Magazine Humanitaire

Travailler pour le CICR : Délégué « EcoSec »

Publié le 14 février 2019 par Frédéric Joli

Travailler pour le CICR : Délégué « EcoSec »
Parmi les 16 000 personnes qu’emploie le CICR dont la plupart travaille dans des zones de guerre ou d’autres situations de violence, il y a les délégués « EcoSec » surnommés ainsi car chargés de projets en sécurité économique pour assister les populations.

Qu’est-ce que la sécurité économique ?

Dans les régions en proie au conflit ou à la violence, les populations sont souvent forcées de fuir leur foyer. Elles laissent alors derrière elles tout ce qu’elles possédaient, maison, travail, bétails, et se retrouvent alors dans une situation d’insécurité économique.

Pour permettre à ces populations de pourvoir durablement et dignement à leurs besoins essentiels, agronomes, économistes, nutritionnistes ou encore vétérinaires de l’unité sécurité économique, interviennent pour évaluer les besoins dans les domaines suivants :

  • Consommation alimentaire : En quoi consiste le régime alimentaire de la population ? Couvre-t-il les besoins nutritionnels ?
  • Production alimentaire : La population peut-elle chasser, pêcher, produire des denrées ou collecter des aliments sauvages comme elle le ferait en temps normal ?
  • Revenu : La population gagne-t-elle ou obtient-elle suffisamment d’argent pour pourvoir à ses besoins essentiels ?
  • Conditions de vie : La population est-elle protégée des intempéries ? A-t-elle le matériel nécessaire pour préparer les aliments ? Bénéficie-t-elle de conditions d’hygiène minimales ?
  • Capacités : Les pouvoirs publics, la société civile, les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge et d’autres acteurs ont-ils la capacité de fournir à la population un soutien en matière de sécurité économique ?

Comment les actions de sécurité économique sont-elles mises en place ?

Sur le besoin de revenus par exemple, le CICR évalue et met en place des programmes micro-économiques pour soutenir des initiatives de création de micro-entreprises et permettre aux populations de sortir de la dépendance à l’aide humanitaire. Ces programmes d’aide permettent notamment la création de boulangeries ou encore d’élevage de porcs.

Quelques exemples des activités de soutien économique à travers le monde :

Travailler pour le CICR : Délégué « EcoSec »

Irak – Bagdad. Le CICR a distribué des armatures en acier et des bâches en plastique à 215 fermiers pour installer des serres, relancer leurs activités agricoles, et générer un revenu durable.

Travailler pour le CICR : Délégué « EcoSec »

Nigeria – Maiduguri, dans un camp de personnes déplacées, une femme montre fièrement le petit commerce d’épices qu’elle a pu installer grâce au soutien financier du CICR. Sans soutien de sa famille dont elle a perdu le contact, elle était obligée de mendier pour manger. Maintenant, elle peut subvenir à ses besoins.

Travailler pour le CICR : Délégué « EcoSec »

Cisojoardnie, Ramallah – Ce jeune homme de 18 ans a été blessé en 2017 alors qu’il travaillait comme constructeur. Ses blessures l’ont empêché de continuer son métier. Avant d’être constructeur, il a travaillé dans un magasin. Quand le CICR lui offrit son soutien, il ouvrit un magasin de poulets pour aider son père à soutenir la famille.

Travailler pour le CICR : Délégué « EcoSec »

Azerbaïdjan, Barda – Projet de production de safran soutenu par le CICR.

Comment travailler pour le Comité international de la Croix-Rouge ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Frédéric Joli 39938 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte