Magazine Environnement

Pesticides : Emmanuel Macron renonce à interdire le glyphosate

Publié le 28 janvier 2019 par Bioaddict @bioaddict
Jeudi 24 janvier, lors d'un débat citoyen à Bourg-de-Péage (Drôme), Emmanuel Macron a déclaré que la France ne parviendrait pas à se passer totalement du glyphosate d'ici 2021, revenant ainsi sur sa promesse d'interdire ce pesticide de synthèse hautement toxique pour l'environnement et la santé. Pesticides : Emmanuel Macron renonce à interdire le glyphosate ¤¤ Emmanuel Macron lors du Grand Débat avec les habitants de Bourg-de-Péage le 24 janvier 2019 OK
Je souhaite également recevoir
les bons plans et offres partenaires
la newsletter des professionnelles

" Je sais qu'il y en a qui voudraient qu'on interdise tout du jour au lendemain. Je vous dis : un, pas faisable, et ça tuerait notre agriculture. Et même en trois ans on ne fera pas 100 %, on n'y arrivera, je pense, pas ", a ainsi déclaré le Président de la République sur la question de l'interdiction prochaine du glyphosate lors de ce débat citoyen.

Emmanuel Macron s'était pourtant engagé, via un tweet en date du 27 novembre 2017 durant sa très médiatique campagne "Make Our Planet Great Again", à interdire le glyphosate sous trois ans, alors même que la Commission Européenne votait la prolongation de son autorisation pour 5 ans.

Il avait également pris parti contre l'utilisation de ce pesticide de synthèse lors du Salon de l'agriculture en février 2018 en déclarant à un agriculteur de la FNSEA : "Je vous regarde les yeux dans les yeux. (...) Le glyphosate, il n'y a aucun rapport qui dit que c'est innocent. Il y en a qui disent que c'est très dangereux d'autres moyennement dangereux. Moi, j'aurai à répondre ce que je fais, demain, après-demain. Dans le passé on a dit que l'amiante c'était pas dangereux, et après les dirigeants qui ont laissé passer, ils ont a eu à répondre. Moi, les ouvriers agricoles, les consommateurs, qui demain diront vous aviez le glyphosate, vous le saviez, vous n'avez rien fait, ils me regarderont les yeux dans les yeux, ils iront pas vous chercher vous."

Il faut savoir que le glyphosate, matière active du RoundUp de Monsanto, est l'herbicide le plus utilisé dans le monde. Il est classé parmi les cancérigènes probables chez l'Homme depuis mars 2015 par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), une Agence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). De nombreuses études scientifiques ont montré et montrent encore sa toxicité pour l'Homme et l'Environnement.

"A l'heure où de nouvelles études démontrent la contamination systématique des milieux écologiques et de nos propres corps par cet herbicide dangereux, le message est reçu cinq sur cinq par les lobbies qui n'auront qu'une chose à faire : démontrer l'impossibilité de se passer du glyphosate pour obtenir des exemptions à la future " interdiction ". Le message implicite adressé par le chef de l'Etat est donc que la transition agricole est optionnelle, conditionnée au bon vouloir des lobbies de l'agro-chimie" se désole l'ONG Agir pour l'Environnement suite à la déclaration d'Emmanuel Macron.

"Après le refus de l'inscription dans la Loi, cette déclaration sonne comme un renoncement à un réel objectif de sortie du glyphosate qui n'est pas acceptable" a également réagit l'ONG Générations Futures. Comment dire aujourd'hui que cet objectif ne sera pas réalisable dans 3 ans alors même que l'INRA reconnait que des solutions existent déjà pour au moins 90% des situations ?"

Le 22 novembre 2018, l'Elysée a mis en ligne une plateforme de suivi des agriculteurs français engagés à sortir de l'usage de l'herbicide glyphosate. Un compteur en temps réel affiche le nombre d'agriculteurs qui ont décidé de ne plus utiliser ce produit toxique... soit 11 agriculteurs seulement aujourd'hui... Forcément, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) n'arrête pas de leur expliquer que l'arrêt de l'utilisation du glyphosate pourrait entraîner la faillite de leurs exploitations. Cette interdiction reviendrait " à poser un boulet à l'agriculture française ", a ainsi déclaré son secrétaire général adjoint Eric Thirouin au journal Le Monde.

Mais les citoyens ont bien compris le danger, et pour protéger l'environnement et leur santé, ils sont aujourd'hui de plus en plus nombreux à choisir de consommer des produits issus de l'agriculture biologique qui, elle, se porte très bien sans glyphosate.

Stella Giani

En complément : découvrir le replay de l'émission "Envoyé spécial". Glyphosate : comment s'en sortir ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bioaddict 1760784 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte