Magazine Bons plans

Eloge de Richard Wagner par Augusta Holmès : Une main de géant.

Publié le 16 février 2019 par Luc Roger @munichandco

La jeune compositeure et pianiste Augusta Holmès n'avait que 21 ans lorsqu'elle composa ce bel éloge de la musique de Wagner alors qu'elle assistait à la répétition générale du premier Rheingold à la fin du mois d'août 1869. L'extrait qui suit est extrait d'un article qu'elle envoya à un journal français et qui y fut publié en septembre 1869 (1) :

[...] Personne plus que Wagner n'a le don de faire naître les dévouements absolus et sans bornes, et personne plus que lui n'éprouve la reconnaissance qu'ils doivent inspirer à toute âme d'élite. [...]

Mais à cause de l'immensité même du génie de Wagner, que ses apôtres y prennent garde ! que leur enthousiasme ne se change pas en imitation. Ce maître puissant ne peut être chef d'école. Personne ne poussera plus loin l'accent naturel de la passion, dégagé souvent de la forme lyrique, et le développement implacable d'une idée préconçue. Chaque sentiment humain offre des nuances infinies: la harpe de l'idéal a des cordes innombrables ; des millions de routes divergentes rayonnent vers un même but : la beauté. Lorsqu'on ne doit pas agrandir et surpasser ce qu'on imite, l'imitation est une folie. Que l'admiration pour un génie immense comme celui de Wagner ne soit donc pas un prétexte de stérilité ; ce serait faire injure à cette flamme immortelle de l'inspiration, qui doit, comme celle d'un soleil, féconder tout ce qu'elle éclaire.

L'heure approche où la grandeur de cette flamme extraordinaire, poète et musicien à un égal degré, sera incontestée.L'homme qui, à notre époque indifférente, a pu soulever pour et contre chacune de ses œuvres des tempêtes de passions équivalentes à ces orages révolutionnaires, doit être reconnu pour un génie puissant même par ses ennemis les plus acharnés. Richard Wagner laissera au front de ce siècle l'empreinte d'une main de géant.

(1) Nous publierons l'article complet dans Les voyageurs français de l'Or du Rhin, la réception française du premier Rheingold, un ouvrage à paraître dans quelques mois.

_________________________________________________

Eloge de Richard Wagner par Augusta Holmès : Une main de géant.

Des fleurs pour le Roi Louis II de Bavière,
Textes de G.-L. Schauenberg, J.Baltz, J. de la Faye et K.-H. Ulrichs
recueillis par Luc Roger.

Des offrandes de fleurs par des femmes amoureuses et de rameaux de cyprès élégiaques par un homme qui aimait les hommes sont au coeur de ces textes qui nous rappellent que le roi Louis II aimait les fleurs : les lis qu'il associait aux Bourbons qu'il adulait, les roses qui embaumaient son île du lac de Starnberg, et les gentianes et les roses des Alpes, ces fleurs de montagne qu'il appréciait le plus. Des textes dans lesquels l'amour rencontre la tragédie et la mort, celle d'une jeune femme qui s'est sacrifiée pour sauver ce roi qu'elle aimait, et la fin funeste d'un roi interdit d'amour parti bâtir de nouveaux rêves dans les champs élyséens.


Couverture souple
132 pages
ISBN : 9782322134755
Date de parution : 13/02/2019
Langue: français


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Luc Roger 35935 partages Voir son profil
Voir son blog