Magazine Santé

MIGRAINE : La toxine botulique réduit les crises vs placebo

Publié le 11 février 2019 par Santelog @santelog



L'injection de toxine botulique pour la migraine chronique est approuvée depuis 2010 par l’Agence américaine FDA pour le traitement de la migraine

Les migraines sont une affection de plus en plus courante, entraînant une invalidité importante et une utilisation accrue des services de santé. Bien que l'injection de toxine botulique pour la migraine chronique soit approuvée depuis 2010 par l’Agence américaine FDA, les données d’efficacité restent contradictoires. Cette méta-analyse complète des données de la littérature soutient l'efficacité des injections de toxine botulique dans la réduction de la fréquence des crises de migraine chroniques. Une analyse française, d’une équipe de l'hôpital universitaire de Rangueil (Toulouse) présentée dans la revue Plastic and Reconstructive Surgery® qui confirme ainsi la toxine botulique comme un traitement sûr et bien toléré et qui devrait être proposé plus systématiquement aux patients souffrant de migraine chronique.

Il s’agit ici de l’analyse des données de 17 essais cliniques ayant comparé l’efficacité de la toxine botulique au placebo pour le traitement préventif des migraines. La toxine botulique – mieux connue sous le nom de marque Botox, bien qu’approuvée depuis plus de 8 ans pour le traitement de la migraine chronique, reste encore peu utilisée. Pourtant un nombre croissant de patients signalent aujourd’hui des résultats positifs avec les injections de toxine botulique, pour soulager les migraines.

Les 17 études prises en compte pour cette méta-analyse ont porté sur près de 3.650 patients, dont environ 1.550 souffraient migraines chroniques, c’est-à-dire au moins 15 crises par mois pendant plus de 3 mois avec des symptômes de migraine au moins 8 jours par mois. L’analyse montre que les injections de toxine botulique permettent de réduire considérablement la fréquence des crises de migraine :

  • 3 mois après l'injection, les patients traités par toxine botulique réduisent en moyenne d’1,6 crise le nombre de crises de migraine par mois -vs placebo ;
  • l'amélioration est perceptible moins de 2 mois après le traitement par toxine botulique. Les auteurs rappellent que pour maintenir les effets du traitement, les injections de toxine botulique sont généralement répétées tous les 3 mois.
  • une tendance statistique à la réduction de la fréquence des crises est également constatée avec la toxine botulique chez les patients atteints de migraine épisodique. Là encore, l'amélioration intervient dans les 2 mois ;
  • enfin, si le taux d'effets indésirables avec la toxine botulique est plus élevé vs placebo, aucun effet sévère n’est relevé ;
  • globalement, chez les patients traités avec la toxine botulique, une amélioration significative de la qualité de vie est constatée, directement liée à une réduction des symptômes dépressifs. Les chercheurs expliquent cette amélioration de la qualité de vie par une réduction des maux de tête et des incapacités liées à la migraine, induisant une diminution des symptômes de dépression et d'anxiété.

Ces résultats soutiennent ainsi l'efficacité de l'injection de toxine botulique en tant que traitement préventif de la migraine chronique, avec une réduction significative de la fréquence des maux de tête. L’auteur principal de l’étude, le professeur Chaput, conclut : « Pour la première fois, notre analyse met en évidence, avec le Botox, l'amélioration significative de la qualité de vie des patients migraineux à 3 mois avec un risque réduit d’événements indésirables légers ».

Source: Plastic and Reconstructive Surgery® Jan, 2019 DOI: 10.1097/PRS.0000000000005111 Botulinum Toxin versus Placebo (Visuel American Migraine Foundation)

Lire aussi : MIGRAINE: Le Botox réduit les crises, leur fréquence, leur durée

Plus sur la Migraine sur Neuro Blog

Équipe de rédaction Santélog Fév 11, 2019Rédaction Santé log




Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine