Magazine Bons plans

Amoureux du Japon ? Suivez le photographe Roberto Badin et son « Inside Japan »

Publié le 11 décembre 2018 par Larrogante

Capter l’essence d’un pays, un univers, une ambiance. C’est ce que le photographe Roberto Badin a réussi au Japon, lors de deux voyages, pour composer son très beau livre « Inside Japan ». Un Japon loin de l’agitation de Shibuya, comme il nous l’explique. Un Japon entre modernité et tradition mais aussi, un pays où chaque détail compte, un bonsaï, une tenue d’écolière, un alignement de tables colorées, un bâtiment bien construit au millimètre près. En résumé, un pays dont nous sommes fans nous, Français, qui nous fascine et qui nous fait réfléchir à nos rythmes de vie en Europe.

Alors comment travaille ce photographe ? Quel a été son processus créatif ? 

Je décline toute responsabilité d’envie d’un départ immédiat pour le Japon. Si vous êtes en restriction budgétaire, vous avez la solution sous les yeux : acheter « Inside Japan » de Roberto Badin.

Inside Japan (© Roberto Badin)

Bonjour Roberto, peux-tu te présenter ? 

Roberto : Je suis né à Rio de Janeiro. Je suis arrivé à Paris à la fin des années 80. J’ai commencé comme photographe de mode au début de ma carrière et j’ai ensuite été séduit par la nature morte car j’aime la précision technique, au serivce de la narration. J’aime les voyages, les rencontres, les amis, la mer… La vie !

Comment es-tu devenu photographe ?

J’ai eu mon premier appareil à l’âge de 14 ans au Brésil. Un jour, j’ai accidentellement fait une double exposition de deux levers de soleil, cela m’a complétement fasciné. C’était peut-être là, le début de ma passion pour la photographie. Après cette expérience, j’ai commencé à photographier tout ce que mes yeux pouvaient voir, et je ne me suis pas arrêté depuis !

Les débuts en France ont été très difficiles, il m’a fallu beaucoup de détermination pour devenir photographe professionnel. C’était une époque où faire ses propres images coutait assez cher, par rapport à la facilité de la photographie numérique de nos jours. Il fallait trouver certaines astuces pour développer son travail, et on n’avait pas le droit à l’erreur. Une image ne pouvait pas s’effacer avec un simple click et on découvrait seulement le résultat après le développement en laboratoire. Si je devais choisir deux mots qui peuvent résumer cette période: autodidacte et curieux.

Amoureux du Japon ? Suivez le photographe Roberto Badin et son « Inside Japan »

Qu’est-ce qui a été fascinant au Japon ?

Quand j’étais jeune, au milieu des années 70, la plupart de mes références visuelles étaient des dessins animés et des séries japonaises. Le Japon était comme une planète lointaine qui me faisait rêver. J’ai toujours eu un grand intérêt pour la culture nippone, c’est un pays de contrastes entre tradition et modernité. Je vois le Japon comme un pays calme, silencieux et solitaire. Loin du cliché de la foule de Shibuya que l’on décrit souvent.

Ce qui me fascine, c’est l’image en tant que morceau de réalité. Roberto Badin

Comment as-tu travaillé les photos de ce livre ? La lumière, les angles ? Les points de vue ?

En général, si mon travail peut sembler très structuré, généralement, par un cadrage frontal et graphique, tout est naturel et spontané dans ma prise de vue. Je ne travaille pas avec un trépied et je n’utilise que des lumières ambiantes. Ce qui me fascine, c’est l’image en tant que morceau de réalité. Je cherche à faire ressortir la banalité quotidienne d’un lieu, peut-être juste une beauté secrète à révéler.

Amoureux du Japon ? Suivez le photographe Roberto Badin et son « Inside Japan »Inside Japan (© Roberto Badin)

Combien de temps a pris la construction de ce livre ?

Environ 2 ans. Lorsque je suis rentré de mon premier voyage, la rencontre avec l’éditeur Benjamin Blanck a été décisive pour l’élaboration du livre. Il souhaitait publier un ouvrage rien qu’avec le premier séjour car le résultat était déjà consistant. Mais il restait encore quelques endroits particulièrement intéressants que je n’avais pas pu visiter en 2016. Et nous étions d’accord qu’un autre voyage pouvait venir compléter les images que nous avions entre les mains.

Mon objectif a été de rester avec le même regard lorsque je suis retourné au Japon en avril 2018. Il était essentiel de garder la même fraîcheur et la même curiosité, qui parfois, peuvent nous échapper quand on retourne dans un pays.

Amoureux du Japon ? Suivez le photographe Roberto Badin et son « Inside Japan »Inside Japan (© Roberto Badin)

Quel voyageur es-tu ?

Curieux. Je prépare mon voyage le mieux possible, mais je laisse une grande part d’improvisation une fois arrivé sur place. Claude Lelouche a dit une fois à propos de la réalisation de ses films, une phrase qui illustre parfaitement mon état d’esprit lorsque je prépare un projet : “Un film doit être préparé comme un hold-up. On a un plan pour le faire le mieux possible et après, on doit être prêt pour les surprises« .

En quoi le Japon est-il un pays photogénique ? 

L’esthétique japonaise est incomparable. Je me suis d’ailleurs inspiré de l’excellent livre de Jean-Marie Bouisson, “Esthétique du Quotidien au Japon” qui retrace l’histoire de cette esthétique si particulière. L’autre ouvrage qui m’a accompagné dans ce projet, d’un tout autre genre, est la bande dessinée “Le Gourmet Solitaire” de Jiro Taniguchi et Masayuki Kusumi. Le livre traite de l’histoire de la société japonaise à travers le prisme de la gastronomie, comme le réalisateur Yasujiro Ozu dans certains de ses films. Au fil de mon voyage, toutes ces références ont enrichi mon imaginaire. Puis le coté narratif des images est venu spontanément.

Inside Japan (© Roberto Badin)

Quelles sont les coins de Tokyo que tu as préféré photographier ?

L’architecture et l’art contemporain ont été une sorte de fil conducteur de ma démarche. Mais je ne peux pas dire qu’il y a un endroit préféré à Tokyo ou ailleurs dans le Japon, car j’ai été souvent attiré par le quotidien des Japonais. Au Japon, je me suis trouvé dans un état d’esprit particulier, entre nostalgie et admiration.

A côté de ce livre, quels sont tes projets, tes séries ?

Le projet Inside Japan me prendra encore beaucoup d’énergie car le livre et l’exposition photo seront présentés dans d’autres villes après Paris. En ce qui concerne les futurs projets, mon regard aujourd’hui se porte sur d’autres destinations où les environnements sont plus crus et parfois un peu plus bruts. Apporter une autre dimension sociale aux projets photographiques et continuer le travail graphique sans l’esthétique urbaine est un challange qui me passionne.

Instagram Photo

Qu’est-ce que tu aimerais dire aux jeunes photographes qui se lancent ?

Apprendre la maîtrise technique au point de l’oublier lorsque l’on travaille. Réaliser ses projets sans prendre en compte les découragements. Les obstacles et les erreurs sont essentiels, tout projet se fait avec détermination, il faut toujours rester positif.

Est-ce que la photographie a son mot à dire sur les autres sujets : politique, économie, art, beauté, féminité ? 

La création, quelque soit sa forme d’expression, a une portée émotionnelle qui touche plusieurs domaines. Parfois, l’objectif de l’artiste peut être autre que celui interprété par le spectateur. L’important pour moi, n’est pas forcément le message transmis, mais l’émotion qui fait jaillir sur chacun.

Instagram Photo

Quelle est ta photo la plus arrogante ? 

Difficile de répondre à cette question, presque toutes les images ont une histoire. Je pourrais passer des heures à en parler, cela me rappelle de bons souvenirs. Une de celles qui m’a le plus étonné sur ce projet est sur la page 73 du livre, intitulée “Night Visitors at Benesse House”. C’est le genre d’image idéale, tout était là. Il y a eu qu’un seul click. J’ai dû shooter très vite car les touristes se sont déplacés après. En choisissant un énorme vide avec les personnages au centre, mon cadrage spontané est dévenu une narration à part entière, ce qui m’a permis d’ajouter un ton plus précis à l’émotion recherchée.

Amoureux du Japon ? Suivez le photographe Roberto Badin et son « Inside Japan »

Vous pouvez commander le livre de Roberto Badin, « Inside Japan », par ici


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Larrogante 5493 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines