait être maintenant, à cause qu'elle n'est plus. Elle pouvait donc être mesurée pendant qu'elle résonnait, parce qu'elle était, et qu'ainsi on la pouvait mesurer ; mais en ce temps-là même elle n'était pas ferme et stable, puisqu'elle marchait et passait. Amen. - Tu as compris ? »
Boudjedra, pour justifier sa grandeur ou sa hauteur (il ne connaît pas Montaigne (pas Beaumarché) peut-être ? « Sur le plus haut trône du monde, on a beau s’élever… »), ne se présente pas laissant en plan le public. Amin Zaoui arrive. Evoque sa famille, particulièrement l’amour qu’il porte à sa mère et celui qu’elle-même et son mari partagent… et de ses romans et nouvelles. Son parler est direct, courtois. En arabe dialectal, une réjouissance, mais aussi en français. De nombreuses questions furent posées, certaines fortement marquées par des contenus idéologiques rétrogrades qu’il a su remettre à leur place, et passer à la littérature. ---------------- 4 Mardi  3 novembre. Non loin de la Grande poste les bouquinistes s'installent pour une nouvelle aventure... Je me suis rendu directement au Musée des Beaux-Arts.  70 marches, rappelez-vous et 200 dinars. « Laissez votre sac à dos à l’entrée. Gardez bien le ticket ». Numéro 4. Longue bâtisse sur quatre niveaux. De sa terrasse on peut observer toute la baie de la capitale. « Quelques photos s’il vous plaît. C’est pour mon site, vous ne connaissez pas ? 10 ans pourtant et beaucoup de visiteurs…  http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/ . C’est pour faire connaître ce magnifique lieu ». « Une seule ? » « non quelques-unes ». J’ai renouvelé cette demande plusieurs fois car les gardiens qui circulent à travers les différentes travées sont nombreux.  Que de beaux ouvrages en effet, de la peinture, de la sculpture, art déco et contemporain… bref, des siècles d’histoire de l’Art en Algérie. De Utrillo, Bourdon à Matisse, Vlamenck, de Gammiéro  à Maya. De l’espace Belmondo à Racim… Un régal. Deux heures plus tard, je ne sentais plus mes jambes. Il me fallait reprendre quelques forces, attablé  à la gigantesque terrasse.
Je reprends le métro et le tram jusqu’à… vous avez deviné : « La Foire ! » Mon ami… A.K. me fait faux bond. Un sociologue très demandé. Je prends un thé dans la grande Kheima de Béchar. Les allées du Salon me semblent moins bondées. On circule mieux. C’est moins le souk. Si la majorité des personnes ont le cou libéré, d’autres portent, pendues autour, des cartes rouges avec cette mention « 20° SILA », d’autres celle-ci « Presse », sur des cartes blanches.  De la chaise où je me suis installé pour charger mon appareil photo (j’ai oublié de m’en occuper à l’hôtel). J’aperçois au stand du très sérieux CRASC, un professeur que je connais pour avoir participé à une de ses interventions (en cercle réduit) à Manosque. Monsieur Q. J-M. Il tient entre les mains le dernier ouvrage (reconnaissable par ses volume et couleurs) du centre de recherches anthropologiques. CRASC : « Dictionnaire du passé de l’Algérie : de la préhistoire à 1962. » Je débranche mon Leica Lumix le temps de prendre en photos monsieur le professeur.  Il est plongé sur la même page qu’il semble lire et relire. Je participerai un peu plus tard à sa conférence intitulée « L’enfant, le livre et l’école : l’expérience française »
Tiens voilà quelqu’un d’autre que je connais (ou plutôt « reconnais »,  nos relations sont certes amicales, mais superficielles). S. H. éditeur de son état. « Bonjour, bonjour » « quoi de neuf, » « ça va ? » « oui ça va » « et Marseille ? » « Ah, Marseille… » J’ai peine à comprendre ce qu’il dit.  Il traîne d’une main une lourde (en apparence) valise mauve sur roulettes noires et de l’autre il presse un sandwich quelconque, qu’il porte à sa bouche encore pleine. Il lève un bras pour dire « désolé, je dois continuer ». Il ne le dit pas, car il mâche, goulûment, son sandwich, mais je comprends. Il hoche la tête devant une dame qui le croise. Une journaliste. Elle le croise, elle vient donc vers moi. Cette fois ce sont nos propres regards qui se croisent. Dans le sien je vois un point d’interrogation aussi gros qu’une boule de pétanque prête à être lancée sur le cochonnet qui l’attend. Je lui tends la main et lance « La Tribune ? », elle dit « Chaîne 3 ». Les journalistes, comme les éditeurs, et contrairement aux chercheurs, sont toujours pressés. L’actualité leur colle au corps pour mieux les berner et nous avec. Je lui offre mon dernier recueil dont elle lit le titre et lance « Ah ghrompawghawch ! ». Comme vous, moi non plus je n’ai pas vraiment saisi ce qu’elle m’a envoyé. Etait-ce une amabilité ? Pendant ce temps mon appareil photo se gave de particules élémentaires. A l'Espace Institut français, Maïssa Bey et les représentants de l'Institut (M. Alexi A...) récompensent les lauréats de La nouvelle fantastique.
Plus tard j’assiste à une table-ronde assez animée sur « La nouvelle littérature africaine, vers la rupture ? » Un débat chaud disais-je, avec le dynamique et talentueux Armand Gauz, avec aussi Kangni Alem, Parkes Nii Ayikwei et la traductrice Sika Fakambi. La modératrice ne fut hélas pas à la hauteur.
Mercredi 4 : « Gare d’ Agha ». 8 heures. Départ du train à destination d’Oran où l’on arrive à 12h52 (oui, parfaitement, tel qu’annoncé).
______________ Ces textes ont été écrits le samedi matin 31 octobre, les 1°, 3 et 5 novembre 2015. Cf ici(avec photos, vidéo) :
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2015/10/512-20-salon-international-du-livre.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2015/11/513-salon-du-livre-dalger-suite.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2015/11/515-le-salon-encore.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2015/11/516-derniers-jours-au-sila-et-alger.html ________________
Vous pouvez également consulter mes textes de 2016…
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2016/10/552-salon-du-livre-dalger-sila-1.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2016/10/553-salon-du-livre-dalger-sila-2.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2016/10/554-salon-du-livre-dalger-sila-3.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2016/10/555-salon-du-livre-dalger-sila-4.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2016/10/556-salon-du-livre-dalger-sila-5-mon.html
… de 2017
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2017/10/576-viree-en-algerie-oran-alger-salon.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2017/10/577-viree-en-algerie-oran-alger-salon.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2017/10/578-viree-en-algerie-oran-alger-salon.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2017/10/579-viree-en-algerie-oran-alger-salon.html
http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.com/2017/11/580-viree-en-algerie-oran-alger-salon.html ________________

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ahmed Hanifi 237 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines