Magazine Côté Femmes

“Ma vie est une success story”

Publié le 06 décembre 2018 par Lespulpeuses

Vivre mille vies dans une vie, tu connais l’expression ? C’est exactement le cas de notre lectrice Justine. Elle a tout connu, tout vécu… ou presque ! Et de ses malheurs comme ses victoires, elle considère sa vie comme une incroyable expérience, voire même une success story. Elle te raconte son histoire…

Une vie plutôt tumultueuse 

Aujourd’hui, j’avais envie de vous partager ce que je considère comme étant ma success story. Je vous explique ce qui s’est passé pour moi.

Je m’appelle Justine, j’ai 28 ans et j’ai l’impression d’avoir eu mille vies. Mais pour la première fois, je vis vraiment. Car, pour la première fois, je suis MOI.

Je viens de Waremme, ce qui équivaut un peu à Marly-Gomont puisque c’est une petite ville de Belgique. Là-bas, j’y ai vécu de mes 19 ans à mes 26 ans. Je n’ai jamais eu une vie stable. J’ai quitté le domicile familial à 17 ans et demi. Je ne concevais pas la pensée étroite de ma propre maman, j’ai préféré m’en éloigner et me construire selon mon mode de pensées.

Depuis toute jeune ma grand-mère et mon grand-père m’ont beaucoup soutenu dans tous mes choix. Cela va de lire Troyat à 7 ans jusqu’au fait d’intenter un procès à ma maman pour détournement de fonds.

J’ai eu cette chance. Celle d’avoir des personnes justes qui m’ont expliqué que la vie honnête pouvait être fabuleuse.

J’ai eu la chance d’avoir autour de moi des personnes justes…

tweeter “Ma vie est une success story”

J’ai appris quelque chose à chaque anniversaire ! 

En plus de mes études, j’ai suivi un second cursus par passion, ce qui fait que j’ai accumulé certifications et diplômes. Cependant, je ne les utilisais que pour moi. Chaque année, à mon anniversaire, je m’inventais une thématique sur laquelle grandir. Cela passait de la littérature protestataire mondiale, à la nutrition, en passant par le management, les langues (où j’étais une vraie bille d’ailleurs!), le conseil en image, les sciences sociales, la gestion du stress.

Au niveau amical et personnel, je n’avais pas beaucoup d’amis. Juste une grande pote, ma Pomme d’Amour, Aza. J’aimais draguer, j’adore danser et après deux accidents consécutifs, j’ai pris du poids. Plus de 70 kilos. J’ai fait un burnout puis ma grand-mère est décédée. Je me sentais seule et tout reposait sur Aza. Nuit comme jour, elle était là. Posée, à travers le téléphone, la caméra ou à mes côtés. Elle a cru en moi. Tout comme ma psy !

Elle a cru en moi. Tout comme ma psy !

tweeter “Ma vie est une success story”

Le premier jour du reste de ma vie 

Ensuite, après un long procès (contre ma maman), quelques flirts et du baume au cœur. Un jour en septembre, je l’ai décidé. Je me suis faite tatouer. Toute la cuisse d’un coup. Et cet instant fut le premier jour du reste de ma vie. Je me suis mise au sport, à appliquer ma formation en nutrition à mon hygiène de vie. A sortir et à me faire des amis. Je dansais, je tournoyais chaque nuit comme un papillon qu’on a enfermé trop longtemps dans un bocal. J’étais ivre de vivre.

Je me suis entourée de trop de gens, je cherchais désespérément l’amour, je m’aimais trop.

Mais au niveau amour je n’ai pas trouvé le bon. Et vous savez, comme je le dis à mes clientes désormais : vous roulez sur la route, vous voyez une voiture en sens inverse. C’est lui qui est en tort. Vous en voyez deux en sens inverse, c’est étrange. Mais en voir trois, remettez vous en questions !

Du coup, après une crise de Ben & Jerry’s, film de Noël et Martini Blanc, je me suis posée. Et j’ai réfléchi. Des journées entières. Des semaines. Et j’ai trouvé pourquoi !

Et cet instant fut le premier jour du reste de ma vie. 

tweeter “Ma vie est une success story”

Vivre ma vie, celle que j’espérais 

Du jour au lendemain, je suis partie de la Belgique, coupant le cordon avec Bon-papa tout en allant pas trop loin tout de même. Lille m’avait conquis. J’ai ENFIN appliqué mes propres conseils. Après avoir analysé mon Ikigaï* et mes compétences, j’ai monté ma boîte et désormais je suis “agitatrice de potentiels”. J’ai rencontré l’homme de ma vie et fait le tri dans mes amis. Et vous savez qui est restée ? Azalée.

Aujourd’hui ma vie est stabilisée, j’aide autant que je m’aide. J’aime autant qu’on m’aime et je vis pour la première fois de ma vie, la vie que j’espérais. Je remercie l’Univers pour tout ça. Ces expériences pas toujours bonnes, cette maman qui fut une très belle leçon de vie, mon grand-père et son amour indéfectible et mes amies. Les véritables, celles qui sont restés. Puis aujourd’hui, mon chéri avec qui on se construit un petit nid un peu bobo. Sortir de sa zone de confort, trier ses relations, appliquer ses conseils et faire ce qu’on aime.

*Ikigai est l’équivalent japonais de la « joie de vivre » et de la « raison d’être ».

Le témoignage de Justine t’a inspiré ? Tu as aussi envie de raconter ta story ? Ecris-nous à redaction@lespulpeuses.com

L’article “Ma vie est une success story” est apparu en premier sur Les Pulpeuses.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lespulpeuses 4559 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine