Magazine Culture

Informer (Saison 1, 6 épisodes) : un pakistanais devient espion

Publié le 10 janvier 2019 par Delromainzika @cabreakingnews

Informer est une série britannique disponible sur le service de vidéo d’Amazon (et produite par BBC One) et qui nous raconte l’infiltration d’un pakistanais londonien dans une aventure de terrorisme. Créée par Rory Haines (The State) et Sohrab Noshirvani (The State), la série mélange alors la psychologie de ses personnages à quelque chose de plus proche de ce que fait Homeland notamment. L’une des plus grandes forces de cette série est de finalement savoir comment nous accrocher rapidement alors que le sujet de départ est forcément passionnant. Mais ce n’est pas tout, la mise en scène de la série est elle aussi très travaillée et permet de se plonger au coeur de l’histoire de notre héros sans trop de difficultés. Le seul truc qu’il faut savoir avoir de se plonger dans Informer, c’est qu’il faut réellement être attentif aux moindres détails qui peuvent vous donner l’impression de ne plus rien comprendre rapidement. La série décide d’avoir une narration double, à la fois rapide sur le terrorisme en lui-même et plus lente sur le développement psychologie de ses personnages. Ces deux façons de faire sont équilibrées dans cette première saison et nous plongent alors dans un monde étonnant.

Un Pakistanais de deuxième génération habitant à Londres est forcé par un agent du contre-terrorisme de remplir une mission d'infiltration.

Ce qui peut rapidement devenir frustrant dans la série c’est le fait que tout ce que l’on peut voir n’aura de sens qu’une fois la saison terminée. Justement, la fin est explosive à souhait et permet alors de donner une vraie valeur au reste. Ce n’est pas sur un seul épisode que l’on peut donc réellement juger Informer mais bel et bien sur la construction même de la saison qui est elle fascinante. Certains personnages secondaires ont alors une occasion de briller étonnante avec l’intensité qu’il faut, tout cela dans le but de signaler aux téléspectateurs : souvenez vous de lui, il va être plus important dans la suite de la saison. Si tout cela peut apparaître un peu étrange par moment dans la narration de la série, on s’y habitue très facilement et l’on peut alors s’amuser à suivre les aventures de chacun des personnages tout en essayant de retenir tous les éléments les plus importants. Surtout que cela fonctionne très bien dans l’histoire que Informer veut nous raconter. Tout cela nous garde alors alerte et nous donne envie de voir ce que la suite a de bon à nous proposer.

La série nous éduque également à ne pas tout prendre au pied de la lettre et de questionner ce que l’on nous raconte. Comme un informateur de la police ne va pas être totalement cru. Il y a besoin de faits pour prouver les dire de celui-ci. Et cela rend la série aussi confuse que fascinante car l’on devient rapidement capable de tout remettre en question une fois qu’une révélation pointe le bout de son nez. L’extrémisme et le terrorisme sont des thématiques assez riches, surtout de nos jours, et Informer tente alors d’exploiter le tout intelligemment. Côté casting, la série nous propose quelque chose de très réussi là aussi. Cela permet de rendre le tout un brin plus crédible et ce n’est pas plus mal dans un sens. Bien que par moment la série semble s’égarer, elle sait se rattraper en cours de route pour tout délivrer dans un dernier épisode, par moment un peu trop fourni (ce qui perd l’équilibre des épisodes précédents qui avaient su construire quelque chose sur la longueur). Mais les scénaristes sont assez forts pour nous tenir du début à la fin sans trop de difficultés, laissant derrière eux six épisodes assez solides avec quelques défauts ici et là, mais une aventure certes classique qui fonctionne bien.

Note : 6.5/10. En bref, du terrorisme à l’anglaise.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte