Magazine Culture

Afrique suite

Par Louisakaluga

J'ai renconté Marie-José, celle qui m'avait apporté une corbeille de croissants le premier jour.

Elle est absolument adorable, je m'entends si bien avec elle au point de passer mes journées à ses cotés. C'est comme une mère pour moi, elle fait des pâtisseries chaque jour avec l'aide de son cuisinier. je me régale et mes enfants aussi.

Malheureusement elle est en vacances et quittera le Nigéria à la fin du mois d'aout, cela signifie donc que nous n'avons que 3 semaines à passer ensemble.

Elle me couve de conseils précieux et me guide afin que mon intégration se déroule dans de bonnes conditions. C'est une infirmière. Elle a même fait du bénévolat pour la PAN et a démantelé un trafic de Viagra. Puis elle a reçu des lettres de menaces et elle soupçonne certaines personnes d'avoir voulu l'empoisonner... Alors elle a tout arrêté de peur des représailles.

mais c'est un sacré personnage !

Nous avons la chance de posséder une piscine sur notre compound, nous sommes privilégiés il n'y a que 3 dirigeants de la Pan qui en possèdent. Le MDI, le directeur de l'usine ( mon mari) et le directeur financier.

J'aime m'installer sur la terrasse près de la piscine. L'endroit y est ombragé et le je me délecte des chants des oiseaux tropicaux car ils sont nombreux a venir trouver refuge dans ce merveilleux jardin qui est un véritable joyaux exotique. Il y en a de toutes sortes, petits, colorés, des oiseaux tisserands etc...

Les arbres y sont nombreux. nous avons les arbres nourriciers : Citronniers, manguiers, papayers et une véritable bananeraie au fond du jardin.

Afrique suite

il y a des arbres exotiques : l'arbre du voyageur, les palmiers a huile, les frangipaniers, les flamboyants...

Mais aussi des cactées, des agaves et des bougainvilliers viennent cacher l'affreux mur d'enceinte.

Des roses de porcelaines, des hibiscus, des orchidées, des sanceverrias et j'en oublie surement.

Il y a un potager aussi, nous y cultivons du yams, des légumes européens et des herbes fraiches ( coriandre, basilic, persils, ciboulettes ) avec plus ou moins de succès à cause de la chaleur.

je dois faire attentions à ce que mes enfants n'aillent pas dans la bananeraie car c'est un nid à serpents. ils adorent venir se mettre en hauteur sur les feuilles de bananiers et peuvent ainsi se glisser facilement sur leurs proies. or ici il y a des serpents venimeux et dangereux dans les jardins même dans les quartiers résidentiels de la ville comme le mamba vert, le cobra, le serpent minute.

Lawal y va tous les jours et secoue les branches de bananiers. J'avoue je n'y mets pas trop les pieds, et quand un régime est à point c'est lawal qui va le couper avec sa machette. On en a toujours trop alors on partage avec le personnel. Aoudou a pris l'habitude de nous faire des gâteaux à la bananes.

Il y a aussi les poules d'Aoudou qui déambulent dans le compound. Aoudou habite un logement de fonction qui jouxte la résidence. C'est un" boy's squatter ". Depuis mon jardin je distingue le logement qui ressemble vraiment à un taudis. Les poules n'y trouvent plus un seul brin d'herbes et il y a des bidons, des vieux pneus, un tas de détritus en tous genre. Il y a un vieux chaudron sur un tas de pierres plates qui doit lui servir de " cuisinière " en tous cas ils y fait cuire des trucs...

L'autre jour je lui ai dit : " Aoudu your place is very dirty !!! "

Il m'a répondu : " thank you Madam ! "

J'habite dans le quartier Musulman et j'entends 5 fois par jours l'appel à la prière. Il y a une grande mosquée près de chez nous et de nombreuses écoles coraniques.

Aoudou et Joshua sont chrétien.

Lawal le jardinier est musulman et parmi les gardes ils y a aussi quelques uns qui sont musulmans dont Mohammed. Ils n'est pas rare de les voir aller chercher de l'eau pour faire leur ablutions avant la prière.

Joshua et Aoudou sont pratiquants aussi, ils vont à l'église tous les dimanches. L'office dure 2 heures voir plus, et chaque fidèle doite reverser 10 % des ses revenus mensuels, ce qui est absolument énormes au vue des salaires de misère du pays. Quand j'ai demandé à Aoudou pourquoi il donnait autant d'argent il m'a dit : "Madam we have to pay for a place in paradise ". Voilà autre chose !

Il faut je vous parle du baba, un baba c'est un vieil homme. Celui la il vient mme vendre des légumes à domicile. Il vient avec un pochon remplie de mangues, ananas, bananes, et des légumes styles poivrons, tomates, pommes de terres, oignons...

Aoudou vient toujours me prévenir et assez solennellement comme si il s'agissait d'un personnage très important me dit : " madam ! baba is here..."

je fais toujours attendre le baba... négocier avec le baba est compliqué parce qu'aucun prix n'est jamais acquis et d'une semaine sur l'autre c'est peut varier du simple ou double voir plus en période de ramadan. Mais en Afrique il faut négocier, palabrer, pendant des très longues minutes pour le prix d'une denrée. C'est un jeu... mais pour nous les occidentaux ça peut devenir vite assez fatigant et insupportable, certains n'ont pas la patience...

Je supporte assez stoïquement ce jeu de palabre et négociation. Chacun y doit trouver son compte.

La baba étale toute sa marchandise sur son sac et voilà c'est parti. Aoudou me dit ce qu'il manque et après des longues minutes harassantes on fixe le prix du panier et je paye le baba. Mais c'est pas pour autant que le baba part, il va faire son tour et discute avec les uns et les autres.

Il y a aussi le " frog man " celui la vient aussi au compound vendre sa marchandise, c'est à dire des cuisses de grenouilles qu'il pèche dans la rivière.

Un jour Aoudou vient me trouver et j'avoue j'ai parfois du mal à le suivre...

-Madam !

-Yes Aoudou ?

-A man is here, a frog man !

-A what ?

-a frog man... madam... he sells Frogs from the river

-ah ok...

-He is black Madam...

-but you are black as well Aoudou...

-No Madam he is black black, very black, me not black as him...

Faut savoir au Nigéria il y a des nuances pour eux dans la couleur de leur peau.

c'est un peu comme nous, lorsque nous disons un tel est pale un autre plutôt mate, etc...

En fait oui c'est vrai le frog man avait une peau noire qui tirait sur l'ébène.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Louisakaluga 482 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte