Magazine Culture

Kaduna

Par Louisakaluga

Je reviens 16 ans en arrière pour raconter mon arrivée en Afrique.

Voilà ce que j'ai écrit textuellement sur un carnet bleu:

"Arrivée le 5 aout 2003.

saison des pluies. Il pleut beaucoup mais pas tout le temps, au moins une fois par jour.

Eté deçue par la maison... vieux meubles démodés, état médiocre, placards délabrés, beaucoup d'insectes : moustiques, blattes, fourmis géantes...

Il y a des margouillats qui viennent sur la terrasse. Les mâles sont de couleur jaune et sont plus grands, alors que la femme est terne.

1er jour à la maison : très fatiguée. Mal à la tete. Le voyage s'est bien passé mais je n'ai pas pi dormir dans l'avion.

Ai fait une sieste. Au réveil, j'avais reçu une carte et des fleurs d'une certaine Lara qui me souhaitait la bienvenue à Kaduna. Puis un panier de viennoiseries avec une carte de bienvenue d'une certaine Marie-José... sympa ! très sympa même !

ici se sont les chauffeurs qui viennent déposer les messages. En effet, le téléphone ne fonctionne pas toujours et il y a des coupures d'électricité quotidiennement qui durent plus ou moins longtemps.

j'ai téléphoné à cette Lara et cette Marie-josé que je ne connais pas pour les remercier de leur geste.

Je suis tombée sur leur boy.

Je n'arrive pas à parler anglais, j'ai l'espagnol qui me vient d'abord à l'esprit. Je commence mes phrases par : " Buenos Dias, yo quiero... " mince !

je laisse un message dans un anglais assez lamentable, tant pis je suis fatiguée.

J'ai fait la connaissance de notre coock, il s'appelle Aoudou. Il est petit, il a 59 ans et il travaille dans la maison depuis très longtemps et autant dire qu'il est précieux pour la maison.

Le stewart ( homme de ménage ) s'appelle JOSHUA. il n'est pas la il est en vacances.

Aoudou a l'air très sympathique bien que distant. Il nous a préparé le petit déjeuner.

J'ai tourné en rond toute la matinée... J'étais dans un état comateux, j'avais l'impression de rêver ce moment...

Après le déjeuner, je me suis allongée vers 15 h.

Lara a téléphoné, elle s'est proposée de venir me rendre visite.

Malgré la fatigue, je n'ai pas osé refuser et puisqu'il faut s'intégrer dans une micro communauté alors autant commencer de suite.

Elle est arrivée assez vite ce qui me fait penser que les habitations des français sont assez proches.

Elle avait sa petite fille de 2 ans Albane.

Aux premiers abords, lara a l'air tres gentil. Blonde. la trentaine.

Elle ne reste pas longtemps car elle me voit très fatiguée.

J'ai fait la connaissance du jardinier. Il s'appelle Lawal. Il est d'une maigreur effrayante. Il a de longs et beaux cils noirs repliés comme une biche... Il me fait penser à une girafe. C'est un foulani, ethnie des peuls. Il parle pas anglais... mais comment je vais faire ?

Le Nigéria est un pays très violent, il y a souvent des émeutes. La dernière en date s'est déroulée l'année dernière. Les expats ont été évacués sur Abudja. c'était l'élection de miss monde qui devait se dérouler au Nigéria ( J'ai bien dit devait....).

Un journaliste a dit des propos provocateurs comme quoi Allah pourrait se choisir de belles femmes dans le lot de miss... Scandale !

Les musulmans ont d'abord mis le feu à la maison du journaliste, puis il y a eu des émeutes. ça a duré 3 jours. Il y a eu des centaines de morts.

Il y a eu des problèmes d'insécurité. De nombreuses personnes se sont faites attaquées et dévalisées. Ils veulent surtout de l'argent et des bijoux.

Notre propriété est gardée jour et nuit. Il y a 3 gardes en uniforme.

Il y a un mur de sécurité sur lequel repose un barbélé et des nombreux bougainvilliers.

Les ouvertures de la maison sont munies de gros barreaux imposants, il y règne une atmosphère carcérales effrayantes du moins lorsque l'on arrive de France..

Les premiers jours je ne voyais que celà... et je me disais " bon sang ! ma pauvre Louise, te voila dans une cage dorée au fin fond de la brousse africaine.

Après on s'y habitue. toutes les maisons ou résident des familles françaises ont cette base de sécurité et en plus à l'intérieur de la maison, il y a ce qu'on appelle une cellule de survie ou cellule de nuit. celle ci comprend les chambres de toute la maison. Elle est fermée par des grosses portes blindées que l'on cadenasse. Ensuite on enclenche l'alarme. C'est une prison dans une prison...

Nous sommes également équipés tous d'une radio Matra de type militaire de haute qualité. Nous pouvons ainsi communiquer entre nous en cas de besoin.

Mon code est Bravo 12 et celui d'Eric est Alpha 12.

Théoriquement personne ne peut conduir, nous avons des chauffeurs pour des raisons de sécurité.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Louisakaluga 482 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte