Magazine Environnement

Les pesticides chimiques pour les jardiniers amateurs sont interdits depuis le 1er janvier 2019

Publié le 09 janvier 2019 par Bioaddict @bioaddict
Acheter, utiliser ou stocker des pesticides chimiques pour jardiner ou désherber est interdit depuis le 1er janvier 2019. Quelles sont les sanctions ? Où déposer vos pesticides chimiques pour éviter toute pollution ? Quelles sont les alternatives biologiques ? notre fiche pratique. Les pesticides chimiques pour les jardiniers amateurs sont interdits depuis le 1er janvier 2019 ¤¤ Acheter, utiliser ou stocker des pesticides chimiques pour jardiner ou désherber est interdit depuis le 1er janvier 2019.

Zoom sur la toxicité des pesticides chimiques

Leur toxicité pour l'homme peut être grave en cas d'absorption accidentelle, d'inhalation forte ou de contact avec la peau. Mais aussi en cas d'ingestion régulière de résidus de pesticides dans l'alimentation ou l'eau de boisson. Outre les empoisonnements, les pesticides sont capables d'endommager le système immunitaire ou de perturber les régulations hormonales. Ils sont également soupçonnés d'accroître le taux de certains cancers (sein, prostate) et de réduire la fécondité masculine.

Ces produits peuvent aussi être dangereux pour l'environnement:

- En polluant les eaux : les jardiniers amateurs seraient responsables pour 1/4 de la pollution des eaux de surfaces et des nappes souterraines. Plus de 90 % de nos cours d'eau sont contaminés par les pesticides.

- En polluant l'air : les 3/4 du volume des produits appliqués seraient perdus lors de pratiques inopportunes comme en cas de pulvérisation par temps venteux par exemple.

- En perturbant les milieux naturels : les espèces aquatiques sont directement menacées par les surdosages et l'application à proximité de points d'eau, sur des sols imperméables ou en pente, qui entraînent les pluies souillées vers les ruisseaux et les rivières.

Source : ADEME, fiche pratique "Moins de produits toxiques, Des conseils pour s'en passer à la maison et au jardin" à consulter sur le site www.ademe.fr/moins-produits-toxiques.


Les pesticides chimiques pour les jardiniers amateurs sont interdits depuis le 1er janvier 2019
Pesticides : les dangers pour la santé et l'environnement OK
Je souhaite également recevoir
les bons plans et offres partenaires
la newsletter des professionnelles

Depuis le 1er janvier 2019, la réglementation contre l'utilisation des pesticides chimiques - aussi appelés produits phytopharmaceutiques - pour les jardiniers amateurs évolue. Vous ne pouvez désormais plus les acheter, les utiliser et les stocker pour jardiner ou désherber. Cette interdiction concerne 3 types de produits : les herbicides, pour lutter contre les herbes indésirables dites " mauvaises herbes " ; les insecticides, contre les insectes et les fongicides, contre les maladies causées par les champignons. Seuls les pesticides de biocontrôle, à faible risque ou utilisables en agriculture biologique restent autorisés.

Cette interdiction concerne aussi les collectivités qui n'ont plus le droit, depuis janvier 2017, d'utiliser ces pesticides sur les espaces verts, les forêts, les cimetières et terrains de sport, les voiries et les promenades accessibles ou ouvertes au public.

Issue de la loi Labbé (Joël Labbé, sénateur EELV du Morbihan), cette nouvelle mesure vise à protéger la santé des citoyens et l'environnement. Les pesticides chimiques sont en effet potentiellement très toxiques pour l'Homme, les animaux et la nature.

Que faire des bouteilles de pesticides chimiques (qu'elles soient vides ou avec un reste de contenu) que vous avez encore chez vous ?

Ces produits pourront être récupérés pour retraitement par les filières de recyclage spécialisées. Pour déposer gratuitement vos pesticides chimiques, rendez-vous dans les points de collecte suivants :

- Toute l'année dans plus de 3 100 déchetteries adhérentes EcoDDS. Vous pouvez consulter la carte des les lieux de collectes près de chez vous sur le site www.ecodds.com/particulier/ou-deposer-vos-dechets-chimiques.
- Les collectes temporaires en partenariat avec les jardineries Botanic et Gamm vert au printemps et/ou à l'automne.
- Les collectes temporaires avec les enseignes de bricolage (Leroy Merlin et Castorama) où les pesticides chimiques sont repris.

A noter : Au printemps 2019, l'enseigne Botanic, qui ne vend plus de pesticides chimiques depuis janvier 2008, organisera sa 11ème collecte de pesticides, les 22 et 23 mars et les 29 et 30 mars 2019 et annonce, à l'occasion de l'entrée en vigueur de la Loi Labbé en début d'année, la mise en place d'un événement festif le samedi 30 mars 2019 dans l'ensemble de ses magasins partout en France. De nombreuses rencontres et animations en perspectives pour apprendre à jardiner bio !

Quelles sont les alternatives aux pesticides chimiques de synthèse ?

Vous trouverez toutes les informations et conseils nécessaires relatifs aux nombreuses
alternatives existantes :

- En consultant le " kit collectivité " rédigé par plusieurs associations dont Générations Futures dans le cadre de la campagne " Zéro phyto 100% bio "

- En consultant le " Guide des solutions " mis en place par le ministère de l'Environnement

- En consultant le site jardiner-autrement.fr, le site de référence pour jardiner sans pesticide

- En visionnant le film " Zéro phyto 100% bio " de Guillaume Bodin qui suit des communes pionnières de toutes tailles ayant passé le pas il y a de nombreuses années.

Quelles sont les sanctions ?

Le non-respect de cette loi - et des conditions d'utilisation des pesticides en règle générale - est une infraction pénale et peut- être passible de 6 mois d'emprisonnement et de 150 000€ d'amende. Cette peine est une sanction maximale et est modulée par le juge en fonction des circonstances de commission de l'infraction (article L.253-17 du code rural et de la pêche maritime).

ATTENTION : Si vous êtes témoin d'un employé technique qui " pulvérise " en ayant une combinaison, renseignez-vous bien car il se peut que ce soit bien des produits utilisés en agriculture biologique qu'il est en train de manipuler. Vous pouvez vous renseigner auprès de lui ou auprès de votre Mairie.

Mathilde Emery


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bioaddict 1760784 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte