Magazine High tech

Les tendances 2019 du piratage informatique

Publié le 10 janvier 2019 par _nicolas @BranchezVous
Les tendances 2019 du piratage informatique

Au fil des ans, les techniques de piratage évoluent et 2019 verra elle aussi de nouvelles tendances de piratage prendre d’assaut les plus «connectés» d’entre nous.

Les méthodes de piratage informatique évoluent avec le temps. Afin de nous mettre en garde contre les nouvelles pratiques des hackers, le spécialiste en cybersécurité McAfee a communiqué dans son dernier rapport les tendances qui devraient s’intensifier en cette nouvelle année 2019. Elles sont nombreuses, mais la société a mis l’accent sur 4 pratiques en particulier : le piratage de données dans le cloud, le cryptojacking, le piratage via l’internet des objets et les « wipers » ou virus destructeurs.

Piratage de données dans le cloud

piratage-informatique-donnees-cloud

ciesoftware.com

Le cloud prend de plus en plus d’ampleur ces dernières années. Bon nombre d’entreprises et d’établissements publics y stockent les données de leurs clients, une stratégie qui est certes avantageuse sur plusieurs points. Toutefois, cette technique de mutualisation des données les rend parfois davantage vulnérables puisqu’il sera plus facile pour les pirates de les voler en un seul coup. D’ailleurs, de telles attaques du genre se sont déjà produites l’année dernière, si on ne cite que celle de Mariott, qui a fini par exposer les données de plus de 500 millions de clients, ou encore celle de Quora. Il s’agit, dans les deux cas, d’un piratage du cloud d’une grande ampleur. McAfee met l’accent sur la mise en place d’un dispositif efficace pour mieux sécuriser les données contenues dans le cloud et éviter les cyberattaques.

Cryptojacking

piratage-informatique-cryptojacking

howtoinvestingcrypto.net

Vous n’avez peut-être pas encore entendu parler de cette forme de piratage informatique, mais elle a fait beaucoup de ravage en 2018. Le cryptojacking est un procédé qui se sert de logiciels malveillants non pas pour bloquer des ordinateurs ou des fichiers pour ensuite demander des rançons (ransomware), mais plutôt pour exploiter la puissance informatique des appareils infectés pour s’attaquer aux cryptomonnaies. Les scripts utilisés par les hackers ici sont très complexes. Les utilisateurs ne peuvent ainsi rien y voir et ne sauraient même pas qu’ils se sont font attaquer.

Piratage via l’internet des objets

piratage-informatique-internet-des-objets

nextgov.com

Nous vivons actuellement dans l’ère de l’Internet des Objets. Si on en croit IDC, un peu plus de 745 milliards de dollars seront investis dans le secteur cette année. Les objets connectés vont commencer à envahir notre quotidien et toute notre vie dans les mois et années à venir. Selon McAfee, «Dans l’entreprise, l’IoT ne se résume pas seulement aux différents devices, tels les smartphones et tablettes, utilisés par les collaborateurs: il s’agit également de la badgeuse, du dispositif de vidéosurveillance, du système de gestion d’énergie, etc. Autant d’outils qui contiennent des données transitant toutes par le cloud». Inutile de dire que c’est un secteur qui intéresse les pirates au plus haut point.

Virus destructeurs

Soligorsk.City

Soligorsk.City

Appelé également «Wipers», ce type de logiciels malveillants ne cherche pas à soutirer de l’argent, tel qu’un ransomware, à ses victimes. Comme leur nom le suggère, les virus destructeurs ont pour unique objectif de détruire les données. D’après McAfee, ce type de piratage s’est considérablement accru ces deniers temps. À titre d’exemple, on peut citer Petya qui a fait un grand nombre de victimes. Pour cette année 2019, il va donc falloir faire beaucoup plus attention et prévoir lutter contre ce type d’attaque.

Le piratage informatique a toujours été un enjeu important, mais avec le temps, force est de constater qu’il devient de plus en plus omniprésent, et donc, davantage un problème à contrer.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


_nicolas 159485 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine