Magazine Culture

Critique Ciné : Qu'est ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? (2019)

Publié le 07 février 2019 par Delromainzika @cabreakingnews

Qu’est ce qu’on a encore fait au Bon Dieu ? // De Philippe de Chauveron. Avec Christian Clavier, Chantal Lauby et Ary Abittan.


Si le premier film ne fonctionnait pas totalement sur son ressort comique, ce second volet ne fonctionne pas mieux et reprend bien trop d’éléments de l’épisode initial sans réellement faire grand chose de très bon non plus. Disons que la trame du film se résume à enchaîner les gags, souvent lourds, et les poncifs ennuyeux, pour tomber encore une fois dans le piège régressif de l’humour bas de gamme. Comme on le dit si bien, les plaisanteries les plus courtes sont souvent les meilleures et je pense que le premier était déjà une blague bien trop longue. En recopiant jusqu’à plus soif certaines blagues du premier film, celui-ci s’égare et parvient même à tomber dans les blagues homophobes comme si l’antisémitisme et le racisme n’étaient pas suffisant. Les acteurs sont alors en roue libre, sans savoir réellement ce qu’ils font là. Tout le monde est en sous régime, sauf peut-être Ary Abittan qui en fait des caisses et devient au fur et à mesure que le film évolue une vraie tête à claques. Malgré tout le coeur à l’ouvrage que peuvent mettre Christian Clavier et Chantal Lauby, le film ne fonctionne jamais car rien n’est vraiment drôle. Le concept de départ, qui se moque du politiquement correct, était une bonne idée mais encore aurait-il fallu que le concept soit bien exploité dès le départ.

Le retour des familles Verneuil et Koffi au grand complet !
Claude et Marie Verneuil font face à une nouvelle crise.
Leurs quatre gendres, Rachid, David, Chao et Charles sont décidés à quitter la France avec femmes et enfants pour tenter leur chance à l’étranger.
Incapables d’imaginer leur famille loin d’eux, Claude et Marie sont prêts à tout pour les retenir.

Du coup, malgré l’ajout de la thématique homosexuelle (et sincèrement, j’ai envie de donner une tarte au scénariste qui a écrit cette histoire en la maquillant de façon hétéro-formée) le film ne fonctionne pas mieux. Le film s’amuse alors avec tous les clichés quitte à se moquer complètement du fait qu’il y a un spectateur dans la salle et que les gags ne sont pas que ceux de ces gens qui s’amusent entre eux. Le film patine et a du mal à raconter une histoire. Le but ? Faire aimer la France a ceux qui ne l’aime plus. Sauf que finalement, il n’y a rien là dedans qui fasse réellement aimer la France en tant que tel alors que les clichés français (les châteaux de la Loire !, le fromage, la charcuterie, le pâté de tête, etc.) sont tous utilisés comme si le but du film était de faire une carte postale de la France. Et pour le coup, cela devient rapidement ennuyeux. Reste alors 2 ou 3 gags amusants mais rien de plus et sur un film d’une heure et demie, c’est très long. L’humour bon enfant tombe alors dans la blague facile voire même limite par moment (et le film se justifie en disant qu’il fait de l’humour comme « On fait un petit tour par Barbès et c’est kif kif comme on dit chez vous »). Ce genre de blagues peut être drôle mais elle est clairement mal fichue et mal placée dans un film bourré d’idées mais aucune d’entre ne sort du lot.

Note : 2/10. En bref, minable.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte