Magazine Côté Femmes

Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !)

Publié le 28 décembre 2018 par Longscheveux

Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !)

Qu'ai-je fait de mes cheveux ? Le résultat en photo à la fin de l'article...


J'ai délaissé le blog durant des années et la vie a suivi son cours. Ici, le temps a été suspendu en 2012, comme vous pouvez le voir dans l'historique de mes cheveux, que je retrace depuis 2006 afin de vous donner les conseils qui marchent vraiment pour avoir de beaux cheveux long au naturel. Or, tout parcours est semé d'embuches, de changements, de renonciations parfois... ces épreuves et ces doutes qui nous permettent de grandir, de nous recentrer et de nous corriger en questionnant notre voie. Pour celles et ceux que cela intéresse encore, je reviens vous présenter un bilan de mes cheveux et des péripéties qui nous sont arrivées ces six dernières années !
Vous serez peut-être déçu(e)s d'apprendre qu'au fil de ces années, j'ai relâché mes efforts, et j'ai même quitté, pendant plusieurs mois, les soins naturels non par manque de conviction, mais par relâchement. En effet, ma vie professionnelle me laissait de moins en moins de temps pour prendre soin de mes longs cheveux.
J'espère que cette expérience (ratée) sera utile pour ne pas commettre les mêmes erreurs !
A moins d'avoir des cheveux en excellent santé dès le départ (la nature distribue ses cartes inégalement...), garder de longs et beaux cheveux exige beaucoup d'investissement. 
Lorsque j'étais étudiante, je laissais certains masques poser des heures en journée, voire toute la nuit pour shampouiner consciencieusement tout cela le lendemain matin. Je laissais mes cheveux sécher à l'air libre (et comme ils arrivaient au bas des reins, cela durant minimum 3h... sauf l'été) Je passais des heures à chercher les meilleurs conseils, les recettes, apprendre, tester, "tambouiller" à la maison... Je fabriquais mes propres après-shampoings, masques et shampoings. J'entretenais ma coloration au henné et celles qui en font savent tout ce que cela implique (en terme d'application, de ménage, de pose...). Pire, chaque soir, je passais au minimum une demi-heure à démêler mes cheveux, à l'époque où ils étaient le plus long (haut des fesses).
Donc, j'ai progressivement relâché mes efforts... Pour éviter les noeuds, je les attachais de plus en plus lorsque je sortais, qu'il y avait du vent, puis à la maison car ils me gênaient. J'ai zappé les masques, la pose de l'après-shampoing, puis la préparation du shampoing personnalisé. Pendant quatre ans, j'utilisais seulement une base lavante neutre.
Lorsque j'ai terminé mes études et entre deux recherches d'emploi, mon budget a considérablement baissé.

Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !)

En janvier 2015

Je ne pouvais plus me permettre de dépenser quarante euros par mois pour tester de nouveaux produit, des huiles différentes, des poudres, comme auparavant... J'ai réduis les soins à des choses plus basiques, comme une huile végétale pour un bain d'huile, une huile essentielle (bois de rose), et quelques ingrédients fondamentaux : aloé vera, phytokératine, collagène végétal ou vitamine B5 en alternance.
Forcément, ma créativité a diminué. Ma motivation aussi.
J'aurais dû, et j'ai tenté de le faire, proposer plus de recettes adaptées aux petits budgets sur ce blog. En effet, lorsque l'on connaît bien les besoins de ses cheveux, il n'est pas nécessaire d'avoir un magasin aromatique chez soi. Et un ingrédient a facilement plusieurs usages (l'huile de coco par exemple, pour la peau et les cheveux).
A certaines périodes, parce que je n'avais plus envie de payer des frais de port sur internet pour acheter ma base lavante (et que je ne voulais/pouvais pas y ajouter d'autres ingrédients), j'ai réutilisé des shampoings et des après-shampoings du commerce... Au début, j'essayais de choisir des produits bios. Mais honnêtement, aucune composition de produits vendus en supermarché n'est véritablement propre et d'aussi bonne qualité que ceux que vous fabriquez vous-même, en sélectionnant vos ingrédients.
C'est un fait. Irréfutable. Donc, vous faites un compromis sur la qualité...
Et forcément, vous ne voyez pas de résultats extraordinaires.
Et si comme moi, vos cheveux sont fragiles, ils se dégradent...
Pendant un an, j'ai simplement utilisé l'Ultra Doux de Garnier (Avocat et Karité), parce que c'était plus facile. Et que j'avais perdu toute motivation. Aussi, c'était beaucoup moins cher... J'avais d'autres choses en tête que les soins capillaires, il faut l'avouer.
Je suis devenue ultra-perfectionniste, capillo-obsédée  !
A force de partir en quête du cheveux-parfait, ces dernières années, je traquais le moindre défaut, laL'effet "Instangram" n'aide pas, dans un monde de retouches où d'autres sont toujours "plus", ont toujours "mieux". On se compare et on se dévalorise...

Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !)

Mes pointes trop fines à mon goût.

moindre fourche.
J'ai observé le même phénomène sur mes cheveux, en regardant des vidéos ou des photos prises il y a un ou deux ans : à l'époque, je ne voyais que les défauts. A présent, je ne comprends pas comment je me suis focalisée sur cela, ils étaient magnifiques.
J'ai finis par trouver mes cheveux moches, abîmés, pas assez ceci ou pas assez cela. Ils étaient très lisses, doux et brillants, mais je ne supportais plus les fourches qui montaient. Couper les pointes n'aidait pas à les éradiquer car elles se situaient 2 à 4 cm au-dessus. Et devant, un peu partout...
Je les sentais en passant ma main dedans. Mon peigne s'accrochait en démêlant. Je voulais atteindre la perfection, due après tant d'efforts. Mais la perfection n'est pas de ce monde, et il faut jouer avec les cartes que l'on a. Tirer parti de son potentiel.
J'ai cédé aux effets de mode...
Le henné reste à mes yeux la coloration végétale la plus extraordinaire ! Mais comme toute chose, il faut peser le pour et le contre. Mon problème ? Au fil des applications, la couleur devient de plus en plus foncée. Et j'en ai eu marre de cet auburn-roux-marron...
Dans un premier temps, je voulais redécouvrir la vraie couleur de mes cheveux. Alors j'ai laissé repousser. C'était chouette de retrouver ma teinte d'origine, dont j'ignorais la dénomination par le passé : un "châtain clair cendré". C'était à la mode.
Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !) Mais j'ai découvert un grand nombre de cheveux blancs.
Des mèches entières sur les tempes. Ailleurs, sur le dessus, je ne saurais en évaluer la proportion, mais ils étaient clairement visibles, de loin, bien que clairsemés. Cela me posait problème. Je complexais.
Je ne savais pas comment faire pour l'avenir, lorsqu'il y en aurait de plus en plus, pour la "transition"... Je trouvais que l'effet n'allait pas. Que cela donnait une allure terne et négligée. Que cela me vieillissait.
Je n'arrivais pas à rester comme cela. En plus, mes longs cheveux n'avaient pas spécialement de forme. Le poids les rendait très raides. J'avais le sentiment qu'ils constituaient un rideau autour de mon visage. Un rideau triste. Que cela n'allait pas à ma morphologie.
Bref, j'avais envie de renouveau...
   ... et aux colorations chimiques.
Après beaucoup de recherches et de réflexion, un soir, j'ai décidé de couper mes longs cheveux, en janvier 2018. De terminer l'aventure. De me délivrer de l’obsession, de tout ce temps consumé. De tirer un trait.
Les couper, c'était comme couper une partie de moi, de ma vie.
C'était aussi expérimenter un "nouveau départ" : ce que cela fait, d'avoir des cheveux (plus) courts. C'était tellement léger ! J'ai vu que certaines blogueuses étaient, elles aussi, passées par cette étape.
Tout ce qui paraissait mieux sur les autres, je voulais de même sur moi.

Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !)

Après la première coloration (janvier)

Alors, j'ai utilisé un bon vieux tuto pour faire un "long lob", un carré long au niveau des épaules. Et j'ai coloré mes cheveux, avec Olia de Garnier, "la coloration à l'huile", pour me donner bonne conscience. J'ai choisi le blond clair cendré, parce que je voulais devenir blonde. C'était excitant, sur le moment...
C'était moins excitant (exciting comme disent les américains) lorsque j'ai rincé la coloration après vingt minutes de pose. La texture de mes cheveux avait irrémédiablement changée. Ils paraissaient tellement fins, fragiles, glissants, comme laqués par le silicone chimique, ce cache-misère qui empêche de voir l'ampleur des dégâts.
La couleur n'était pas ratée -je ne pouvais pas m'avouer qu'elle ne mettais pas spécialement la carnation de mon teint en valeur. En vérité, je n'ai pas réussi à obtenir le "cendré" que je recherchais tant : les reflets roux du henné persistaient. 
 Et bien sûr, comme c'était encore "trop foncé" à mon goût, que je

Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !)

Deuxième décolo en mars 2018

n'avais pas les moyens d'aller chez le coiffeur (et la crainte qu'ils m'annonce qu'en réalité, avec la teinte, il est impossible d'obtenir le résultat espéré), j'ai rappliqué une couche, un mois après, un "blond doré cendré" (oui, tentons le tout pour le tout !).
A partir de là, j'ai flingué mes cheveux.
Bien sûr, je n'ai pas "entretenu" la couleur car les paraben et le silicone me répugnaient. Bien-sûr, une fois le vernis écaillé, le véritable état de mes cheveux était impossible à cacher.
C'est simple : tous les problèmes que je tâchais de corriger sur ce blog, me sont revenus en pleine face.
Cheveux cassants, secs, paille, qui gonflent sous l'humidité, prennent le pli des élastiques. Puis cheveux ternes, fourchus, incoiffables, avec des épis, des mauvais plis. Des mèches qui semblaient laminées au rasoir. Plein de cheveux cassés en haut du crâne.
Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !) Attention : cela ne se voit peut-être pas vraiment sur la photo car j'avais appliqué le masque au silicone après la coloration... Ces effets sont apparus dans les deux mois suivants lorsque le vernis ne cachait plus la "misère" ! 
J'ai fermé les yeux, c'était le deal. Il faut faire des bêtises et des erreurs (parfois) pour repartir du bon pied. C'était en mars 2018.
En juillet 2018, malgré une repousse correcte (1 cm par mois), j'ai décidé de recouper toutes les pointes colorées et abîmées car je ne les supportais plus. Et je me suis retrouvée avec un vrai carré, sous les oreilles.
   Le henné a ressuscité (encore) mes cheveux !
Bien sûr, les racines sont redevenues apparentes, au bout de quelques mois. Et je n'aimais pas trop l'effet "bicolore" car les deux teintes (cendré et doré) ne s'accordaient pas à mon sens.  

Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !)

repousse en mai 2018


Remarquez aussi à quel point la couleur s'est ternie et a même viré au roux bizarre...
Impossible, avec le nombre de cheveux blancs, de laisser la repousse tranquille. Pour cacher les cheveux blancs en douceur et neutraliser les reflets roux plus apparents, j'ai testé le cendreur de Patrice Mulato : efficace, mais trop léger et cela part en 3 shampoings.
Après réflexion, en pesant le pour et le contre, j'ai appliqué un Henné d'Egypte durant quatre heure.
J'en suis ressortie rousse (les premiers jours), et mes cheveux, pour la première fois depuis des mois, sont redevenus doux, brillants et plus épais ! Ensuite, la couleur s'est progressivement affadie. 
   Où en suis-je actuellement ?
Mes cheveux poussent très lentement. Et passent par des longueurs critiques (vous savez, la longueur où les pointes repiquent dès qu'on les attache à l'arrière ou simplement parce qu'ils touchent les épaules mais sont trop courts pour "tomber" élégamment). Beaucoup de mèches sont cassées sur le dessus.
Je n'aime pas ma coupe... mon absence de coupe. Mais si je coupe, ils ne repousseront jamais.  Alors, je les attache tout le temps.
J'ai toujours des fourches. A 2-3 cm des pointes...
Niveau couleur, la repousse n'est plus gênante et le henné a considérablement uniformisé le tout.
Bref... En construction". ;-) Mais je relativise !

Coupés, colorés, abîmés : j'ai fait n'importe quoi avec mes cheveux... (Bilan et nouveau départ !)

Donc voici le résultat : coupe en juillet 2018 et henné...

La vie est un cycle. Cette nouvelle année est l'occasion de prendre un nouveau départ, avec plus de motivation encore. 
Voilà dix ans que je trace mon parcours capillaire (la première photo de la rubrique Mes Cheveux date de 2009). Ce retour a zéro n'est pas un "retour à zéro" : je sais des choses que j'ignorais à l'époque.
Et c'est l'occasion de vous faire profiter d'un nouveau journal de soin, plus riche et plus complet ! Vive les soins naturels !
    Quelques conseils ______________________________
La mode passe, les inspirations (envies) passent.
*
Les beaux cheveux, en bonne santé, peu importe leur longueur, me semblent plus attrayants que de longs cheveux abîmés (visiblement).
*
Et moralement aussi, il est plus réjouissant et motivant de prendre soin de vos cheveux si vous constatez que vos efforts paient : peu importe le temps et la longueur.
*
Comme tout ce qui a de la valeur, les longs cheveux (en bonne santé) impliquent de la constance, de la patience et des efforts. Ne tombez cependant pas dans l'obsession car votre perception de la réalité sera altérée.
*
Les soins naturels, à préparer vous-même à partir d'ingrédients premiers (huiles végétales, poudres...) sont la clef. Aucun autre produit, quelles que soient ses promesses miracles, ou ses avis positifs, ne vous donnera jamais d'aussi bons résultats.
*
Et n'hésitez pas à changer les ingrédients que vous utilisez, à en tester d'autres, pour trouver ceux qui conviennent parfaitement à vos problèmes, votre nature de cheveux, vos attentes/objectifs.
*
Pas besoin d'avoir un magasin chez soi : faites le point.
Gardez l'essentiel :

- base lavante neutre pour corps, cheveux, visage (ou poudre lavante) - 1 ou 2 huiles essentielles (tea-tree par exemple pour les dents, la peau, cheveux) - un corps gras (nourrissant) : karité, coco, jojoba, ricin... - un corps hydratant : aloé vera, silicone végétal, collagène... - phytokératine - henné (éventuellement)

Je vous souhaite à tous et à toute une très belle année 2019 ! 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Longscheveux 1047 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte