Magazine Asie

Birmanie : un blogueur face à la justice

Publié le 11 juillet 2008 par Kathy
  • un blogueur et un poète jugés dans la prison d’Insein


Le blogueur ....


Birmanie : un blogueur face à la justice


Nay Phone Latte, jeune bloggueur birman, est depuis le 7 juillet 2008 inculpé en vertu de l’article 5 (j) de l’Emergency Provision Act de 1950, de l’article 505 (b) qui punit la diffamation de l’Etat ainsi que de l’article 33 (a) de l’Electronic Act. 


Détenu depuis le 29 janvier 2008 à la prison d’Insein, il a au départ été arrêté au titre de l’article 32 (b) du "Video Act" qui limitait sa détention à six mois. 


Nay Phone Latte risque désormais une peine de prison de sept ans. Cette décision a été prise par un tribunal spécial de la prison d’Insein. Par ailleurs son un avocat n’a jamais été autorisé à le rencontrer. Une nouvelle comparution devant un tribunal est prévue pour le 16 juillet mais Nay Phone Latte a déclaré à sa mère que celle-ci serait, selon lui, une fois de plus retardée. Il souffre d’un problème aux yeux mais les autorités de la prison l’empêche de voir un médecin. ( RSF) 
Rappel : J'évoquais cette arrestation dans mon message Birmanie rien n'a changé?  sous la rubrique 31 janvier 2008, en ces termes : 
"Cette chasse aux blogueurs est inacceptable. Nous ignorons où se trouve Nay Myo Latt. Nous demandons aux autorités de le libérer et de cesser cette traque", ont déclaré les organisations.
Nay Myo Latt, également membre de la Ligue nationale pour la démocratie (opposition illégale) tient un blog (http://www.nayphonelatt.net/) sur lequel il témoigne de la difficulté que rencontre la jeunesse birmane pour s’exprimer, notamment depuis les manifestations de l’automne 2007. Il possède trois cybercafés, dont un est situé à Thingankyun.
Lors de ces événements qui ont opposé les moines aux militaires du régime, le blogueur Thar Phyu (www.mogokemedia.blogspot.com) avait été détenu pendant quelques heures pour avoir publié des photos de moines et de manifestants dans les rues. Son site Internet est aujourd’hui fermé... "


Le poète....

Le 15 janvier 2008 Saw Wai, poète Bet dirigeant d’une organisation créée par des artistes pour venir en aide aux orphelins du sida, a été arrêté après que les autorités eurent déchiffré certaines parties de son poème intitulé « 14 février » qui contenait un message caché critiquant le général Than Shwe, chef de l’État et du gouvernement.

Pour rappel:Les censeurs militaires en Birmanie ont ouvert une enquête après la publication par un journal local d’un poème d’amour contenant un message codé qui dénonce la « soif de pouvoir » du numéro un de la junte, ont indiqué des responsables de la publication.
Le texte en langue birmane, intitulé « 14 février », se lit comme une lettre d’amour mais si l’on met bout à bout le premier caractère de chacun des mots, on obtient : « le généralissime Than Shwe est fou de pouvoir ».


Une affaire similaire avait été révélée en août dernier lorsqu’un groupe d’artistes danois avait diffusé une publicité dans un autre hebdomadaire birman, le Myanmar Times, qui contenait un message dissimulé qualifiant Than Shwe de « tueur ».
La Birmanie, qui a été gouvernée par des généraux depuis près d’un demi-siècle, a été qualifiée de « paradis pour les censeurs » par l’organisation Reporters sans frontières (RSF). Tous les journaux sont passés au crible avant publication et aucun ne se permet de contester le régime militaire 
(Birmanie rien n'a changé sous la rubrique "24 janvier"
RSF explique ce jour : 
Il a comparu pour la troisième fois devant la cour de justice de la prison d’Insein pour violation de l’article 505 (b) sur la diffamation de l’Etat. Il risque depuis le 8 juillet 2008, jusqu’à sept ans de prison. 
Il a été arrêté le 22 janvier 2008 pour avoir critiqué le général Than Shwe dans un texte codé paru dans l’hebdomadaire Achit Journal. Son journal avait été interdit de publication pendant une semaine et son directeur de publication avait du signer une promesse selon laquelle ce genre d’incident ne devait plus jamais arriver.
Reporters sans frontières et la Burma Media Association appellent à la libération du bloggueur Nay Phone Latte et du poète Saw Wai. " De tels procès montrent la volonté des magistrats birmans de prolonger les détentions de ceux qui osent exprimer leur opinion dans le pays",ont déclaré les organisations. (RSF)
  • les Nations Unies réclament 482 millions de dollars

10 juillet 2008 – Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a lancé jeudi un nouvel appel à contributions pour les victimes du cyclone Nargis au Myanmar à l'horizon d'avril 2009, pour un montant total de 481,8 millions de dollars.
Cet appel comprend les sommes demandées au titre du premier appel lancé en urgence le 9 mai 2008, d'un montant de 187 millions de dollars, déjà financé à 96%, a annoncé le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU, John Holmes, lors d'une conférence de presse à New York.
Ces sommes sont destinées à aider les victimes du cyclone Nargis qui a frappé le Myanmar les 2 et 3 mai derniers, et qui a fait près de 140.000 morts ou disparus et 20.000 blessés.
La somme totale à financer est donc de 303,6 millions de dollars, alors que l'on estime que 2,4 millions de personnes ont été gravement touchées par le cyclone, dont 800.000 personnes déplacées.
Le nouvel appel se fonde sur une évaluation menée par un Comité tripartite rassemblant de hauts représentants du gouvernement de l'Union du Myanmar, de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) et des Nations Unies, mis en place le 25 mai dernier. Le rapport final contenant cette évaluation sera publié le 21 juillet.* (Centre d'actualité de l'ONU)


* Comptez sur moi pour vous trouver ce rapport après le 21 juillet et le publier sur ce blog..


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kathy 27 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte