Magazine France

Le casse du siècle

Publié le 06 novembre 2018 par Gauchiste

Personne n'aura raté l'actualité récente au sujet de la France Insoumise, dont le local a été perquisitionné en grandes pompes le jour d'un replâtrage ministériel. Il y a 1 an, j'ai appelé à voter pour lui et son programme, vous devez vous demander ce que votre gauchiste pense de tout ça.

Déjà, si la réaction de Mélenchon semble avoir été déplacée, je pense que la seule chose qu'on puisse lui reprocher sont certaines phrases un peu déplacées. « la république, c'est moi », « ma personne est sacrée ». On comprend bien qu'il a sorti ces phrases sous état de choc, qu'il n'a pas su adapter le ton à la situation. Et il y a de quoi. Une perquisition est toujours traumatisante. Demandez aux écolos qui l'ont subi sous l'état d'urgence de Hollande. Ils ne pardonneront jamais. Je pense surtout Mélenchon trop honnête pour imaginer que le pouvoir puisse être à ce point corrompu.

Cette perquisition ne semble basée sur aucun élément matériel, seulement des soupçons. Et il est vrai que l'opération de police spectaculaire semble réellement disproportionnée au regard de la menace Mélenchon. À moins que Mélenchon soit une réelle menace pour le gouvernement en place ? Car la perquisition dépend du parquet, donc de la hiérarchie ministérielle.

J'aimerais que la presse s'indigne davantage sur un élément particulièrement inquiétant de l'affaire, au-delà du précédent que cela ouvre en France en terme de volonté de museler la seule opposition audible en France.

Aujourd'hui, Macron et ses sbires ont mis la main sur le fichier des honnêtes gens partisans de Mélenchon. L'État vient de faire le casse du siècle, en récupérant une liste de tous ses opposants politiques. Qu'on ne vienne pas me dire que Macron n'a pas le fichier. À ce point des opérations, Macron peut tout. Il possède au minimum la liste de tous les e-mails des abonnés à la newsletter de la France Insoumise, et donc par croisement de fichier, leur identité, parfois des échanges de mails, des contenus, discussions, l'historique de leur investissement personnel, emploi du temps, déplacements (par les téléphones) et l'agenda des actions et projets du parti, passés et à venir. Rien que ça.

« Répétons une fois de plus que l’opération du 16 octobre avec ses 15 (17 ?) perquisitions n’a pas pu être organisée sans que non seulement le pouvoir exécutif soit au courant, mais ait pris lui-même la décision. » Source : vududroit.com.

L'œil de Sauron vient d'identifier chaque opposant et personne ne dit rien ? Tout ça simplement sur un soupçon ? Même la presse qui semble avoir des infos secrètes croustillantes sur l'affaire ne trouve rien de mieux que des factures à 200 balles pour le justifier : je m'interroge sur la démocratie. Mes idées politiques sont-elles bien protégées ? Moi, en tant que citoyen non perquisitionné, qu'ai-je à craindre pour mes idées ?

On s'inquiète de donner à Mélenchon les codes de l'arme nucléaire, s'il est élu. Franchement ? On les a bien donnés à Sarkozy le colérique qui a fait tuer son pote Kadhafi pour cacher ses comptes de campagne, puis à Hollande le barbare qui a abusé de l'état d'urgence pour persécuter des militants écologistes et maintenant à Macron l'atlantiste (pire que Trump : cherchez l'erreur) qui frappe illégalement la Syrie (pas de mandat de l'ONU) et qui est en guerre contre le peuple français qu'il représente et qu'il méprise. À qui je donnerais les codes ?

Laisser le bouton rouge à Mélenchon me semble moins dangereux que tout ça. Ce serait le premier depuis Chirac à ne pas faire bêtement comme les États Unis, pays à qui je ne confierais pas plus le bouton rouge que mes données personnelles.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gauchiste 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines